Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Nord-Sud N° 2217 du 21/11/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment


Politique

Nouveau gouvernement : Une dizaine de ministres sur le départ
Publié le mercredi 21 novembre 2012  |  Nord-Sud


Activités
© Présidence par DR
Activités gouvernementales: le chef de l`Etat a présidé la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres
Le Président de la République, SEM. Alassane OUATTARA, a présidé dans la matinée de ce Jeudi 17 Octobre 2012, au Palais de la Présidence de la République, le Conseil des Ministres hebdomadaire.


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Si l’on en croit les quelques informations qui filtrent relativement à la formation du prochain gouvernement, c’est à une équipe ministérielle plus resserrée que les Ivoiriens doivent s’attendre. Une nouvelle qui pourrait être dévoilée avant la fin de la semaine.

Exit les carriéristes ! La formation du nouveau gouvernement pourrait être marquée par le départ des carriéristes. Après qu’ils aient passé entre 3 et 11 ans au gouvernement, Alassane Ouattara, selon nos sources, ne verrait pas d’un mauvais œil que certains ministres a la longévité bien établie, prennent enfin leur retraite. Les carriéristes ne sont les seuls dont on annonce le départ. Des ténors du gouvernement dissout le 14 novembre dernier pourraient ne pas de si tôt retourner s’asseoir autour de la table du conseil des ministres.
Même des personnalités appelées en juin 2011 pourraient faire leurs valises. Les plus visés sont ceux qui ont été suspectés de prévarication, de conflits d’intérêts et autres actes de mauvaise gouvernance. Leur départ serait la résultante de la pression des bailleurs de fonds sur les épaules d’Alassane Ouattara. Profondément attaché au principe de bonne gouvernance, M. Ouattara serait habité par le souci de s’entourer d’hommes irréprochables pour les trois années qui le séparent des prochaines échéances électorales. Mais, tout n’est que pronostic. Le coup de tonnerre n’est pas impossible. «Même un coup de fil peut faire changer beaucoup de choses», fait remarquer un observateur averti du microcosme politique ivoirien. Combien de personnes Alassane Ouattara a rencontrées entre lundi et mardi, dans le cadre des tractations pour la formation du nouveau gouvernement ? Bien malin qui pourra se risquer à une réponse, en dehors du premier cercle des collaborateurs du chef de l’exécutif. C’est que, selon nos sources proches du Palais présidentiel, les négociations sont plus serrées qu’elles ne paraissent. Alassane Ouattara buterait sur l’intransigeance de ses partenaires, concernant certains ministres qu’il voudrait voir quitter le gouvernement. Pour surmonter cette difficulté, il a donc continué à rencontrer et à discuter avec les fidèles parmi ses fidèles. Au nombre de ceux-ci, Amadou Soumahoro, le secrétaire général par intérim du Rassemblement des républicains (Rdr) qui est par ailleurs son conseiller politique au Palais.

Négociations serrées pour une équipe plus resserrée

Alassane Ouattara a aussi longuement échangé avec le chef du Parlement, Guillaume Soro. Mais, il n’y a pas que ces deux. Le président Ouattara a aussi vu Jeannot Kouadio-Ahoussou, le Premier ministre du gouvernement dissout. Preuves de plus que les négociations se déroulent comme dans un mouchoir de poche. Henri Konan Bédié, le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) a continué de consulter lui aussi jusque tard dans la soirée d’hier. Il aurait rencontré, à deux reprises au moins, Jeannot Kouadio-Ahoussou.
Toujours selon nos sources, la prochaine équipe gouvernementale, fruit de ces tractations serrées, pourrait être plus resserrée que l’ancienne. En termes clairs, il pourrait avoir moins de ministres dans le prochain gouvernement, même si nos informateurs se gardent de pronostiquer le nombre de membres qu’il comportera. Un éclectisme qui passerait certainement par la fusion de départements dont les attributions se rapprochent. Dans ce sens, il n’est pas à écarter que, par exemple, les ministères de la Justice et des Droits de l’Homme, fusionnent dans le prochain gouvernement et confiés à une seule personnalité. Un vœu exprimé par les Ivoiriens et des observateurs de la scène politique, depuis la dissolution de l’ancienne équipe, le 14 novembre dernier. «L’avantage visible qui se rattache à la réduction de l’équipe gouvernementale, c’est déjà le train de vie de l’Etat qui se réduit. Et ça, pour l’opinion, ça compte toujours», analyse notre observateur de la scène politique.

Marc Dossa

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment