Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



Le Nouveau Réveil N° 3242 du 20/11/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment


Société

Bondoukou / Nanan Adou Bibi 2 (Chef de province Pinango) : «Nous attendons du chef de l’Etat un message fort de réconciliation et d’union»
Publié le mardi 20 novembre 2012  |  Le Nouveau Réveil


Visite
© Abidjan.net par Atapointe
Visite du Chef de l`Etat dans le Zanzan: Le comité d`organisation mobilise la jeunesse
Mardi 13 novembre 2012. Abidjan.Salle de conférence de la bourse du Travail de Treichville. En prélude à la visite du President de la République du 27 au 30 novembre 2012 dans le Zanzan,les ministres Konaté Sidiki, Kaba Nialé et Kouassi Adjoumani en charge de l`organisation ont echangé avec la jeunesse et les cadres de la région du Gondougo et du Bounkani


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Nanan Adou Bibi 2 fait partie des têtes couronnées de la région du Zanzan. En sa qualité de chef de la province du Pinango, une des province du royaume bron, il attend la visite du chef de l’Etat avec beaucoup d’espoir. Il a accepté de nous dire ce que représente cette visite pour les populations de Bondoukou et du Gontougo en général.
Quel sens donnez-vou à la visite d’Etat du président Alassane Ouattara dans le Gontougo le 27 Novembre prochain ?
Je crois que c’est un honneur pour les populations du Gontougo. Nous attendons du chef de l’Etat un message fort, un message d’union et de réconciliation. Nous allons aussi profiter de cette visite du Président pour lui présenter nos doléances afin qu’il puisse satisfaire au mieux celles-ci pour le bonheur de nos populations.

Peut-on avoir une idée de ce qui pourrait être vos préoccupations ?
Nos préoccupations ne sont pas différentes de celles des autres régions Nous allons faire cas des problèmes d’adduction d’eau, d’électricité, de routes, de centres de santé, bref de tout ce dont nos populations aspirent pour un mieux être. Tel que nous connaissons le Président, c’est sûr qu’il va satisfaire à nos préoccupations. La preuve est que certaines voies de Bondoukou ont commencé à être bitumées. Certaines pistes des villages sont en train d’être réhabilitées. Donc nous sommes convaincus qu’il aura une oreille attentive à nos préoccupations.

La question de la réconciliation nationale est justement au centre des priorités du Président Ouattara. En tant qu’autorité traditionnelle de premier plan à Bondoukou, avez-vous une recette ?
Notre recette est d’ordre traditionnel. Notre devoir, en tant que chef traditionnel, est de réconcilier chaque jour que Dieu fait nos sujets. Lorsqu’il n’ya même pas de crise, nos actions tendent toujours vers une harmonie sociale. Car lorsque deux arbres poussent côte-à-côte, ils doivent toujours cohabiter quel que soit le problème qui arrive au point même que les racines de ces deux arbres s’entrelacent. La Côte d’Ivoire revendique 67 ethnies mais le Zanzan en tant que district, revendique, à lui seul, 11 ethnies. Nous sommes obligés, en tant que chef, d’œuvrer de telle sorte que les populations vivent en harmonie. Pour la réconciliation nationale, nous sommes en phase avec le premier ministre Banny pour dire que ce sont les efforts des uns et des autres qui pourront nous amener à la réconciliation. La réconciliation n’est pas l’affaire d’une personne isolée, c’est la main dans la main que nous pouvons y aboutir. Pour le Zanzan, c’est une réalité parce que 11 ethnies cohabitent et il n’ya jamais eu d’animosité.

Quel est l’appel à vos sujets à quelques jours de la visite du chef de l’Etat ?
Je voudrais inviter tous les fils et toutes les filles du Zanzan à enterrer la hache de guerre. Inviter les uns et les autres à ne plus cultiver l’adversité. Mettons-nous ensemble pour accompagner le développement. La Côte d’Ivoire est notre patrie commune et le président Alassane Ouattara qui vient nous rendre visite est le président de tous les Ivoiriens quelle que soit notre sensibilité politique. Sortons pour l’accueillir massivement.
Interview réalisée par DE BOUAFFO à Bondoukou



LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment