Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Notre Voie N° 4243 du 11/10/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment


Politique

Procès des militaires : Le film de l’assassinat de Dosso Adama et les questions sans réponse
Publié le jeudi 11 octobre 2012  |  Notre Voie


Tribunal
© Ministères par PRISCA
Tribunal d`Abidjan Plateau: le procès du général Dogbo Blé et des militaires ex-FDS en cours
Mercredi 03 octobre 2012. Abidjan. Palais de justice du Plateau. Poursuite du procès du général Dogbo Blé et des militaires ex-FDS poursuivis pour les crimes commis pendant la période post-électorale


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Le 12 mars 2010, le colonel-major Dosso Adama a quitté la maison, le matin, pour se rendre au Golf Hôtel au quartier général d’Alassane Ouattara. Malade, et sous traitement, il a pris ses médicaments, qu’il a rangés soigneusement dans sa mallette. Avant cette date, selon son épouse, Dosso Adama ne s’était jamais rendu au Golf. Ce jour-là, le colonel-major partait à la rencontre d’Alassane Ouattara à la demande de ce dernier. Il est monté à bord de son véhicule et a pris la direction de l’ancien hôtel Sebroko, siège de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci). Là, il a emprunté l’hélicoptère de l’Onuci en laissant son véhicule sur place, pour se rendre au Golf.
Dans la même journée, il se retrouve à pied à un poste de contrôle des FDS tenu par le sergent Toualy aux environs de 17h. Pourquoi ? Le procès n’a pas permis d’y répondre. Mais le fait est que le colonel major Dosso Adama s’adresse de plein gré au sergent Toualy, qui est le chef du dispositif selon les dires de ce dernier. Il se fait passer pour un citoyen camerounais, et demande à rencontrer le général Dogbo Blé. Le sergent Toualy qui le reconnaît, lui demande de présenter ses pièces. Le colonel à la retraite dévoile son identité réelle, puis il réitère sa requête de croiser le général Dogbo Blé. Mais il insiste pour que les choses se fassent dans la discrétion. Surtout il ne veut pas être vu par les éléments de l’Onuci. Le sergent Toualy procède à une fouille et découvre, dans un agenda du colonel Dosso, un document sur lequel est mentionne «Plan d’attaques simultanés d’Abidjan». Le colonel-major a été installé sur une chaise, placé à l’écart, de sorte que personne ne l’aperçoive en ce lieu.
Le sergent Toualy et le colonel Dosso se sont entretenus pendant environ une demi-heure. Aux environs de 18h 30 min, une escorte est arrivée sur les lieux. Selon les témoignages des militaires venus le chercher, le colonel Dosso Adama n’avait pas l’air inquiet. Il affichait plutôt la sérénité sur le visage. Le colonel à la retraite a embarqué avec eux, à bord d’un véhicule double cabine, et ils ont quitté les lieux, aux environs de 19h. Dosso Adama était assis entre deux militaires. Ils font croire qu’ils le conduisent à la gendarmerie de N’Zianouan. Selon les témoignages desdits militaires, le colonel à la retraite reste calme. Après quelques minutes de route, ils sont au PK 49 sur l’autoroute du Nord. Le véhicule stationne brusquement. Certains militaires descendent du véhicule. Lago Léo intime l’ordre au colonel-major de descendre à son tour. A ce moment précis, il y a un convoi de la Licorne qui passe. Toh Ferdinand dit a Lago Léo : «Fais attention, il y a un convoi de la Licorne qui arrive». A peine le dernier véhicule est passé, que deux coups de feu sont partis. Après le forfait Lago Léo demande à ses collègues de l’aider à cacher le corps, mais personne ne lui vient en aide. Il se débrouille comme il peut en couvrant le corps avec quelques herbes. Quelques jours plus tard, le corps sera découvert par des jeunes du village de PK 49. «Ils ont vu les herbes pliés, ils ont cru qu’il y avait un pneu là. Parce que c’est souvent le cas. Ils sont partis et ils ont vu le corps. Ils sont venus m’informer et nous sommes partis voir. C’est ainsi que nous avons entamé les démar-ches», a soutenu le chef de village.
Problème. Premièrement, Toualy soutient avoir eu au téléphone d’abord le chauffeur du général Dogbo Blé Brunot, puis le général Dogbo Blé lui-même qui lui aurait dit qu’il envoie des gens prendre le colonel Dosso. Ce que les deux ne reconnaissent pas du tout.
Deuxièmement, le sergent Lago Léo qui avoue avoir tué le colonel Dosso, affirme qu’il a reçu l’ordre du capitaine Kipré Yagba, chef de cabinet du général Dogbo qui disait agir au nom de son patron. Ce que ce dernier réfute également.
Question : pourquoi l’instruction n’a-t-elle pas exploité au moins les téléphones du sergent Toualy et du général Dogbo Blé ? Mystère !

César Ebrokié

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment