Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Politique

Côte d`Ivoire : les dessous de la dissolution du gouvernement
Publié le jeudi 15 novembre 2012  |  Jeune Afrique


M.Ahoussou
© Ministères par DR
M.Ahoussou Jeannot face à la presse
Le Premier ministre M. Ahoussou Jeannot face à la presse


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Le président Alassane Ouattara a dissous le gouvernement ivoirien mercredi 14 novembre. Quelles sont les raisons de cette décision ? Ses conséquences ? Quand le nouveau cabinet sera-t-il connu ? Éléments de réponse.

En ne reconduisant pas immédiatement le Premier ministre, Jeannot Ahoussou, après la dissolution du gouvernement, mercredi 14 novembre, Alassane Ouattara a ouvert la porte à toutes les supputations au sujet d’un éventuel départ de l`intéressé, nommé seulement en mars dernier. Une affaire qui pourrait encore se compliquer s’il s’avérait que la décision du président était contraire aux dispositions de la Constitution, laquelle stipule que le gouvernement doit être démis sur proposition du Premier ministre.

Quoi qu’il en soit, et même si la présidence soutient que le chef de l’État est en discussion avec les présidents des partis qui composent le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition au pouvoir), la dissolution du gouvernement provoque une crise politique inédite depuis l’arrivée au pouvoir de Ouattara en avril 2011.

Car personne n’a vu venir la décision du chef de l’État. Tout a commencé la veille, mardi 13 novembre, lorsque des collaborateurs de Ouattara lui ont fait le compte rendu d’une séance de la commission des affaires générales et institutionnelles du Parlement qui examinait un projet de loi sur le mariage.

Code de la famille

Celui-ci visait à apporter de nouvelles dispositions dans le Code de la famille, en mettant notamment l’homme et la femme sur un strict pied d’égalité au sein du foyer alors que, précédemment, l’homme restait le seul chef de famille. Les députés des groupes parlementaires du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et de l’Union pour la démocratie et la paix (UDPCI) se sont violemment opposés au vote de la loi.
... suite de l'article sur Jeune Afrique

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment