Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



L'intelligent d'Abidjan N° 2703 du 1/12/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment


Politique

Encadré - La Côte d’Ivoire met ses enfants à l’abri
Publié le samedi 1 decembre 2012  |  L'intelligent d'Abidjan


Activités
© Getty Images
Activités du Premier ministre : Ahoussou Jeannot présente la politique générale du gouvernement devant les députés.
Lundi 16 juillet 2012. Abidjan. Assemblée nationale. Le Premier ministre Ahoussou Jeannot présente la politique générale du gouvernement devant les députés. Photo : Ahoussou Jeannot (pupitre) et Soro Guillaume (arrière-plan)


 Vos outils




«La République peut reconnaître la juridiction de la Cour Pénale Internationale, dans les conditions prévues par le Traité signé le 17 juillet 1998», Article 85 bis. A défaut d’un référendum, les députés ivoiriens ont adopté en commission, le Statut de Rome le vendredi 30 novembre 2012 en attendant le vote en plénière. Le faisant, ils viennent de donner une marge de manœuvres aux autorités ivoiriennes en leur offrant la latitude de transférer qui elles veulent à La Haye. Du coup, Simone Gbagbo, Amadé Ouérémi, Coulibaly Ousmane (Ben Laden), Chérif Ousmane, Ouattara Issiaka, Ouattara Mourou, Kouakou Fofié…, qui seraient dans la ligne de mire de la CPI, courent vers un scénario à la ‘’Omar El-Béchir’’ qui joue à cache-cache avec la Cour pénale internationale. En émettant des réserves à appliquer totalement les décisions de la Cour Pénale Internationale, non seulement la Côte d’Ivoire met à l’abri ses enfants qui seraient sous mandat d’arrêt international délivré par la­­­ CPI, mais aussi, elle réduit leurs champs d’action et de liberté. Ils ne pourront plus se déplacer aussi librement à travers le monde, même en cas de mission ou de formation. Et comme pour répondre à Mme Fatou Bensouda et ses collaborateurs, les décisions de la CPI ne sont plus opposables aux lois ivoiriennes. Une manière pour la République de Côte d’Ivoire de marquer son indépendance et sa souveraineté vis-à-vis de cette institution qui, en 10 ans d’existence, a jugé plusieurs hautes personnalités du monde.

Dosso Villard

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment