Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Art et Culture
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Art et Culture

Déclaration d’Ofaci sur l’adoption de la loi sur le mariage
Publié le mercredi 21 novembre 2012  |  Ivoire-Presse


Ofaci
© Ivoire-Presse par DR
Ofaci : Mme Sangaré Namizata, Présidente nationale


 Vos outils




Le mercredi 14 novembre 2012, la commission des affaires institutionnelles a procédé au vote de la loi sur le mariage portant abrogation de l’article 53 et modifiant les articles 58, 59, 60 et 67 de la loi n° 64-375 du 7 octobre 1964 relatif au mariage, modifié par la loi n° 83-800 du 2 août 1983.

L’OFACI tient à rappeler que l’Etat de Côte d’Ivoire, en ratifiant le 18 décembre 1995, la Convention sur l’Elimination de toutes les formes de Discrimination à l’Egard des Femmes (CEDEF), s’est engagé à mettre les dispositions contraires de sa législation nationale en conformité avec les principes défendus par cette Convention, réaffirmant ainsi son attachement à l’égalité des sexes.

Si l’OFACI regrette que le vote de cette loi ait pu causer la dissolution du gouvernement Haoussou Jeannot, mettant ainsi à mal les valeurs démocratiques dont nous nous réclamons tous et biaisant le jeu politique, elle se félicite par contre du vote du projet de loi relatif à l’égalité entre époux en commission.

L’OFACI, au vue des vives réactions suscitées, relève qu’en aucune manière cette loi ne vise à retirer à l’homme ses prérogatives masculines. Mais elle doit être perçue comme la promotion d’une gestion conjointe de l’habitat commun et faciliter la gestion du foyer au sein duquel toutes les composantes seraient responsabilisées.
Il est important de souligner que, le principe de collégialité qu’elle affirme fait obligation aux conjoints de communiquer de manière consciencieuse, dans la gestion courante de leurs affaires et ce afin de concourir à une responsabilisation de la femme d’une part, et à une sortie de sa fonction tutélaire de l’homme d’autre part.

Aussi faut il le mentionner, cette loi permet de résoudre l’épineuse question de la réversion de la pension de la femme à l’homme, de même que celle de l’autorité parentale.

Au-delà de tout discours sur l’opportunité d’une telle loi, l’OFACI regrette qu’une sensibilisation préalable n’ait pu être menée afin de sensibiliser les populations sur la question et permettre une meilleure compréhension de celle-ci, ce qui aurait permis d’éviter les extrapolations qui ont court en ce moment.

Au demeurant, les modifications intervenues formalisent une pratique déjà ancrée dans nos traditions, puisque les décisions familiales se prennent généralement mutuellement entre conjoints, nous rappelant à cet effet cette expression populaire « la nuit porte conseil ».
En outre, l’OFACI espère en la mise en place rapide d’un nouveau gouvernement, car la Côte d’Ivoire ne saurait souffrir plus longtemps de l’ absence prolongée du gouvernement, vu les besoins accrues de sa population qui sont entre autre l`Etat de droit et la gouvernance, les services sociaux de base, la création d`opportunités d`emplois etc. En effet, aucun intérêt politique, ne saurait servir de justificatif pour bouleverser le paysage institutionnel dans notre pays. La Côte d’Ivoire sortant d’une crise aussi aigue a besoin de stabilité institutionnelle pour se développer et c’est à cela que nous nous devons de nous atteler.

Fait à Abidjan le 20 Novembre 2012
Par Madame Sangaré Namizata
Présidente nationale

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment