Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



L'intelligent d'Abidjan N° 2690 du 16/11/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment


Société

Chronique de Famchocolat : Chronique de Famchocolat
Publié le vendredi 16 novembre 2012  |  L'intelligent d'Abidjan




 Vos outils




Cette semaine, le projet de loi, portant abrogation de l’article 53 et modifiant les articles 58, 59, 60 et 67 de la loi n° 64-375 du 7 octobre 1964, relatif au mariage, tel que modifié par la loi n° 83-800 du 02 août 1983, est l’un des sujets qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive. La raison ? Un désaccord sur l’article 58 nouveau proposé à adoption à l’Assemblée nationale.
De nombreuses personnes y ont vu une mesure réductrice, une injure à nos valeurs culturelles, sociales et religieuses, et par conséquent une mise en péril des fondements de notre société.
Alors que l’ARTICLE 58 ANCIEN énonçait que « Le mari est le chef de famille. Il exerce cette fonction dans l’intérêt commun du ménage et des enfants. La femme concourt avec le mari à assurer la direction morale et matérielle de la famille, à pourvoir à son entretien, à élever les enfants et à préparer leur établissement. La femme remplace le mari dans sa fonction de chef s’il est hors d’état de manifester sa volonté en raison de son incapacité, de son absence, de son éloignement ou de toute autre cause. », L’ARTICLE 58 NOUVEAU, prévoit que « La famille est gérée conjointement par les époux dans l’intérêt du ménage et des enfants. Ils assurent ensemble la direction morale et matérielle de la famille, pourvoient à l’éducation des enfants et préparent leur avenir. »
A côté de la majorité des hommes, se sentant dégringoler de leur piédestal de mâles dominateurs, il a été étonnant de voir certaines femmes s’offusquer également d’une telle modification en évoquant l’inadmissibilité d’une décision consensuelle, au sein du couple, dans la désignation du chef de la famille, l’image de l’homme ne devant pas être écorchée ! La faute à la presse et à ses gros titres qui souvent ne veulent rien dire et où on a pu lire « l’homme n’est plus le chef de la famille ! » ou encore « les femmes autorisées à porter la culotte !»
Pour qui a parcouru les différents articles soumis à modification, cette nouvelle loi sur le mariage est une chance pour notre pays, une aubaine pour les hommes et les femmes, un véritable gage d’harmonie familiale. Enfin les mots « conjoint et conjointe » prennent un sens, une gestion conjointe de la famille impliquant la notion de solidarité : l’union parfaite ! En quoi donc organiser « ensemble » la vie familiale serait une insulte à nos valeurs ?
Si ce nouvel article 58 a causé autant de remous, il est urgent de déterminer la valeur que les sceptiques attribuent à la femme, ceux qui instantanément se disent qu’avec une telle loi, toutes les femmes vont vouloir commander leurs maris, alors qu’il ne doit pas avoir deux capitaines dans un même bateau !
Même si religieusement et traditionnellement, la soumission de la femme à son mari a toujours été de coutume, il est nécessaire de visualiser la métaphore de la femme issue de la côte de l’homme pour réaliser que ces deux êtres ne font qu’un, en toute complémentarité. Et puis, nous savons tous que, malgré leurs grands airs de durs qu’ils ont souvent en façade, nos hommes sont la plupart du temps de vrais ours en peluche toujours prêts à plier au moindre désir de leurs femmes. Gadji Celi ne chantait-il pas que « L’homme est le chef de la famille, mais la femme reste le maître incontesté de la maison » ? C’est dire comment la réalité est souvent loin des textes… Pourquoi alors faut-il autant craindre l’harmonisation de cette réalité avec nos textes de loi ?
Aussi il est nécessaire de prendre le projet de loi dans son ensemble, car si l’article 58 déchaîne les passions, les nouveaux articles 59 (prévoyant la contribution des époux aux charges du ménage à proportion de leurs facultés respectives), 60 (sur le choix du domicile de la famille d’un commun accord) eux ne sont pas décriés, parce qu’ils arrangent énormément nos hommes, quand bien même ils ne font que renforcer la notion d’égalité dans le couple.
Au-delà de la vision alarmante de la culotte à porter à deux dans la cellule familiale, nous nous devons au contraire de saluer l’ouverture d’esprit et la lucidité des rédacteurs de ce projet de loi, car au fond il n’a toujours existé qu’une inégalité fictive dans la plupart des couples...
Messieurs, ne craignez donc pas de voir votre image de souverains castrée. Laissez-nous officiellement devenir vos égales et nous n’en serons que plus soumises à vous !
Bon weekend.

www.famchocolat.wordpress.com
www.famchocolat.akendewa.net

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment