Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Politique

Procès de l`affaire Firmin Mahé : "Oui, j`aurais pu désobéir"
Publié le vendredi 30 novembre 2012  |  Jeune Afrique


Le
© Autre presse par DR
Le colonel Éric Burgaud et son avocat Alexis Gublin


 Vos outils




À Paris, au troisième jour du procès des quatre militaires français accusés de l`assassinat du "coupeur de route" ivoirien Firmin Mahé, en 2005, les langues se sont déliées. Au sujet des responsabilités présumées et de la chronologies des faits. Compte rendu.
À son troisième jour, le procès de l’affaire Firmin Mahé est entré dans le vif du sujet avec les auditions des accusés. Les deux premiers (sur quatre), l’ancien adjudant-chef Guy Raugel, 48 ans, et l’ancien colonel Éric Burgaud, 50 ans, ont été interrogés pendant près de 10 heures 30 d’audience, jeudi 29 novembre. Le résident de la Cour d’assises de Paris, Olivier Leurent, a décortiqué quasiment heure par heure le déroulement des événements de cette journée du 13 mai 2005, durant laquelle le sort du « coupeur de route » présumé, Firmin Mahé, a été scellé.

Les deux accusés sont revenus sur les faits qui leur sont reprochés et ont « assumé ». Assumé d`avoir tué Firmin Mahé de sang-froid, à l’aide d’un sac poubelle et de rubans adhésif dans un blindé français pour le premier, Guy Raugel. Et pour le second, Éric Burgaud, qu’il lui en a bien donné l’ordre, après l’avoir lui-même reçu - implicitement - de son supérieur hiérarchique, le général Henri Poncet.


LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment