Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Santé
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Santé

Journée mondiale de lutte contre le SIDA : l’UNICEF rappelle qu’il faut augmenter le nombre de femmes enceintes et d’enfants bénéficiant d’un traitement
Publié le mercredi 28 novembre 2012  |  UNICEF


Activités
© Autre presse par DR
Activités de l`UNICEF : lancement de l`intensification du programme élargi de vaccination (pev) de routined
Vendredi 20 juillet. Abidjan. Marcory-Anoumabo. UNICEF lance son programme élargi de vaccination (PEV) en présence du Professeur N`Dri Yoman, Ministre de la santé et de la lutte contre le Sida, de M. Hervé Ludovic De Lys, Représentant de l`UNICEF en Côte d`Ivoire, du Représentant du Représentant de l`OMS et de HKI.


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

New York/Abidjan – Le nombre de nouvelles infections au VIH a baissé chez les enfants, mais pour atteindre l’objectif d’une génération sans SIDA, il est nécessaire de traiter davantage de femmes enceintes et d’enfants vivant avec le virus, a déclaré l’UNICEF aujourd’hui. En Côte d’Ivoire, 24 000 enfants ont besoin d’un traitement antirétroviral, mais seulement 7 600 d’entre-deux bénéficient à l’heure actuelle de ce traitement.

Grâce au remarquable engagement de la communauté internationale, les nouvelles infections au VIH chez les enfants ont baissé de 24 pour cent dans le monde, passant de 430 000 en 2009 à 330 000 en 2011. En Côte d’ivoire, 450 000 personnes vivent avec le VIH, dont 63 000 enfants.

En décembre 2011, les enfants qui ont reçu un traitement antirétroviral au niveau mondial étaient 100 000 de plus qu’en 2010.

Mais moins d’un tiers des enfants et des femmes enceintes reçoivent le traitement dont ils ont besoin, alors que la moyenne mondiale est de 54 pour cent chez les adultes.

« Que les adultes aient deux fois plus de chances que les enfants de recevoir les médicaments dont ils ont besoin, c’est tout simplement injuste, a déclaré Anthony Lake, Directeur général de l’UNICEF. Par définition, nous n’aurons une génération libérée du SIDA que si l’on empêche les enfants les plus jeunes et les plus vulnérables de contracter une infection au VIH. Nous devons faire encore plus pour aider les mères et les enfants qui vivent avec le virus à s’affranchir du SIDA. Nous devons redoubler d’efforts pour accroître le nombre de femmes enceintes et d’enfants qui sont testés et soignés dans des programmes de santé prénatals et infantiles de base. »

Si l’on soigne les femmes enceintes séropositives, non seulement elles restent en vie et en bonne santé, mais on empêche leurs bébés de contracter le VIH pendant la grossesse, l’accouchement ou la période d’allaitement. Les traitements peuvent également empêcher la transmission sexuelle d’une femme séropositive à un partenaire séronégatif.

Tout faire pour mettre fin aux nouvelles infections chez les enfants d’ici 2015 et garder leurs mères en vie est l’un des éléments clés de l’engagement global de l’UNICEF envers la survie de l’enfant dans le cadre du mouvement mondial « Une promesse renouvelée ».

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment