Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Économie

Groupe consultatif sur la Cote d’Ivoire : Discours d’ouverture de Sem Alassane Ouattara
Publié le mardi 4 decembre 2012  |  Ambassade


Relance
© Présidence par DR
Relance économique : Réunion du Groupe consultatif Pour le Financement du Plan National de Développement 2012-2015.
Mardi 4 décembre 2012. Salle de Conférence de la Banque mondiale - Paris


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Monsieur Daniel Kablan Duncan, Premier Ministre de la République de Côte d’Ivoire,
Madame Hélène Conway, Ministre des Français de l’Etranger de la République française,
Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement de la Côte d’Ivoire,
Monsieur le Vice-président Afrique de la Banque Mondiale,
Monsieur le Vice-président de la Banque Africaine de Développement,
Monsieur le Vice-président de la Banque Islamique de Développement,
Excellence Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, chefs de Missions diplomatiques et Représentants des organisations internationales et interafricaines
Mesdames et Messieurs, les Représentants de la Société civile et du secteur Privé,
Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,

Je voudrais, au nom du peuple et du gouvernement ivoiriens, et en mon nom personnel, exprimer mes plus vifs et sincères remerciements au Président du Groupe de la Banque Mondiale Mr. Jim Yong Kim d’avoir accepté que son Institution nous apporte son appui dans l’organisation de ce Groupe Consultatif.

Mes remerciements s’adressent également aux autorités françaises pour leur accueil chaleureux et à Madame Hélène Conway, Ministre des Français de l’Etranger. J’adresse mes remerciements au Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies ; au vice-président de la Banque Africaine de Développement ; au Vice-président pour l’Afrique de la Banque Mondiale, au vice-président de la Banque Islamique de Développement, aux Représentants du Fonds Monétaire Internationale, de l’Union Européenne, et aux représentants de tous les pays amis et des Institutions de développement ici présents de nous faire l’honneur de leur présence à cette première journée du Groupe Consultatif pour le financement du Plan National de Développement 2012-2015 de la Côte d’Ivoire. Je suis convaincu que les résultats de ces journées répondront à l’espoir du peuple ivoirien.

Excellences,
Mesdames et Messieurs,

Au moment où j`accédai à la magistrature suprême de mon pays, il y a 18 mois, l`Etat ivoirien s`était effondré en raison de la crise postélectorale et après une dizaine d`années de mauvaise gouvernance. Le respect des droits de l’homme avait été mis à mal, du fait de l`impunité généralisée qui a prévalu pendant plus de dix ans.

Notre tâche a consisté à doter la Côte d`Ivoire d`Institutions républicaines et à remettre en ordre notre outil de défense et de sécurité.

Après la mise en place du Conseil National de Sécurité (CNS) et la création de l`Autorité du Désarmement, de la Démobilisation et de la Réinsertion, la Réforme du Secteur de la Sécurité, sera accélérée en vue d`assurer l`unité, la modernisation, et l`efficacité de notre appareil sécuritaire. Nous apporterons une attention particulière à la formation de nos forces réunifiées, en vue de leur inculquer la nécessité de respecter les droits de l`homme dans l`exercice de leur fonction.

Notre détermination est forte, pour faire régner partout, la sécurité à laquelle ont droit tous les ivoiriens et tous ceux qui vivent en Côte d`Ivoire.

Par ailleurs, à la suite d’élections législatives libres et transparentes, le nouveau Parlement légifère en ce moment. Des élections municipales et régionales couplées sont prévues début 2013. Un nouveau gouvernement vient d`être mis en place avec une feuille de route précise. J`ai notamment instruit le Premier Ministre, Daniel Kablan Duncan, d’accélérer la mise en œuvre de notre programme et de veiller, dans la conduite de l`action gouvernementale, à lutter avec rigueur contre la corruption. Aussi, chaque jour, notre démocratie devient plus enracinée, plus sereine, plus solidaire avec la mise en place progressive d’un Etat de Droit et d’Institutions fortes et impartiales.

Excellences,
Honorables invités,
Mesdames, Messieurs,

La Côte d’Ivoire est aujourd’hui en train d’écrire une nouvelle page de son histoire. Elle renoue avec la paix, la sécurité et la stabilité. Elle est pleine d’espoir et résolument tournée vers l’avenir. Elle retrouve ses traditions d’accueil et d’hospitalité.

Toutes les forces vives de la Nation se sont remises au travail avec ferveur et enthousiasme. Chaque jour la construction d’un pont progresse, une desserte locale est remise en état, un grand axe routier voit le jour ; l’assainissement des villes continue, une nouvelle maison est connectée au réseau électrique, une nouvelle pompe à eau fait la joie de tout un village, un étudiant dans une université rénovée se connecte au web, des milliers d’enfants avec des kits scolaires gratuits étudient sur des bancs neufs ; de plus en plus de malades reçoivent des soins dans des d’hôpitaux et des dispensaires rénovés. Chaque jour, des chantiers s’ouvrent, les recherches minières et les forages progressent, des champs sont de nouveau labourés et des paysans reçoivent enfin une part équitable du fruit de leur travail.

Oui, Mesdames et Messieurs, la Côte d’Ivoire est au travail dans un climat de plus en plus apaisé. Chaque jour des frères et des sœurs se retrouvent dans le grand mouvement de réconciliation nationale que rien ne pourra arrêter. La Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation est à pied d’œuvre. Les quelques épisodes de violence localisés et vite maîtrisés n’arrêteront pas ce grand mouvement vers un avenir meilleur. En effet, les Ivoiriens dans leur très grande majorité, de toutes les régions et de toutes les couches sociales aspirent à vivre dans un climat apaisé où règnent la sécurité, la fraternité, la transparence et la bonne gouvernance.

Certes le chemin sera long et la tâche ardue mais, la Côte d’Ivoire sait aussi qu’elle peut compter sur le soutien renouvelé et renforcé de la Communauté internationale pour écrire cette nouvelle page de son histoire.

Excellences,
Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,

La Côte d’Ivoire est aussi en train de réussir son décollage économique. La stabilité macroéconomique a été retrouvée et la dette extérieure, après l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE au mois de juin 2012, ne représente plus que 18 % du PIB.

Les résultats économiques sont bien meilleurs que prévus et pour la deuxième année consécutive, le FMI a revu ses prévisions de croissance pour la Côte D’Ivoire à la hausse. Avec un taux de 8,6% en 2012, la Côte d’Ivoire a rejoint les pays qui ont le plus fort taux de croissance en Afrique et dans le monde.

Le Plan National de Développement 2012-2015 que nous vous présentons et pour lequel nous sollicitons votre soutien définit une nouvelle stratégie économique basée sur un diagnostic franc et sans détour. Elle représente une rupture avec les politiques du passé. Cette stratégie est définie autour de puissants moteurs de croissance transversaux (Etat de droit, bonne gouvernance, éducation, santé, environnement) et verticaux (agriculture, bâtiments, travaux publics, transports, mines, énergie, industrie, Technologie de l’information et de la communication, tourisme et secteur financier). Sa mise en place nous permettra d’atteindre une croissance forte, soutenue et solidaire ; celle-ci sera respectueuse de l’environnement et créatrice d’emplois, surtout pour les jeunes et les ex combattants. Un agenda cohérent de mesures structurelles, afin de créer une économie compétitive est en train d’être mis en œuvre avec le soutien de la Banque Mondiale, du FMI, de la BAD, de la BID, du PNUD, de l’Union Européenne et des pays amis.

Notre objectif est de construire les bases pour faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020 et de réduire le taux de pauvreté de moitié vers 2015.

Le taux de croissance pour les trois prochaines années devrait atteindre environ 9 % en 2013 et 10 % en 2014-2015. Ces résultats proviennent d’accroissement substantiel des investissements tant privés que publics, judicieusement choisis dans les secteurs porteurs de croissance.

Les investissements publics ne pourront pas être financés entièrement sur nos ressources propres. C’est pourquoi, nous sollicitons votre aide pour couvrir les besoins de financement publics, qui s’élèvent à 2017 milliards de FCFA (soit environ 4 milliards de $ ou 3 milliards d’euros) pour la période 2013-2015.

Le Gouvernement continuera de renforcer les finances publiques en améliorant le recouvrement des recettes fiscales et en s’assurant d’une bonne maitrise de la politique d’endettement extérieur. L’Etat entend également accorder une place prépondérante au secteur privé, notamment à travers les investissements directs, Partenariats Publics Privés, et autres formes de contrats public-privé.

Par ailleurs, j’ai le plaisir de vous informer que le climat des affaires s’améliore : notamment avec l’adoption en juin dernier d’un nouveau Code des investissements plus favorable aux investisseurs; la mise en place de tribunaux de commerce et la création d’un Guichet Unique de l`Investisseur au sein du Centre de Promotion des Investissements en Côte d`Ivoire (CEPICI). Celui-ci a été restructuré, pour offrir aux opérateurs économiques l’opportunité d’effectuer dans un même lieu, l’ensemble des formalités nécessaires à la création d’une entreprise en Côte d’Ivoire, dans un délai amélioré.

Nous continuerons inlassablement nos efforts pour :
- revenir au sein des pays africains les mieux placés dans l’indice du Développement Humain du PNUD
- atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement en 2015;
- et enfin rejoindre les pays modèles en matière de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption.

En effet, je suis profondément convaincu que l’investissement privé et la création d’entreprises sont les fondements nécessaires pour une économie compétitive et dynamique.

Excellences,
Mesdames, Messieurs,

La Côte d’Ivoire est entrain de retrouver la place qui était la sienne dans la sous-région. Son taux de croissance a un impact non négligeable sur l’ensemble des pays de la sous-région, en particulier sur les pays enclavés du Sahel.

Investir en Côte d’Ivoire c’est investir pour la sous-région et donc contribuer à réduire la pauvreté, au-delà de nos frontières.

Investir en Côte d’Ivoire, c’est permettre l’accès à un vaste marché, puisque notre pays est membre de la Communauté Economique de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), comprenant 15 pays, avec une population de plus de 300 millions d’Habitants.

La Côte d’Ivoire est aussi membre de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), comprenant 8 pays, avec une population d’environ 100 millions d’habitants.

Investir en Côte d’Ivoire permet l’accès à des infrastructures de qualité, avec 2 ports (Abidjan et San Pedro), 3 Aéroports internationaux (Abidjan, Yamoussoukro et Bouaké), des infrastructures routières, des réseaux de télécommunications denses et interconnectés et un système bancaire diversifié.

Avec les pays frères de la CEDEAO, nous lançons actuellement de grands chantiers régionaux dans le secteur des infrastructures, qui permettront notamment au Burkina Faso, au Niger et j’espère, prochainement, au Mali d’écouler leurs vastes ressources naturelles et encourager le commerce régional.

Par ailleurs, nous avons l’ambition de créer des centres régionaux d’excellence dans les secteurs de la santé, de l’éducation, de la recherche scientifique et technique, ainsi que de la coopération douanière et sécuritaire. La communauté internationale pourrait aussi amplifier son champ d’intervention en encourageant d’avantage le financement de projets régionaux, avec des appuis budgétaires régionaux. Ceci permettra de mettre en œuvre des réformes qui iront au-delà des frontières géographiques des pays bénéficiaires.

Excellences,
Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,

En ma qualité de Président en exercice de la CEDEAO, soyez assurés que je ne ménagerai aucun effort pour consolider notre intégration régionale. Je continuerai à tout mettre en œuvre, avec l’aide de mes pairs, pour prévenir les conflits et faire respecter les fondements de la démocratie.
Nous devons être unis et combattre de toutes nos forces le terrorisme, les trafics d’armes, de drogue, de femmes et d’enfants.

La meilleure façon de faire face à ces dangers est de renforcer votre soutien à la Côte d’Ivoire dans ses efforts de développement. La réalisation d’une croissance forte, soutenue et équitable pour tous est la meilleure arme pour combattre ces fléaux.

Excellences,
Honorables invités,
Mesdames, Messieurs,
Je suis conscient des contraintes budgétaires des pays amis dans ces temps difficiles ; cependant, je vous encourage à continuer et à renforcer vos engagements à nos côtés car il en va de la stabilité dans la sous-région, en Afrique et dans le monde. Les progrès accomplis par la Côte d’Ivoire attestent, si besoin en était, que votre aide joue un rôle essentiel dans les situations de sortie de crise, de reprise économique et de développement.

Je voudrais pour terminer vous renouveler les remerciements du Gouvernement et du Peuple ivoiriens. Je formule le vœu que cette rencontre soit une fois de plus l’occasion de confirmer la solidarité des différents partenaires en faveur de la Côte d’Ivoire. La mobilisation effective des ressources nécessaires permettra la réalisation de ses ambitions et son décollage économique déjà amorcé.
Soutenir le renouveau de la Côte d’Ivoire, c’est renforcer la démocratie dans la sous-région et dans l’Afrique tout entière.

Excellences, Honorables invités, Mesdames, Messieurs,

Je déclare à présent ouverte la réunion du Groupe Consultatif pour le financement du Plan National de Développement 2012-2015 de la Côte d’Ivoire.

Je vous remercie.



Articles associés

AFP
Côte d`Ivoire: Ouattara sollicite 3 milliards d`euros pour le développement
 
Présidence
Communiqué final de la Première journée du Groupe consultatif de la Côte d`Ivoire
 



Reunion du groupe consultatif pour le Financement du PND 2012-2015 : Extrait de l'allocution du President Ouattara
Publié le: 4/12/2012  |  RTI

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment