Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Nord-Sud N° 2213 du 16/11/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment


Politique

Amadou Soumahoro, Sgi du Rdr : «Il y a eu un manque de solidarité»
Publié le vendredi 16 novembre 2012  |  Nord-Sud


M.
© Abidjan.net
M. Amadou Soumahoro, le secrétaire général du Rassemblement des républicains (RDR)


 Vos outils




A l’issue du secrétariat général extraordinaire du Rassemblement des républicains (Rdr) élargi hier aux autres instances du parti, Amadou Soumahoro, le secrétaire général par intérim a échangé avec la presse.

Cette décision n’est-elle pas une entorse aux débats démocratiques au Parlement ?
Je suis totalement d’accord en tant que démocrate que tout projet de loi doit faire l’objet de débats entre tous les parlementaires même ceux issus du Rhdp. Mais une fois les débats terminés, le soutien au gouvernement doit se sentir par la solidarité entre les membres de l’alliance du Rhdp. C’est ce qui a fait défaut. Ce sont les conséquences de cette situation que le président de la République a tirées. Dans les grandes démocraties, lorsque le gouvernement n’a plus de majorité à l’Assemblée nationale, il démissionne. Dans les grandes démocraties, lorsque le chef du gouvernement doute du soutien de sa majorité à son gouvernement, il va à l’Assemblée nationale pour poser la question de confiance. Je crois que le président de la Réopublique qui est un grand démocrate et qui veut construire une société véritablement démocratique a tiré les conséquences de ce qu’a été le soutien de l’alliance au gouvernement lors du vote sur ce texte important. Aujourd’hui, le Rdr s’est réuni pour dire au président de la République que nous le soutenons pour avoir pris cette décision. Toute chose qui permettra au Rhdp de se ressaisir et de renforcer cette solidarité indispendable au président de la République pour honorer tous les engagements qu’il a pris devant le peuple.

Les députés seront toujours à l’Assemblée. Ils auront encore la possibilité de voter contre des projets de loi.
Les députés sont issus des partis politiques qui sont membres de l’alliance. Nous sommes l’émanation des partis politiques. Certainement les partis politiques membres du Rhdp se retrouveront tel que nous l’avons fait. Croyez-moi, une solution sera trouvée dans le sens du renforcement de l’alliance, dans le sens de la solidarité que le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp, ndlr) doit apporter au président de la République.

Cela ne risque-t-il pas de fragiliser votre coalition ?
Pourquoi voulez-vous que lorsqu’on veut se référer aux principes démocratiques, il y ait des soucis ? Nous nous battons pour la démocratie. Je vous dis que lorsqu’un gouvernement doute de sa majorité à l’Assemblée, il démissionne.

Dans votre déclaration, vous vous êtes dit «inquiet»…
Tout à fait. Heureusement qu’on s’inquiète. Sinon, nous serions des inconscients. C’est un fait majeur quand le président de la République dissout le gouvernement. Ne nous demandez pas de danser à cette nouvelle.

A quel type de gouvernement vous vous attendez ?
Celui que le président de la République souhaiterait. C’est lui le chef de l’Etat.

Permettez-moi de revenir sur cette question. Est-ce que ce n’est pas une façon d’étouffer le débat à l’Assemblée ?
Pas du tout. Le débat a eu lieu. Même certains députés du Rdr, parti du président, ont eu à émettre leurs observations sur le texte. Ce qui est normal. Mais après le débat, le vote est un acte de soutien quand on appartient à une majorité. Le vote est un acte politique, après que chacun a donné son avis, qui donne le message que le gouvernement a une majorité à l’Assemblée nationale. Voyez le symbole du vote d’un groupe parlementaire qui soutient un gouvernement. On n’a pas étouffé le débat. Je répète que des députés du Rdr ont fait des observations sur le texte. Ce qui est normal. C’est un acte démocratique. Mais une fois les débats terminés et que les amendements sont terminés et que le texte est mis au vote, la majorité qui soutient le gouvernement doit, comme un seul homme, donner le message de soutenir le gouvernement. Ou on soutient le gouvernement, auquel cas on continue d’y siéger, ou on ne le soutient pas, auquel cas on démissionne.

Propos recueillis par Bamba K. Inza

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment