Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Économie

Cérémonie d’ouverture de la revue à mi-parcours de l’Ida-16 : le Discours de SEM Alassane Ouattara, Président de la République de Côte d’Ivoire
Publié le mercredi 14 novembre 2012  |  Présidence


Abidjan:
© Présidence par DR
Abidjan: le Président Alassane Ouattara préside la cérémonie d`ouverture de la réunion de l’Association internationale de développement (IDA)
Mardi 13 novembre 2012. Abidjan, Palais des congrès de l`Hôtel Ivoire. Le chef de l`état, SEM Alassane Ouattara préside la cérémonie d`ouverture de la réunion de l’Association internationale de développement (IDA)


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

- Excellence Monsieur Yayi Boni, Président de la République du Bénin, Président en exercice de l’Union Africaine,
- Excellence Madame Helen Jonhson Sirleaf, Présidente de la République du Liberia,
- Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement,
- Madame la Directrice Générale, représentant le Président de la Banque Mondiale ;
 Mesdames et Messieurs les administrateurs de la Banque Mondiale ;
 Mesdames et Messieurs les Membres Plénipotentiaires de la Banque Mondiale ;
 Mesdames et Messieurs les Directeurs des Opérations de la Banque Mondiale ;
 Mesdames et Messieurs les représentants des institutions internationales ;
 Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux et Centraux ;
 Mesdames et Messieurs les représentants de la Presse ;
 Honorables Invités, Mesdames et messieurs ;

Je voudrais pour commencer, vous souhaiter, au nom du Gouvernement et du peuple ivoiriens et en mon nom personnel, la bienvenue à Abidjan, à l’occasion de cette rencontre, qui a pour objet la revue à mi-parcours des progrès accomplis dans le cadre de l’IDA 16, et jeter les bases de discussion pour l’IDA 17.

Comme vous le savez, l’Association Internationale de Développement (IDA) est la fenêtre de ressources concessionnelles du Groupe de la Banque Mondiale.

Je voudrais remercier très sincèrement mon frère, le Président Yayi Boni et ma Sœur La Présidente Ellen Johnson Sirleaf pour l’honneur qu’ils ont bien voulu nous faire de participer à la cérémonie d’ouverture de cette réunion. Par votre présence vous faite honneur à la Côte d’Ivoire et à tous les pays membres de l’IDA. Votre implication personnelle et vos riches expériences sont pour nous tous, un atout essentiel pour faire de cette réunion un succès au bénéfice des populations de la sous-région et de notre Continent.

Je voudrais aussi exprimer mes remerciements et ma profonde gratitude à l’endroit des dirigeants de la Banque Mondiale, d’avoir à nouveau honoré la Côte d’Ivoire, en la choisissant pour tenir cette importante réunion, après que le Président de l’Institution, Monsieur JIM YONG KIM, ait effectué son premier déplacement ici, quelques semaines après sa prise de fonction.
Je remercie tout particulièrement Madame Caroline Anstey, Directrice Générale de la Banque Mondiale, pour sa présence parmi nous.

Excellences,
Mesdames, Messieurs,

L’IDA-16 dont le cycle s’achève en 2014, est le dernier avant l’échéance capitale de 2015 retenue par les Nations Unies pour l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Les enjeux de la rencontre d’Abidjan sont importants car, même si beaucoup a été fait, la quasi-totalité des pays éligibles aux ressources IDA attend davantage de la communauté internationale pour accompagner leurs efforts vers l’échéance de 2015 et au-delà.

En ce qui concerne la Côte d`Ivoire, la sécurité est revenue sur l’ensemble du territoire, bien qu’il reste encore quelques cas de violence localisés, qui sont rapidement maîtrisés. A cet égard, je tiens à remercier tout particulièrement Madame La Présidente du Liberia et le Président du Ghana pour les efforts conjoints que nous faisons pour sécuriser nos frontières. La réconciliation entre les ivoiriens se renforce de jour en jour grâce à l’engagement de la société civile, des chefs traditionnels et religieux et au travail assidu de la commission Dialogue, vérité et Réconciliation. Des élections législatives libres et transparentes ont eu lieu et des élections municipales sont prévues début 2013. Le nouveau Parlement légifère. Chaque jour, la démocratie se renforce dans notre pays avec la mise en place d’un Etat de Droit et des institutions fortes et crédibles. C’est le lieu de remercier l’IDA pour sa présence à nos côtés, dans cette délicate phase de réconciliation et de reconstruction.

Au plan économique, nous avons adopté un Plan National de Développement 2012-2015, qui définit les moteurs de croissance tant transversaux qu’horizontaux qui nous permettront d’atteindre une croissance forte, soutenue, solidaire, équitable, respectueuse de l’environnement et créatrice d’emplois surtout pour les jeunes. Notre objectif est de construire les bases pour faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020 et réduire le taux de pauvreté de moitié vers 2015. Le taux de croissance pour les trois prochaines années devrait atteindre environ 9 % en 2013 et 10 % en 2014-15, tiré par un accroissement substantiel des investissements, tant privés que publics, et choisis dans les secteurs porteurs de croissance.

Nous continuerons inlassablement nos efforts pour revenir au groupe de tête des pays africains les mieux placés dans l’indice du Développement Humain du PNUD ; pour atteindre les Objectifs du Millénaire de Développement pour 2015 ou s’en rapprocher ; pour créer l’un des meilleurs climats d’affaires en Afrique; et rejoindre le groupe de tête des pays modèles en matière de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption.

Je voudrais aussi souligner combien les ressources IDA sont un soutien précieux pour la Côte d’Ivoire, tant sous la forme d’appui budgétaire, qui nous aide dans la mise en œuvre de notre ambitieux programme de réformes structurelles qu’en matière de projets d’investissements, notamment dans les secteurs de l’éducation, de la santé, des infrastructures urbaines et rurales, de l‘énergie, de la création emploi jeunes et la gouvernance. Grâce à ce soutien et au retour de la paix, nos populations, en particulier les plus démunies, commencent à ressentir, lentement mais sûrement, une amélioration dans leurs conditions de vie.

J’appelle donc de tous mes vœux, l’IDA à renforcer son soutien dans la reconstruction de notre pays, mais aussi dans la transformation de la Côte d’Ivoire vers une économie émergente en portant une attention particulière aux projets créateurs d’emplois surtout pour les jeunes et les ex-combattants. Ainsi, pour cette année, j’ai bon espoir que notre score « CPIA » qui a été pénalisé par la crise post électorale, sera à la hauteur de nos efforts, ce qui devrait nous permettre d’accéder à une allocation IDA plus importante que celle annoncée qui n’est malheureusement pas suffisante pour répondre aux besoins de reconstruction et de relance de notre économie.

Excellence,
Mesdames, Messieurs,

La Côte d’Ivoire est au travail et elle est entrain de retrouver son rôle de locomotive dans la sous-région. Son taux de croissance a un impact non négligeable sur l’ensemble des pays de la sous-région et en particulier sur les pays enclavés du Sahel.

Avec les pays frères de la CEDEAO, nous lançons actuellement de grands chantiers régionaux dans le secteur des infrastructures, qui permettront notamment au Burkina Faso, au Niger et j’espère au Mali, d’écouler leurs vastes ressources naturelles et encourager le commerce régional. Notre ambition est de créer des centres régionaux d’excellence dans les secteurs de la santé, de l’éducation, de la recherche scientifique et technique, de la coopération douanière et sécuritaire. L’IDA pourrait aussi amplifier son champ d’intervention en encourageant d’avantage le financement de projets régionaux plus structurants et en innovant avec des appuis budgétaires régionaux. Ceci permettra de mettre en œuvre des réformes qui dépassent les frontières géographiques des pays bénéficiaires.

Excellences,
Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,

En ma qualité de Président en exercice de la CEDEAO, je puis vous assurer que je ne ménagerai aucun effort pour consolider l’intégration régionale.

Je veillerai, avec l’aide de mes pairs, à prévenir les conflits et à faire respecter les règles élémentaires de la démocratie. Nous ne pouvons plus accepter de coups d’état militaire sur notre continent ni la mainmise sur des pans de territoire par des groupes armés. Nous devons être unis et combattre de toutes nos forces le terrorisme, les trafics d’armes, de drogue, de femmes et d ‘enfants. Il en va de l’avenir de notre continent.

Honorables invités,
Mesdames, Messieurs,

Il n’est pas besoin de rappeler que l’IDA joue un rôle primordial dans le développement de nos pays et dans la réduction de la pauvreté. Elle aide les pays non seulement à sortir des conflits mais aussi à les prévenir, en les soutenant dans leurs efforts de développement. L’IDA est un partenaire fiable sur lequel ses pays membres peuvent compter. L’IDA contribue significativement à réduire la pauvreté en finançant des dépenses pro pauvres ; ce qui est d’autant plus important dans un contexte de crise internationale. Grace à ses conseils avisé et à son expertise unique dans la formulation de stratégie de développement qui prend en compte les caractéristiques de chacun de nos pays, l’IDA est un facteur de progrès pour nos économies et de mieux être pour nos populations.

Certes, nous reconnaissons les contraintes budgétaires des pays donateurs dans ces temps difficiles mais il est de notre responsabilité de les appeler à continuer voire à renforcer leurs engagements ; il y va de la stabilité dans nos pays, dans nos sous-régions et dans le monde. Les progrès accomplis par la Côte d’Ivoire en sont la parfaite illustration qui atteste si besoin en était, que l’aide de l’IDA joue un rôle essentiel dans les situations de sortie de crise, de reprise économique et de développement.

J’appelle donc de tous mes vœux l’IDA à continuer à jouer pleinement son rôle et à demeurer le partenaire exemplaire et fiable de l’Afrique et de tous ses pays membres en les épaulant dans leurs efforts de développement et de réduction de la pauvreté.

Mesdames, Messieurs les Administrateurs,

Je voudrais pour terminer vous souhaiter des discussions fructueuses et surtout des conclusions porteuses d’espoir pour nos pays, pour nos peuples et pour nos enfants.

Je vous remercie.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment