Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment


Accueil
News
Politique
Article


 Titrologie



Le Patriote N° 3819 du 11/8/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles

Comment


Politique

Attaques d’Akouédo, Yopougon, Abengourou/ Mady et KKB : Des discours si troublants...
Publié le samedi 11 aout 2012  |  Le Patriote


PDCI-RDA
© Abidjan.net par Didier A.
PDCI-RDA : le Président Henri Konan Bédié a dirigé le Bureau politique du samedi 2 juin
Samedi 2 juin 2012. Abidjan. Maison du PDCI-RDA, a Cocody. Le Président du parti, Henri Konan Bédié a dirigé la réunion du Bureau politique. Photo: Djédjé Mady,SG du PDCI


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

En politique, le hasard n’existe pas, bien plus que les discours des hommes politiques ne sont jamais anodins. Alphonse Djédjé Mady et Kouadio Kan Bertin dit KKB étaient-ils en phase avec les auteurs des attaques de Yopougon Niangon, d’Abengourou et d’Akouédo, à la veille de la célébration du 52e anniversaire de notre Indépendance ? Leurs sorties fracassantes, quelques jours avant les tristes évènements qui ont endeuillé la nation, sont véritablement teintées de clair-obscur voire de déficit de loyauté envers le RHDP. Comme dans une symphonie bien orchestrée, ces deux hommes avaient un rôle à jouer, une partition à accomplir. Donner du grain à moudre aux assaillants et terroristes. Une semaine avant l’attaque d’Akouédo, précisément le 31 juillet, c’est KKB, sur qui pèsent de lourds soupçons de connivence avec la refondation, qui rentre en jeu. Comme en mission commandée, il charge Bédié et Ouattara. Le premier est accusé de plonger le PDCI dans l’immobilisme, du fait de son âge dépassé à tenir les rênes du vieux parti. En outre, jugeant son bilan très négatif, KKB appelle carrément à une insurrection comme le président du PDCI. Il ne fait pas non plus dans la dentelle avec le Président Ouattara, accablé de faire du « rattrapage » et de se tromper en pensant que « le PDCI, c’est Bédié ». Sans prendre de gants, il lui dit ouvertement que ses choix n’engagent nullement le vieux parti. Comme dans un parfait jeu de rôles, c’est Djédjé Mady qui prend la relève. Dans une déclaration faite de façon solitaire, sans l’aval du président Bédié, il rue dans les brancards, le 4 août. Embouchant la trompette de la refondation, il accuse le pouvoir de spolier les terres de l’ouest au profit d’étrangers de la sous région. « le PDCI s’inquiète vivement des informations persistantes tendant à accréditer le convoyage d’immigrants clandestins armés pour l’occupation intempestive de nos forêts et plantations », martèle t-il. On croirait entendre Laurent Akoun, le secrétaire général du FPI, qui disait la même chose, des jours plus tôt. Comme si cela n’était pas suffisamment outrageant pour le RHDP dont il fait partie, Djédjé Mady sonne à nouveau la charge : « cette situation de violences endémiques entretient un climat d’insécurité généralisée d’autant plus préoccupante qu’elle constitue une grave menace sur la coexistence pacifique des communautés et sur la stabilité voire sur la survie de la nation ». Le décor était tellement bien planté que trois jours après cette déclaration à équivoque, des assaillants tentaient de déstabiliser la Côte d’Ivoire. La sortie unilatérale de Mady était tellement troublante que le Premier ministre, Ahoussou Jeannot, a dû lui remonter les bretelles en dénonçant le caractère inconvenant et illogique du réquisitoire. On aura compris que Mady et KKB, qui se sont retrouvés en France peu avant la fin de la crise postélectorale, sont de mèche, pour détruire de l’intérieur, le RHDP. L’aveu de KKB dans son interview fleuve en dit long sur la connivence : « j’affirme qu’il y a des gens comme Mady et bien d’autres qui méritent que le PDCI leur renvoie l’ascenseur ». Blé Goudé n’avait pas menti, en révélant aux Ivoiriens les propos que lui avaient confié KKB, qui a déclaré ne pas pouvoir soutenir la candidature de Ouattara dans le second tour qui l’opposait à Laurent Gbagbo. En remontant dans le temps, on se souvient que Djédjé Mady avait publiquement mis en avant son lien de parenté avec l’ancien Chef de l’Etat. On comprend aisément le sens de leurs discours troubles qui ont précédé l’attaque de Yopougon, d’Abengourou et surtout d’Akouédo.

BAKARY NIMAGA

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires