Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Le Mandat N° 958 du 5/12/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment

Politique

Procès sur le meurtre d’un soldat nigérien de l’ONU : La vérité se dessine tout doucement
Publié le mercredi 5 decembre 2012  |  Le Mandat


Sept
© Reuters
Sept Casques bleus nigériens tués dans une embuscade dans l`Ouest ivoirien
Les corps de sept soldats de la paix des Nations Unies tués vendredi dans le sud-ouest Côte-d`Ivoire sont déchargés d`un avion de l`ONU à l`aéroport d`Abidjan


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Trois sur les quatre ex-Fds accusés du meurtre du soldat nigérien de l`ONU, Mamoudou Idy, en mars 2011, sont passés à la barre, hier, mardi 4 décembre, au tribunal militaire d’Abidjan. Les trois militaires à savoir le capitaine Roland Séahet Dégohouo, le sous-lieutenant Emmanuel Krapa Kouakou et le caporal Serge Toubaté Tom poursuivis par le tribunal militaire notamment pour arrestation illégale, séquestration, meurtre et viol ont comparu. Sauf le caporal Alain Mabré pour cause de maladie. Le premier appelé à la barre fut le sous-lieutenant Emmanuel Krapa Kouakou qui a dit avoir constaté la mort du soldat onusien. « J’ai reçu l’ordre du capitaine Séahet de le conduire à un poste de police ou de gendarmerie. Après avoir parcouru les commissariats et postes de gendarmerie pour y conduire le monsieur qui se disait soldat de l’ONU et n’ayant trouvé aucun poste ouvert. Nous sommes revenus là où nous l’avons pris et ayant constaté sa mort, je l’ai déposé à ce poste de contrôle (check point de miliciens pro-Gbagbo) », a-t-il affirmé. Quant au capitaine Séahet, il a affirmé avoir échangé pendant une demi-heure avec Mamoudou Idy et Yolande Gossé qui avaient été appréhendés par les miliciens pro-Gbagbo. « Après avoir été joint au téléphone par ‘’johnson’’ un des éléments qui les avait appréhendés, je me suis rendu sur les lieux. J’ai demandé qu’on leur redonne leurs habits pour qu’ils se rhabillent. Puis nous avons échangé, après cela, j’ai demandé au sous-lieutenant Emmanuel Krapa Kouakou de conduire Idy à un poste de police ou de gendarmerie puis une fois fait de raccompagner la jeune dame à son domicile », a-t-il dit. Le dernier à comparaître fut le caporal Serge Toubaté Tom qui a révélé que le soldat onusien avait du mal à marcher et qu’une fois dans le véhicule il se tordait de douleur et qui lui aurait demandé de se coucher. Et qu’au retour après avoir fait le tour de plusieurs postes de police et de gendarmerie pour y déposer le gendarme nigérien appartenant aux Casques bleus de l’Opération des Nations unies. Ils reviendront au poste de contrôle où il avait embarqué et c’est lorsqu’il lui a demandé de descendre du véhicule qu’il constatera l’inertie du soldat onusien. Et Mamoudou Idy, sera transporté par les miliciens pro-Gbagbo sur injonction du sous-lieutenant Emmanuel Krapa Kouakou dans leur ‘’bunker’’. Après ces trois comparutions, le tribunal a reporté la suivante audience au jeudi 6 décembre prochain.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment