Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Économie

Cérémonie de lancement des activités du Groupe Consultatif de la Côte d’Ivoire: l`allocution de M. Emmanuel Noubissie Ngankam, Représentant Résident par intérim de la Banque mondiale
Publié le vendredi 9 novembre 2012  |  Banque Mondiale


Coopération
© Banque Mondiale par DR
Coopération économique: Ahoussou Jeannot et Emmanuel Noubissié à la cérémonie de lancement des activités du Groupe Consultatif de la Côte d’Ivoire
Photo: le Premier ministre Ahoussou Jeannot et Emmanuel Noubissié, Représentant Résident par intérim de la Banque mondiale à la cérémonie de lancement des activités du Groupe Consultatif de la Côte d’Ivoire


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Excellence Monsieur le Premier Ministre,
Messieurs les Ministres d’Etat,
Mesdames Messieurs les Ministres,
Excellences Messieurs les Ambassadeurs et Chefs des Missions Diplomatiques,
Messieurs les Chefs d’Entreprises et Représentants des chambres consulaires et organisations patronales,
Mesdames et Messieurs les Représentant des Organisations non Gouvernementales et de la Société Civile,
Distinguées Personnalités Mesdames et Messieurs,

Nous voudrions tout d’abord vous présenter les excuses de M. Madani M. Tall, Directeur des Opérations de la Banque mondiale qui est absent de Côte d’Ivoire.

La cérémonie qui nous réunit ce matin est l’occasion pour la Banque mondiale d’une part de réitérer l’importance stratégique du Groupe Consultatif que le Gouvernement organise du 4 au 5 décembre prochains à Paris, et d’autre part, de partager avec les partenaires publics, Privés et de la Société Civile, les raisons qui fondent l’engagement de notre institution à accompagner l’initiative prise par l’Etat de Côte d’Ivoire.

Mais avant de rentrer dans le vif du sujet, permettez-nous, Monsieur le Premier Ministre, de relever le fait que vous ayez choisi d’organiser la présente cérémonie en ce lieu mythique. Nous sommes ici dans l’Antre de la République et plus qu’un symbole, le choix de ce lieu, témoigne de la détermination des Hautes Autorités de l’Etat, de faire du Groupe Consultatif, un important repère dans la reconstruction et la relance économique de la Côte d’ Ivoire. Monsieur le Premier Ministre, nous en sommes très sensibles.

S’agissant de la rencontre de Paris dont la réussite dépend également de l’implication des partenaires de la Côte d’Ivoire ici réunis, son importance stratégique tire son essence de la conjonction de plusieurs facteurs. Certes, il s’agira avant tout de mobiliser toutes les énergies autour du Plan National de Développement (PND) qui est désormais le cadre de référence de la politique de développement économique et social de la Côte d’Ivoire. Mais au-delà, nous voudrions ici relever que depuis près de 15 ans, le Groupe Consultatif de Paris sera le tout premier forum international où les dirigeants de la Côte d’Ivoire et leurs principaux partenaires parlerons d’autres choses que des accords de paix et de partage du pouvoir. Après de longues années de batailles politiques, de déconstruction sociale et même de guerre, enfin, il va être question de l’avenir de ce pays et du bien-être de ses filles et fils car qu’est-ce que le développement sinon la quête de la satisfaction des besoins de l’immense majorité des populations ?

Pour ce qui est des raisons de l’engagement de la Banque mondiale, elles sont essentiellement de deux ordres. Tout d’abords, au plan statutaire, la communauté internationale a dévolu à la Banque mondiale la responsabilité d’assister les Etats dans le cadre de l’organisation des Groupes Consultatifs consacrés au financement de leurs programmes de développement. Fort de ce mandat, nous travaillons avec le Gouvernement ivoirien depuis quelques mois et au-delà des difficultés inhérentes à une telle entreprise, nous pouvons vous assurer que tout est mis en œuvre pour que la rencontre de Paris soit un réel succès.

Pour ce qui est de la seconde raison de notre engagement, elle est fondée sur une conviction selon laquelle la Côte d’Ivoire est promise à un grand dessein et mérite d’être aidée pour y parvenir. Nous avons la ferme conviction que l’émergence auquel aspire la Côte d’Ivoire n’est pas un pari : C’est une nécessité. Nous voudrions pour cela soumettre à votre réflexion quelques repères :

Malgré près de vingt ans de crise dont une sévère crise économique du milieu des années 80 que l’on a tendance d’oublier, la Côte d’Ivoire a consolidé sa position de premier producteur du monde de Cacao avec une production record de près de 1,5 millions de tonnes en 2010 – 2011. Ce pays est devenu en pleine crise militaro politique, premier exportateur mondial de noix de cajou avec plus 400.000 T. La Côte d’Ivoire est devenue premier producteur africain d’hévéa et 6ème au monde avec environ 250.000 T de caoutchouc naturel et premier exportateur africain d’huile de palme avec plus de 400.00 T. Bien plus, malgré les années de crise, la Côte d’Ivoire est devenue le deuxième exportateur de produits manufacturés hors pétrole d’Afrique après l’Afrique du Sud et avant le Nigeria. Cette performance dont on ne parle pas souvent, est à mettre au crédit d’un secteur privé fort et dynamique, qui a continué de croire en ce pays et dont le rôle au cours des années à venir sera plus que déterminant pour non seulement donner de la valeur ajoutée aux immenses potentialités de la Côte d’Ivoire, mais également contribuer à la résorption du chômage des jeunes qui est indéniablement l’une des hypothèques qui pèsent sur la stabilité de ce pays.

Au plan sous régional, le Côte d’Ivoire c’est 40% de l’UEMOA et plus de 70% de l’Union du Fleuve Mano. Faut-il dès lors rappeler le rôle vital de ce pays, non pas uniquement pour ses 22 millions d’habitants, mais pour un ensemble régional de plus 100 millions d’Ames.

C’est dire Excellence, Mesdames et Messieurs que la capacité de résilience de ce pays est à la dimension de la solidité de ses ressorts économiques qui ont été certes éprouvés, mais n’ont pas pour autant rompu. C’est dire aussi que n’eut été la crise et au regard du trend de croissance de ce pays au cours des années 70 – 80, nous ne serions pas là aujourd’hui à parler de Groupe Consultatif car la Côte d’Ivoire aurait déjà atteint l’émergence au même titre que le Brésil, la Corée du Sud, la Thaïlande et bien d’autres.

Cette conviction, nous voudrions la partager avec vous afin que nous soyons , chacun en ce qui le concerne, des défenseurs d’une cause juste : Celle du développement de la Côte d’Ivoire.

Je vous remercie

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment