Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Santé
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Santé

IGNITE évoque l’impact du café sur la prévention des maladies métaboliques
Publié le samedi 3 novembre 2012  |  AIP




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Abidjan – « La consommation régulière et modérée a un effet bénéfique sur le métabolisme glucidique (prévention du diabète de type 2), sur le métabolisme lipidique (prévention de l’athérosclérose) et sur le métabolisme de base qui est utilisé en diététique », rapporte, dans un communiqué transmis vendredi à l’AIP, le programme IGNITE I Café et santé, un univers à découvrir.

Rappelant que le café est un produit de santé naturelle, deuxième boisson la plus consommée au monde après l’eau, le programme révèle qu’il peut protéger les humains contre certaines maladies métaboliques comme le diabète ou l'athérosclérose.

La transformation des sucres, des lipides ou des minéraux par l’organisme, peut être perturbé et cela peut entraîner des anomalies métaboliques comme un excès de sucre dans le sang (hyperglycémie), un excès de triglycérides (hypertriglycéridémie) ou un excès de cholestérol (hypercholestérolémie).

Plusieurs études ont confirmé que la consommation de café est associée à une diminution du risque de diabète de type 2, de l'athérosclérose, de l’inflammation ainsi qu'à une réduction du stress oxydatif. Le métabolisme de base concerne l'énergie minimale nécessaire pour les activités du cœur et du cerveau, la respiration, la digestion, le maintien de la température corporelle.

« A court terme, l’absorption de café entraîne une augmentation du taux de sucre dans le sang (glycogénolyse). Le café contribue ainsi à maintenir un niveau d’énergie élevé. A long terme, la consommation de café a un effet bénéfique sur la tolérance au glucose et la sensibilité à l’insuline. Facteurs de protection très déterminants contre le diabète de type 2 », observe le document.

Selon le communiqué, une étude réalisée aux Pays-Bas auprès de 17.111 personnes, a permis d’observer que les personnes consommant sept tasses ou plus de café par jour, présentaient 50% de risques en moins de développer le diabète de type 2, par comparaison aux personnes qui n’en consommaient que deux tasses voire moins. Ce risque diminue de 35% chez les personnes buvant de six à sept tasses, par rapport à celles qui en boivent zéro à deux tasses par jour ; il diminue également de 28% chez les individus ayant une consommation quotidienne de quatre à six tasses.

Une autre étude chinoise portant sur près de 21.000 personnes, a analysé la relation entre la consommation de café, le mode de vie des participants (activité physique, poids corporel, consommation d’alcool) et le risque de développer un diabète de type 2. Il s’est avéré que ce risque était moindre chez les consommateurs de café, quelque soit leur sexe, leur poids, leur consommation d’alcool ou leur niveau d’activité physique.

Enfin, une étude réalisée en 2007 auprès de personnes âgées des régions méditerranéennes a montré que le risque de diabète de type 2 est divisé par trois chez les hommes et les femmes ayant bu, pendant 30 ans de leur vie, au moins trois tasses de café par jour. La plupart de ces études ont été réalisées avec du café filtré et l’effet préventif contre le diabète de type 2 a été observé quel que soit le type de café, y compris le café décaféiné.

Par ailleurs, IGNITE souligne que les personnes qui ont un taux de cholestérol élevé peuvent continuer à boire du café. A condition de boire du café filtré ou instantané où les quantités de cafestol sont négligeables, notant qu’une consommation de deux à trois tasses par jour n’aura quasiment pas d’impact sur le taux de cholestérol.

Les femmes enceintes et les enfants également peuvent boire, sans risque, de façon modérée, le café, précise en outre le communiqué.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment