Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Économie

Cérémonie de remise de matériels et semences aux producteurs maraichers de l’horticulture urbaine et périurbaine (HUP): le mot du ministre Coulibaly Sangafowa
Publié le samedi 1 decembre 2012  |  Ministères


Agriculture
© Ministères par DR
Agriculture : le Ministre Sangafowa Coulibaly offre du matériel et des intrants d`une valeur de 14 millions à 846 producteurs dans le cadre du Projet d`Appui au développement de l`Horticulture Urbaine et Périurbaine (HUP)
Vendredi 30 novembre 2012. Abidjan. Le ministre de l`Agriculture, Mamadou Sangafowa Coulibaly offre du matériel et des intrants d`une valeur de 14 millions à 846 producteurs dans le cadre du Projet d`Appui au développement de l`Horticulture Urbaine et Périurbaine (HUP)


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Monsieur le Directeur de Cabinet ;
Monsieur l’Inspecteur Général ;
Messieurs les Conseillers techniques;
Messieurs les Directeurs Généraux ;
Messieurs les Inspecteurs ;
Messieurs les Directeurs centraux
Messieurs les Chefs de services ;
Chers parents producteurs ;
Honorables Invités ;
Mesdames, Messieurs ;
Chers amis de la presse.

C’est un grand plaisir pour moi de présider la cérémonie de remise de matériels et de semences aux producteurs maraîchers, des zones urbaines et périurbaines, pour la mise en place des champs écoles.

Cette action va permettre de renforcer leur capacité de production.

L'agriculture urbaine et périurbaine contribue fortement à la sécurité alimentaire. En effet, elle fournit aujourd’hui de la nourriture à environ 700 millions de citadins, soit le quart de la population urbaine mondiale.

En Côte d’Ivoire 40% de notre production nationale en légumes sont destinés au seul marché de la ville d’Abidjan.

Avec l’urbanisation galopante des pays en développement, d'ici 2030, c’est près de 60 % des habitants qui vivront dans les villes et qui auront besoin de nourriture. En Côte d’Ivoire ce taux est estimé à 63 %

Cette croissance urbaine va induire une demande urbaine croissante en produits alimentaires.

L’analyse de la situation alimentaire aujourd’hui en Côte d’ivoire aboutit au constat d’un bilan alimentaire déficitaire en fruits et légumes. Le niveau moyen de consommation de fruits et légumes par habitant est actuellement estimé à 50 kg/hab/an, ce qui représente la moitié du niveau minimal recommandé par l’OMS (80-100 kg/hab/an). Ce déficit devrait s’aggraver avec la croissance de l’urbanisation.

L'agriculture urbaine et périurbaine grâce à ses apports diversifiés, est aujourd'hui considérée comme une solution viable et durable pour contrer l'insécurité alimentaire, le chômage, le sous-emploi et la dégradation de l'environnement dans les villes des pays les moins développés (Selon le PNUD).

L’Horticulture urbaine et périurbaine de par sa spécialisation en production de fruits et légumes va améliorer significativement les régimes alimentaires et nutritionnels (vitamines et minéraux) des populations des grandes villes du pays par un meilleur approvisionnement des marchés urbains.

Mesdames et Messieurs,

Les cultures horticoles, plus spécifiquement les fruits et légumes, sont indispensables à une alimentation équilibrée.

Malheureusement, ces productions rencontrent quelques difficultés, à savoir :
- l’infestation par de nombreux ennemis (insectes, acariens, nématodes, champignons, bactéries, virus, etc.) qui réduisent considérablement les rendements ;
- l’utilisation abusive et sans normes des produits phytosanitaires et des engrais ;
- l’emploi des produits non autorisés pour les cultures maraîchères ;
- l’accès insuffisant à une eau d’irrigation de qualité.
Mesdames et Messieurs,

Pour éviter de graves conséquences sur la santé des populations, il est nécessaire, voire indispensable de renforcer les capacités des agriculteurs horticoles, afin d’améliorer la productivité et la qualité sanitaire des produits offerts sur les marchés.

C’est pourquoi, le Ministère de l’Agriculture a mis en œuvre en collaboration avec la FAO, le projet «Appui au Développement de l’Horticulture Urbaine et Périurbaine» « HUP » afin de renforcer les capacités des producteurs en Production et Protection Intégrées (PPI) à travers des Champs Ecoles.

Ce Projet dont la finalité est d’avoir un produit horticole de bonne qualité a, entre autres, objectifs spécifiques :
- la prévention des maladies et ravageurs ;
- l’utilisation de moyens biologiques ;
- l’utilisation rationnelle des produits phytosanitaires ;

Un produit horticole de bonne qualité doit également être cultivé dans des conditions de sécurité des producteurs et de respect de l’environnement (sol, eau) notamment avec des semences de qualité, afin d’assurer des revenus appréciables aux producteurs.
Aussi, le Ministère de l’Agriculture offre-t-il ce lot de matériels et de semences, d’un montant de 14 308 152 (quatorze millions trois cent huit mille cent cinquante-deux) francs CFA, aux agriculteurs horticoles, afin de les aider à mieux produire en quantité et en qualité.

Ce matériel est composé de motopompes, d’atomiseurs, de pulvérisateurs, de dabas, de râteaux, de pelles, de petits matériels et de semences maraîchères pour 15,04 hectares de cultures.

Cette action financée par le Gouvernement va permettre à 848 (huit cent quarante-huit) producteurs maraîchers d’Abidjan, de Yamoussoukro et de Bouaké de bénéficier de connaissances techniques en PPI (Production et Protection Intégrées) ainsi que du matériel de production.

Ainsi, des formations à travers des champs écoles vont non seulement aider au renforcement des capacités techniques mais aussi permettre à des producteurs maraîchers d’augmenter leur production en légumes de bonne qualité.

Ce programme va donc contribuer à n’en point douter à la réduction de la pauvreté chez les bénéficiaires.

Par ailleurs, une augmentation de production de 162,98 tonnes d’une valeur additionnelle de 16,298 millions de francs CFA est attendue; afin que le revenu du producteur soit majoré de 200 000 (deux cent mille) francs CFA, pour un cycle de production de 4 (quatre) mois.
Enfin, je voudrais, au nom du Gouvernement, remercier tous les producteurs qui ravitaillent aujourd’hui les grandes villes du pays en légumes frais, et les encourager à redoubler d’effort pour offrir des produits de bonne qualité.

Je vous remercie.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment