Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Showbizz
Article



 Titrologie



Le Mandat N° 932 du 3/11/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment

Showbizz

Entretien/ Jean Jacques Kouamé (Artiste-chanteur) : “Les artistes du coupé-décalé doivent se produire sur les grandes scènes”
Publié le samedi 3 novembre 2012  |  Le Mandat




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Sans détour, JJK se livre aux questions de Claudy Siar. De l’après Douk-Saga à la continuité du coupé-décalé, l’un des plus grands de ce genre musical dit tout.
Que pensez-vous du peuple ivoirien pendant et après la crise qui a secoué le pays?
Je pense que les Ivoiriens sont formidables. Malgré les soubresauts, la Côte d’Ivoire est restée ferme dans sa volonté de maintenir la paix. Le résultat est positif dans la mesure où l’économie du pays est en train de reprendre.

En 1999, lors du premier coup d’Etat du 24 décembre, les artistes semblaient divisés et bien plus en 2000, 2002 en 2004. J’ai le sentiment que cette dernière crise en Côte d’Ivoire n’a pas donné lieu à une vraie division dans la famille des artistes. J’ai l’impression que vous avez peut être pris du recul et comme, j’aime bien le dire, prendre du recul c’est prendre de l’élan ?
Je pense que c’est une très belle remarque, parce qu’aujourd’hui, les artistes ne sont pas rentrés dans ce bras de fer politique. C’est important pour nous, de rester souder, parce qu’on dit que la musique est un très bon exutoire pour les gens stressés et angoissés.

Tu parles d’angoisse, de difficulté et donc de tragédie. J’ai revu les images des obsèques de Douk-Saga, et je sais que cela a été une période extrêmement difficile pour vous qui étiez ses plus proches compagnons. Comment se relève-t-on, lorsqu’on a eu un tel mentor, une locomotive qui a permis à la musique et à tout un pays de se lever et de chanter ?
Je pense que cela a été très difficile après la mort de Douk Saga. Mais, avec beaucoup d’énergie et d’inspiration, nous avons réussi à relever le mouvement. Et, beaucoup de gens ont cru que ce mouvement allait être éphémère après la mort de Douk Saga, notre président à nous. Mais, on arrive à propulser ce mouvement à travers nos œuvres, nos talents, nos inspirations.

Cela veut dire qu’au-delà de la passion, tu ne mets pas toute ta confiance dans le monde de la musique, parce que c’est une industrie en Côte d’Ivoire qui est en déliquescence. Il n’y a plus toutes ces maisons de disque qu’on a connues ?
C’est vraiment triste,parce qu’en Côte d’Ivoire l’artiste ne vit pas de ses œuvres. Il ne vit que de ses spectacles, ce qui n’est pas forcement mauvais. Mais, il faut tout de même vendre ses œuvres. C’est dommage ! Et, c’est un appel que nous lançons au gouvernement en place, afin qu’il fasse quelque chose parce que, c’est nous qui vendons et exportons ce pays. Moi, je suis directeur commercial d’une société familiale et j’arrive à concilier les deux activités.

Lorsque l’on fait la navette entre la Côte d’Ivoire et la France, est-ce qu’on n’est pas gêné de voir que finalement, il y a de moins en moins d’espace pour que les artistes du continent africain soit reçus et que leurs œuvres soient entendues et appréciées ?
C’est vraiment dommage ! Il faut que nous artistes africains, nous arrivons à jouer sur de grandes scènes. C’est vraiment dommage que l’on n’arrive pas à faire aujourd’hui de grosse salle ici en France. Les gens se limitent à des boîtes de nuit. Moi, les boîtes de nuit ne m’intéressent pas. Je vise la lune et si je me retrouve parmi les étoiles, ce n’est pas mauvais. Je crois que l’on doit s’y mettre tous et donner l’exemple.

H.K (avec RFI)

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment