Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



Le Mandat N° 955 du 1/12/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment

Société

Violences basées sur le genre/La fondation Archange martèle : ‘‘Un vrai gars ne viole pas, il drague’’
Publié le samedi 1 decembre 2012  |  Le Mandat




 Vos outils




‘‘Un vrai gars ne viole pas, il drague’’. C’est le message fort lancé par l’Organisation non gouvernementale ‘‘La Fondation des archanges’’, lors des journées internationales de la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG) et le Vih/Sida, tenues les 23, 24 et 30 novembre 2012. C’est le village d’Akouédo qui a abrité les manifestations. Notamment, une marche des femmes des différentes communautés dudit village, dans la joie et la communion totale, à travers les rues du plus grand village Ebrié d’Abidjan. Selon Mme Ahoussi, responsable de la communication de la Fondation, il s’agit d’interpeller les hommes sur le fait que la femme n’est pas un objet. Mais plutôt un partenaire sur qui s’appuyer pour un foyer épanoui. ‘‘Nous avons organisé cette marche pour dire non aux violences faites à l’encontre des femmes. La femme mérite respect et considération ; elle n’est pas une esclave et ne doit pas être traitée comme telle’’, a-t-elle indiqué. Des propos soutenus par le parrain, Marc Besset, président de l’Organisation non gouvernementale ‘‘Cocody notre rêve’’. Selon M. Besset, il y a lieu d’amener la population à prendre conscience des violences basées sur le genre, au vu de leurs conséquences néfastes sur la gent féminine, et la société dans son ensemble. Toutefois, il a déploré l’indulgence du législateur face aux violences basées sur le genre, comparativement à des délits mineurs. ‘‘Ce que je déplore le plus, c’est que les lois ivoiriennes sont peu répressives, concernant la violence faite aux femmes. Quand je regarde quelqu’un qui vole un poulet qu’on condamne à 10 ans, et quelqu’un qui viole une femme qu’on condamne à moins de dix ans, j’estime que c’est un peu léger’’, a expliqué M. Besset. Pour lui, ‘‘le législateur devrait travailler à modifier cela, de sorte que la femme soit beaucoup plus protégée dans sa vie de famille, et dans la société’’. Le ministère de la Solidarité, de la Famille et de l’Enfant, était représentée à cette cérémonie par Mmes N’Doumi et Diabaté Amih, respectivement de l’Unité Renforcement des capacités et de l’Unité Communication.

RMK

J’ai un gouvernement pour trois ans”

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment