Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Politique

Vent de déstabilisation sur la Côte d’Ivoire / Zasso Patrik, alias Englobal : «Ce qui fait courir Guillaume Soro»
Publié le lundi 12 novembre 2012  |  LG Infos




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Dans un entretien balayage de l’actualité politique nationale que nous avons eu avec lui, Zasso Patrick alias «Englobal», exilé politique en France, fait la lumière sur les voyages de Soro à l’étranger, son vrai mentor et termine par les dessous de la détention prolongée de Simone Gbagbo Ehivet Gbagbo
Ce que Guillaume Soro fait à l’étranger.
Avant tout « Englobal » nous a précisé que le véritable mentor politique de Guillaume Soro c'est le président burkinabé Blaise Compaoré, la trahison faite chaire ! Et ses ennemis jurés ce sont Hamed Bakayoko et Charles Blé Goudé, présentement en exil. Cela dit, Zasso Patrick décrypte le personnage Soro avant d’en arriver à ses voyages autour du monde, qu’il présente comme une course contre la montre. «Guillaume Soro est un fin calculateur qui marche dans les pas de son parrain. Ses fréquents voyages à l'Etranger ont pour objectif de surmonter ses handicaps et bien préparer son arrivée au pouvoir d'Etat en Côte d'Ivoire», a-t-dit. Ajoutant que «Bogota» a conscience de son impopularité, pour avoir conduit une rébellion dont les stigmates sont encore présents de la vie des Ivoiriens. En plus les Ivoiriens, et particulièrement la classe politique, le considèrent comme celui qui trahit. A l’image de son mentor Blaise Compaoré. «Il y a qu’à regarder le parcours politique l’ex-chef de la rébellion pour s’en convaincre. Formé politiquement par Laurent Gbagbo, il se retrouve au Rdr en 2000. Il participe à la préparation du coup d'Etat de 2002 piloté par IB. Lorsque l'opération militaire échoue et se mue en Rébellion, Soro en devient le porte-parole officiel. Puis son chef incontesté au détriment d’Ibrahim Coulibaly, le vrai concepteur, en éliminant physiquement tous les soldats proches de ce dernier», note Zasso Patrick. Il enchaîne que «devenu incontournable dans le processus de sortie de crise, se soustrait malicieusement à l'autorité de Ouattara pour «dealer» avec Gbagbo dont il devient le Premier ministre. Mais réalisant la volonté affichée de Nicolas Sarkozy de mettre son ami Ouattara au pouvoir par tous les moyens, Soro trahit une seconde fois Laurent Gbagbo au profit de Ouattara. Si vous ne le savez, Soro a fait mine de se racheter auprès d’Ib en favorisant son installation à Abobo-Pk 18 pour créer le commando invisible. Mais il a fini par se débarrasser définitivement du sergent chef Ibrahim Coulibaly». Dixit «Englobal». En outre, notre interlocuteur explique : «Même dans les arcanes du Rdr, la déloyauté de Guillaume Soro a pignon sur rue. Et comme il apprend vite, il a compris la force des lobbies financiers auxquels il a beaucoup à offrir parce qu’il contrôle encore les zones Cno. S’aidant des contacts «piqués» dans les carnets d'adresses de Blaise Compaoré et d’Alassane Ouattara, Soro est en train de pénétrer la sphère des multinationales». C’est ce qui explique son séjour, selon Zasso Patrick, dans des villes comme Singapour, Montréal, Bruxelles, Dubaï, etc. Pour garantir à ces multinationales la pérennité des contrats en cours d’exploitation dans la zone qu'il administre actuellement et sur d'autres ressources s'il parvient à succéder rapidement à Ouattara. Il se protège également des poursuites de la Cpi. «Mais Soro prépare surtout une intervention militaire face à un soulèvement populaire ou militaire en cas de départ brusque de Ouattara à qui il est censé succéder constitutionnellement», termine-t-il.
Le cas Simone Gbagbo
Simone Ehivet Gbagbo est en isolement depuis son transfert dans les goulags du nord de la Côte d’Ivoire, sous influence de Guillaume Soro, en novembre 2011. Ouattara la tue à petit feu. Selon les dires de Zasso Patrick. A l’en croire, l’indifférence des premières dames Henriette Konan Bédié et Dominique Ouattara face au drame que vit Simone Gbagbo s’explique : «autant Ouattara et Bédié considèrent que Laurent Gbagbo doit mourir en prison pour avoir été Président de la République de Côte d'Ivoire, autant ces deux femmes-là estiment que Simone Ehivet n'était pas digne d'être Première Dame de Côte d'Ivoire et qu'elle doit payer de sa vie ce «parjure». Mais je ne leur en veux pas. Elles ont le droit de ne pas avoir le sens de l’honneur ou de prendre de la hauteur», termine Englobal.
Barthélemy Téhin.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment