Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Le Temps N° 2713 du 25/9/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment

Politique

Déguerpissement abusif à Adjamé : Les commerçants défient Anne Ouloto
Publié le mardi 25 septembre 2012  |  Le Temps


Aménagement
© Abidjan.net par Franck Danon
Aménagement de la ville d`Abidjan : Ce qui reste de la Rue Princesse.
La rue princesse de Yopougon rasée au Bulldozer.


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

La rue principale qui passe devant l’Eglise Universelle des deux cent vingt logements (220 logts), a été débarrassée de ses occupants illégaux, il y a quelques semaines, par le service de déguerpissement de Mme Anne Ouloto. Cependant, trois semaines seulement après le passage dudit service, les commerçants et autres marchands, ont de nouveau envahi les accotements du Boulevard. Certains marchands se sont réinstallés avec leurs hangars préfabriqués, pour encombrer davantage l’espace. Par ailleurs, de nombreux commerçants ruminent leur vengeance contre Mme Anne Ouloto d’avoir impunément détruit leurs commerces. «Nous avons toujours plaidé auprès de la mairie pour que nos hangars soient préservés. Mais cela n’a pas été compris par Mme Anne Ouloto. Elle est venue les détruire sous le prétexte que nous encombrons les rues rien que pour se faire plaisir. Nous l’attendons cette fois-ci pour voir jusqu’où elle ira», raconte Adamo, un tenancier de kiosque à journaux. Non loin du rond des deux cent vingt logements, le groupe de vendeurs de chaussures qui avait été chassé par le service d’assainissement a repris de service. Les ruelles ainsi que les angles débouchant sur ledit boulevard, ont été envahis de plus belle par les marchands qui racontent à qui veut les entendre qu’ils ne quitteront plus jamais cet endroit. A la station Texaco, les marchands à la sauvette et aussi les vendeuses de fruits, ont fait leur retour très remarqué. Mais cette fois, ils ont étendu leur territoire jusqu’aux abords du chantier où est en construction le nouveau temple de l’église Universelle. «Nous allons nous installés dans ce périmètre afin de démontrer notre mécontentement au ministre Anne Ouloto. Nous vivons de ce commerce. Et c’est ce commerce qui nourrit nos familles», se plaignent les vendeuses de légumes. Dans la même veine, les chauffeurs de Taxis intercommunaux qui avaient été chassés des abords de la voie qui jouxte le carrefour Renault, sont de retour. Pourtant, ils avaient été priés de quitter les lieux.

Jean-Baptiste Essis

LIENS PROMOTIONNELS


Comment


 Commentaires