Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Le Patriote N° 3895 du 14/11/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment

Politique

La cohésion mise à mal ?
Publié le vendredi 16 novembre 2012  |  Le Patriote




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

La dissolution du Gouvernement Ahoussou Jeannot continue de faire couler encre et salive. Et il en sera ainsi encore et encore. Plusieurs personnes se perdent en conjectures sur les causes et autres raisons profondes qui ont amené le chef de l’Etat, le Président Alassane Ouattara à prendre une telle décision. Pour le numéro 1 des Ivoiriens, la raison serait moins une volonté manifeste d’étouffer la démocratie qu’une simple question de principe. Celui de la loyauté politique. Oui, c’est de cela qu’il s’agit. Il est vrai que le fait de déposer le gouvernement peut paraitre surprenant et à la limite spectaculaire. Mais Alassane ne l’aurait pas fait maintenant, c’aurait été une porte ouverte à des lendemains incertains. Car si ce qui s’est passé à l’Assemblée Nationale n’est pas une faute politique, ça y ressemble beaucoup. C’est tout simplement un manque de solidarité au sein de l’alliance des Houphouëtistes, le RHDP. Oui, le Chef de l’Etat peut se sentir trahi par l’agissement des alliés de son parti, le RDR, lors du vote du projet de loi qui abroge, modifie ou complète certaines dispositions de la loi relative au mariage. A l’hémicycle, le PDCI et l’UDPCI se sont dressés contre ce projet de loi lors des débats. Arguments contre arguments, ils ont émis des doutes et faits des propositions. Chose normale, car c’est ce principe qui fonde l’Assemblée Nationale. Mais quand après débats, on passe au vote, les positions devaient s’uniformiser pour ne prendre en compte que la proposition du gouvernement. Mais, c’est à ce niveau que les partenaires du RDR dans le RHDP n’ont pas joué à fond la carte de l’alliance. Après les arguments, ils sont allés jusqu’à voter contre ce projet de loi. Si intellectuellement cela peut se comprendre, politiquement il est totalement inadmissible que des membres d’une coalition se fourvoient de telle manière jusqu’aller s’opposer dans le vote d’un projet pourtant soumis à l’Assemblée nationale par un gouvernement qui n’est autre que le reflet de cette alliance des Houphouëtistes. Ce reniement, c’en est un, de la part du PDCI et de l’UDPCI, est d’autant plus intolérable qui met à mal ce qui fonde même le RHDP. C'est-à-dire l’union autour d’un homme, Alassane Ouattara, et de son programme pour gouverner la Côte d’Ivoire. En France, dans la coalition qui a porté François Hollande au pouvoir et lui a donné une majorité confortable à l’Assemblée nationale, les Verts de EELV ne partagent pas très souvent certains projets du gouvernement Ayrault dont la Loi de finance 2013. Ils l’ont fait savoir publiquement aussi bien dans la presse que lors des débats parlementaires. Mais, le jour du vote, ils ne sont pas allés contre. Tout simplement à cause de la solidarité et de l’alliance qui les lient. Ici, qu’au sein de la même coalition, des membres se braquent, à l’Hémicycle contre un projet, proposé par un ministre issu du PDCI, accepté en Conseil du gouvernement et validé par le Conseil des ministres issus du PDCI, RDR, UDPCI, il y a forcement de quoi se poser des questions. C’est certainement dans l’attente de trouver les réponses adéquates à un tel agissement que le Président de la république a dissous le gouvernement qui en réalité n’a plus besoin d’être aux couleurs d’une alliance dont certains membres de dressent contre ses projets de loi. Surtout que le PDCI n’est pas à son premier écart. Lors des élections législatives, le parti cinquantenaire avait refusé d’aller en RHDP en dehors de quelques deux ou trois circonscriptions. Et le PDCI, toujours dans une démarche à contre-courant de l’alliance RHDP avait vertement critiqué les actions du gouvernement au cours d’un bureau politique. Ces comportements avaient suscité quelques interrogations au niveau de la rue Lepic et même au niveau de la Présidence. Mais le chef de l’Etat n’avait pas voulu donner suite à ces sorties de route qui, il faut en convenir créent la cacophonie dans une alliance qui s’est formée pour gérer ensemble. Et le comportement de l’UDPCI et du PDCI à l’hémicycle est comme la goutte d’eau qui a débordé le vase et qui enraie le bon fonctionnement de cette coalition.
Toutefois, le communiqué qui sanctionne cette décision laisse clairement comprendre que la cohésion du RHDP n’est pas totalement mise à mal. Mieux, le communiqué précise que le Président Ouattara est "en contact avec les présidents des formations politiques membres" de la coalition au pouvoir pour former un nouveau gouvernement. C’est dire que sauf cataclysme, le prochain gouvernement ne sera pas monocolore.
KL

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment