Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Le Patriote N° 3906 du 28/11/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment

Politique

Visite d’Etat du chef de l’Etat dans le Zanzan - Le bounkani à Ouattara : “Vous êtes le chemin le plus sûr pour arriver au développement”
Publié le mercredi 28 novembre 2012  |  Le Patriote


Alassane
© Présidence par DR
Alassane Ouattara dans le Zanzan: le meeting de Bouna
Mardi 27 novembre 2012. Bouna. Dans le cadre de sa visite d`Etat dans le Zanzan, le chef de l`Etat, SEM Alassane Ouattara est accueilli dans la ferveur à Bouna


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Le couple Ouattara-Boukani marche à merveille et a de beaux jours devant lui. Hier, les peuples Koulango et Lobi de la région du Bounkani ont démontré leur attachement au président de la République et ont surtout affirmé leur soutien pour l’accompagner dans sa mission de reconstruction de la Côte d’Ivoire. En effet, le soleil de plomb qui brillait dans le ciel de Bouna avec son cortège de chaleur n’a pas eu raison de la détermination, de l’engagement des vieux, jeunes, élèves, enfants à prendre d’assaut la place de la paix pour communier avec l’hôte de marque de la région. Depuis le matin, les populations venues de tout le département de Bouna, ont permis au président de la République, Alassane Ouattara, de démarrer sa visite d’Etat dans le district du Zanzan par une forte mobilisation. A pied, à moto où en voiture, il a fallu se rendre au premier meeting du chef de l’Etat et les populations n’ont pas voulu se faire conter l’évènement. L’ambiance carnavalesque gagnait en intensité avec les danses traditionnelles qui rivalisaient d’ardeur pour égayer la foule.
Il est 14 heures, le premier citoyen ivoirien est annoncé à l’aéroport de la ville. C’est l’effervescence totale. Les gens courent dans tous les sens. Chacun veut voir, toucher le président de la République. L’ambiance est indescriptible. La tension monte d’un cran quand le cortège présidentiel s’ébranle vers le palais royal où le roi Djarakoni II et sa cour attendent le couple présidentiel. Les uns et les autres jouent des coudes pour se frayer un chemin ou pour avoir une position privilégiée afin de voir le chef de l’Etat et son épouse. Avec un panama de couleur or sur la tête, le chef de l’Etat met pied à terre à 14 heures 40 minutes, dans l’allégresse totale. Après les civilités, l’hôte de la région du Bounkani s’entretient en privé avec le roi avant de mettre le cap sur la place de la paix. Les populations malgré la fatigue, la soif, la faim, sont restées constantes dans leur mobilisation exceptionnelle. L’accueil réservé au couple présidentiel est chaleureux et enthousiaste. Après le mot de bienvenu du maire de Bouna, Ouattara Sanka, le porte-parole des populations, Kangouté Mamadou prend la parole pour exprimer les sentiments et surtout les attentes des populations. «M. le président de la République, vous êtes le signe annonciateur d’un avenir radieux, vous êtes l’espoir du peuple ivoirien et nous comptons sur vous», a-t-il souligné. Avant d’estimer que la Côte d’Ivoire a désormais un président qui pose des actes concrets à la place des discours. «Vous êtes le rempart. Vous êtes le chemin le plus sûr pour arriver au développement et vous pouvez compter sur le Bounkani pour réaliser votre ambition de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020», a-t-il rassuré. Tout en égrenant le chapelet des problèmes qui minent la région de Bouna. Le déficit d’électricité, d’eau potable, de routes, d’écoles, d’hôpitaux, selon lui, plonge le département de Bouna dans une léthargie totale. C’est pourquoi, il a souhaité que ces problèmes listés dans le livre blanc remis au président de la République puissent trouver des solutions pour une vie meilleure à Bouna. Le chef de l’Etat attentif aux souffrances des Ivoiriens a rassuré qu’il mettra en ?uvre tout ce qu’il a promis lors de sa campagne pour améliorer les conditions de vie en Côte d’Ivoire. «Je suis venu vous dire merci et vous dire que grâce à vous, je suis le président de la République aujourd’hui (…) Je peux vous assurer que la Côte d’Ivoire est en paix et au travail. Nous sommes au travail et nous apporterons des solutions concrètes à vos problèmes. Bouna a le taux de pauvreté le plus élevé de la Côte d’Ivoire. Ce taux a atteint un ivoirien sur deux. Je peux vous assurer que dans les deux, trois ans à avenir, je réduirai ce taux de moitié», a-t-il rassuré dans un tonnerre d’applaudissements. En effet, le chef de l’Etat a promis agir dans le respect strict des engagements pris vis-à-vis des régions de Côte d’ Ivoire. «Nous avons investi dans le district du Zanzan 1,6 milliard immédiatement après la crise, en 2012 nous avons investir 5,5 milliards au titre du programme présidentiel d’urgence. Sur les deux années c’est plus de 7 milliards que nous avons dépensé. Nous n’allons pas nous arrêter là. Je peux vous rassurer que ceci n’est qu’un début. Dans le programme de gouvernement que je vous ai présenté lors de ma campagne, nous avons prévu un investissement de 163 milliards pour le développement du Bounkani. Nous tiendrons nos engagements et nous ferrons ces investissements», a-t-il rassuré. Mais tout ceci n’est possible que dans la paix et la cohésion sociale. C’est pourquoi, le président de la République a demandé aux populations de réapprendre à vivre ensemble, d’avoir le sens de la tolérance, du pardon pour une côte d’Ivoire paisible et prospère.
Le couple Ouattara-Boukani marche à merveille et a de beaux jours devant lui. Hier, les peuples Koulango et Lobi de la région du Bounkani ont démontré leur attachement au président de la République et ont surtout affirmé leur soutien pour l’accompagner dans sa mission de reconstruction de la Côte d’Ivoire. En effet, le soleil de plomb qui brillait dans le ciel de Bouna avec son cortège de chaleur n’a pas eu raison de la détermination, de l’engagement des vieux, jeunes, élèves, enfants à prendre d’assaut la place de la paix pour communier avec l’hôte de marque de la région. Depuis le matin, les populations venues de tout le département de Bouna, ont permis au président de la République, Alassane Ouattara, de démarrer sa visite d’Etat dans le district du Zanzan par une forte mobilisation. A pied, à moto où en voiture, il a fallu se rendre au premier meeting du chef de l’Etat et les populations n’ont pas voulu se faire conter l’évènement. L’ambiance carnavalesque gagnait en intensité avec les danses traditionnelles qui rivalisaient d’ardeur pour égayer la foule.
Il est 14 heures, le premier citoyen ivoirien est annoncé à l’aéroport de la ville. C’est l’effervescence totale. Les gens courent dans tous les sens. Chacun veut voir, toucher le président de la République. L’ambiance est indescriptible. La tension monte d’un cran quand le cortège présidentiel s’ébranle vers le palais royal où le roi Djarakoni II et sa cour attendent le couple présidentiel. Les uns et les autres jouent des coudes pour se frayer un chemin ou pour avoir une position privilégiée afin de voir le chef de l’Etat et son épouse. Avec un panama de couleur or sur la tête, le chef de l’Etat met pied à terre à 14 heures 40 minutes, dans l’allégresse totale. Après les civilités, l’hôte de la région du Bounkani s’entretient en privé avec le roi avant de mettre le cap sur la place de la paix. Les populations malgré la fatigue, la soif, la faim, sont restées constantes dans leur mobilisation exceptionnelle. L’accueil réservé au couple présidentiel est chaleureux et enthousiaste. Après le mot de bienvenu du maire de Bouna, Ouattara Sanka, le porte-parole des populations, Kangouté Mamadou prend la parole pour exprimer les sentiments et surtout les attentes des populations. «M. le président de la République, vous êtes le signe annonciateur d’un avenir radieux, vous êtes l’espoir du peuple ivoirien et nous comptons sur vous», a-t-il souligné. Avant d’estimer que la Côte d’Ivoire a désormais un président qui pose des actes concrets à la place des discours. «Vous êtes le rempart. Vous êtes le chemin le plus sûr pour arriver au développement et vous pouvez compter sur le Bounkani pour réaliser votre ambition de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020», a-t-il rassuré. Tout en égrenant le chapelet des problèmes qui minent la région de Bouna. Le déficit d’électricité, d’eau potable, de routes, d’écoles, d’hôpitaux, selon lui, plonge le département de Bouna dans une léthargie totale. C’est pourquoi, il a souhaité que ces problèmes listés dans le livre blanc remis au président de la République puissent trouver des solutions pour une vie meilleure à Bouna. Le chef de l’Etat attentif aux souffrances des Ivoiriens a rassuré qu’il mettra en ?uvre tout ce qu’il a promis lors de sa campagne pour améliorer les conditions de vie en Côte d’Ivoire. «Je suis venu vous dire merci et vous dire que grâce à vous, je suis le président de la République aujourd’hui (…) Je peux vous assurer que la Côte d’Ivoire est en paix et au travail. Nous sommes au travail et nous apporterons des solutions concrètes à vos problèmes. Bouna a le taux de pauvreté le plus élevé de la Côte d’Ivoire. Ce taux a atteint un ivoirien sur deux. Je peux vous assurer que dans les deux, trois ans à avenir, je réduirai ce taux de moitié», a-t-il rassuré dans un tonnerre d’applaudissements. En effet, le chef de l’Etat a promis agir dans le respect strict des engagements pris vis-à-vis des régions de Côte d’ Ivoire. «Nous avons investi dans le district du Zanzan 1,6 milliard immédiatement après la crise, en 2012 nous avons investir 5,5 milliards au titre du programme présidentiel d’urgence. Sur les deux années c’est plus de 7 milliards que nous avons dépensé. Nous n’allons pas nous arrêter là. Je peux vous rassurer que ceci n’est qu’un début. Dans le programme de gouvernement que je vous ai présenté lors de ma campagne, nous avons prévu un investissement de 163 milliards pour le développement du Bounkani. Nous tiendrons nos engagements et nous ferrons ces investissements», a-t-il rassuré. Mais tout ceci n’est possible que dans la paix et la cohésion sociale. C’est pourquoi, le président de la République a demandé aux populations de réapprendre à vivre ensemble, d’avoir le sens de la tolérance, du pardon pour une côte d’Ivoire paisible et prospère.
Lacina Ouattara
Envoyé spécial

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment