Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Le Patriote N° 3896 du 16/11/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment

Politique

Sanctions ciblées : L’UE gèle les avoirs de Nadiany Bamba et la prive de visa
Publié le vendredi 16 novembre 2012  |  Le Patriote


Le
© L'Express par I. Sanogo/AFP - L. Gnago/Reuters - DR
Le président Gbagbo et ses épouses
Chacune des deux épouses de Laurent Gbagbo use de son influence et de ses réseaux pour soutenir la campagne de son mari à l`approche de l`élection présidentielle du 31 octobre. A g., Simone Gbagbo, la "légitime"; à dr., Nadiana Bamba, seconde épouse


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

La justice européenne a confirmé jeudi les sanctions décrétées par l’UE à l’encontre de la seconde épouse de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, Nadiany Bamba, privée de visa et dont les avoirs avaient été gelés.
Saisie par les Etats membres de l’UE, la Cour européenne de justice (CEJ) a annulé une décision prise en juin 2011 par le Tribunal de la CEJ qui, statuant en première instance, avait annulé les sanctions prises à l’encontre de Mme Bamba.
Dans son arrêt rendu jeudi, la CEJ considère que l’UE a motivé "de manière suffisante" l`inscription de Mme Bamba sur la liste des personnes considérées comme faisant obstruction au processus de paix et de réconciliation en Côte d’Ivoire.
Mme Bamba était directrice du groupe de presse Cyclone qui éditait notamment le quotidien "Le Temps", favorable à Laurent Gbagbo. Elle avait été sanctionnée par l’UE en janvier 2011 pour "obstruction au processus de paix et de réconciliation par l’incitation publique à la haine et à la violence et par la participation à des campagnes de désinformation en rapport avec l’élection présidentielle de 2010".
Mme Bamba vit actuellement en exil
Laurent Gbagbo, 67 ans, est détenu depuis fin 2011 à La Haye par la Cour pénale internationale (CPI), qui le soupçonne d’être "co-auteur indirect" de crimes contre l’humanité commis pendant les violences postélectorales de 2010-2011.
Son refus de céder le pouvoir à son rival élu, l’actuel président Alassane Ouattara, avait plongé le pays dans une crise qui a fait 3.000 morts.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment