Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



Le Nouveau Réveil N° 3245 du 23/11/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment


Société

African Tour à Abobo : Coumba Gawlo chante la « réconciliation » aux Ivoiriens
Publié le vendredi 23 novembre 2012  |  Le Nouveau Réveil




 Vos outils




Après avoir sillonné les pays tels que : le Niger, le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, la Guinée Conakry, la tournée « Coumba Gawlo African Tour », a connu son apothéose en Côte d’Ivoire par une soirée-gala, samedi 17 novembre 2012 au Palais de la culture (Treichville) suivie d’un concert populaire, le lendemain, à Abobo, au Rond-point en face de la mairie. Cette parade africaine initiée depuis 2005 par la chanteuse sénégalaise, Coumba Gawlo, ambassadrice du Pnud, a pour objectif de recueillir des fonds en vue de lutter contre la pauvreté en Afrique. Pendant ces différentes étapes, plusieurs fonds sont recueillis et reversés aux bureaux Pays du Pnud des pays respectifs. Au-delà de l’aspect de lutte contre la pauvreté, la star sénégalaise, à travers cette dernière escale, a lancé un message de paix et de réconciliation à ses frères ivoiriens après avoir offert trois titres de son riche repertoire : «La Côte d’Ivoire n’est pas le seul pays qui a connu des crises. Entre frères et sœurs, asseyez-vous et discutez pour mettre fin à la guerre. (…) L’Afrique doit tourner le dos aux guerres interminables. Et la Côte d’Ivoire, plaque tournante de la musique africaine doit aspirer à la paix pour faciliter le passage des artistes ici. Ensemble, disons non à la crise. Pour que vive définitivement la paix en Côte d’Ivoire». Les artistes ivoiriennes, Mawa Traoré et Bétika, ont joué leur partition en prônant également des messages de paix et d’amour aux mélomanes venus nombreux. A travers des titres envoûtants, elles ont semé la joie dans le cœur des habitants de « Badgad City ». Le « Baramôgô de Treich », Ismaël Isaac, a clos le concert, laissant les amoureux de la musique Reggae dans une indescriptible hystérie.
M.E.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment