Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Politique

Les populations Wê dans le train de la réconciliation
Publié le mardi 23 octobre 2012  |  AIP


Audiences
© Présidence par Aristide
Audiences du chef de l`Etat: les populations du Guemon et du Cavally reçues par le Président Alassane Ouattara
Lundi 22 octobre 2012. Abidjan. Palais présidentiel, au Plateau. Le chef de l`Etat, SEM Alassane Ouattara reçoit les populations des régions du Guemon et du Cavally


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Abidjan, les populations des régions du Guémon et du Cavally ont exprimé ce lundi leur volonté de s’inscrire dans le processus de réconciliation en cours dans le pays, "une impérieuse nécessité pour le retour définitif de la paix en Côte d’Ivoire", ont-elles laissé entendre.

"Les populations Wê sont prêtes a apporté leur contribution pour la réalisation de la paix ; c’est pourquoi elles ont déjà pris leur ticket pour le train de la réconciliation", a déclaré leur porte-parole, Félix Tyéoulou, ex-secrétaire général du gouvernement et proche de l`ex-président Gbagbo, à l’occasion d’une audience que leur a accordée le président de la République, Alassane Ouattara.

Par la voix de leur porte-parole, elles ont par ailleurs demandé "pardon au président de la République ainsi qu’à toute la nation pour la part de responsabilité de certains des leurs dans les crises récurrentes que connaît la Côte d’Ivoire depuis 2002". Ces peuples Wê, pour marquer leur volonté d’aller à la réconciliation ont offert au chef de l’Etat un "pagne blanc, symbole du pardon, symbole d’un nouveau pacte d’espoir", a exprimé la député de Bloléquin, Madelaine Oulaï, qui a remis le présent.

Au nom de la réconciliation, ces populations ont par ailleurs sollicité la facilitation du chef de l’Etat pour le retour au pays des fils et filles de ces régions toujours en exil. C’est au cours de son adresse à la Nation le 6 août que le chef de l`Etat a émis le vœu de recevoir les populations des régions du Guémon et du Cavally, après sa visite d’Etat dans le district des montagnes en avril.

Se réjouissant de la tenue de cette rencontre, le président Ouattara a pour sa part réitéré sa détermination à œuvrer pour un retour définitif de la paix et de la sécurité dans ces deux régions et, partant, dans tout le grand-Ouest. Signe de son engagement constant en faveur de ces deux régions, il a offert, à chacune d’elle, 100 millions de FCFA pour aider à leur reconstruction.

Plus que toute autre région, le Guémon et le Cavally ont payé un très lourd tribut lors des crises de 2002 et de 2010. Pour toutes les tueries, assassinats, destruction et incendie de village ou autres formes d’atrocités commises depuis 2002, les peuples Wê ont par ailleurs demandé "la compassion de la nation à la douleur de familles endeuillées, de même que le réconfort du chef de l’Etat", a adjuré leur porte-parole.

La rencontre qui s’est déroulée sur l’esplanade du palais de la présidence a été également l’occasion pour ces populations d’exprimer leur gratitude au chef de l’Etat ainsi qu’au gouvernement pour les efforts consentis en faveur de leurs régions, malgré le contexte de sortie de crise. Au Président Ouattara, elles ont en outre fait part de leurs difficultés et de leurs préoccupations, déclinées en huit points par leur porte-parole. Ces préoccupations ont entre autres porté sur le problème du foncier rural de même que sur la sécurité au niveau de ces deux régions.

Sur le chapitre de la sécurité, ces populations ont notamment déploré une présence trop remarquée de dozos dans leurs localités, ce qui concourt, disent-elles, à créer un climat d’insécurité quasi-permanente. Elles ont pour ce faire émis le vœu de voir leur sécurité désormais confiée aux forces régaliennes, de même que le désarmement des dozos et autres ex-combattants de quelque bord qu’ils soit, a signifié, sans nuance M. Tyéoulou.

Concernant le foncier rural, ces populations dénoncent l’occupation illicite, par des bandes armées de leurs forêts et de leurs terres, ce qui occasionne des conflits à répétition qui altère la cohésion sociale, selon leur porte-parole. "Ce qui se déroule quotidiennement dans nos région apparaît comme un phénomène de colonisation de nos terres qui dépasse tout entendement avec la complicité de certains des fils et filles de la région; ce phénomène, s’il n’est pas jugulé à temps peut constituer une bombe à retardement dont la déflagration à terme serait désastreuse pour les générations à venir", a-t-il plaidé.

Les populations du Guémon et du Cavally proposent pour la résolution du délicat problème du foncier, "la délimitation des terroirs et l’immatriculation des terres". En outre, elles demandent "l’application effective à tous de la loi sur le foncier rural, du code forestier et de la loi sur les parcs et réserves ainsi l’expulsion de toutes les personnes qui occupent illégalement des aires protégées, notamment les forêts classées", a préconisé M. Tyéoulou Félix.

(AIP)

kg/nf

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment