Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Art et Culture
Article



 Titrologie



L'intelligent d'Abidjan N° 2707 du 6/12/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment


Art et Culture

Miss CEDEAO 2012 / Après son sacre à Abidjan, le samedi dernier : Retour triomphal de Mariam Diallo à Conakry
Publié le jeudi 6 decembre 2012  |  L'intelligent d'Abidjan


Beauté
© Abidjan.net par Serge B
Beauté : La guinéenne Mariam Diallo remporte Miss CEDEAO 2012
la finale du concours miss cedeao s `est déroulée le samedi 01 décembre 2012 avec le sacre de la guinéenne Mariam Diallo


 Vos outils




La nouvelle reine de la beauté sous-régionale, Miss CEDEAO/Miss ECOWAS 2012, Mariam Diallo et la délégation du Comité Miss Guinée ont quitté Abidjan, le mardi 4 décembre 2012, aux environs de 16 heures GMT pour rejoindre la Guinée. L’avion qui transportait la Miss CEDEAO/Miss ECOWAS, a atterri sur le tarmac de l’Aéroport international «Gbessia» de Guinée-Conakry à 17 heures GMT. La 16ème Miss CEDEAO/Miss ECOWAS a été accueillie dans une véritable liesse populaire. «J’ai été reçue par la Première dame de Guinée, Madame Hadja Djènè Kaba Condé et des membres du Gouvernement. On nous a offert un cocktail en l’honneur de la victoire de la Guinée au concours Miss CEDEAO/Miss ECOWAS», a-t-elle annoncé lorsqu’elle a été jointe au téléphone, dans l’après-midi d’hier. Une consécration qui permet au pays d’Alpha Condé de rayonner pour la première fois sur l’édition du concours de beauté panafricain Miss CEDEAO/Miss ECOWAS. Il y a quelques années l’ancienne artiste guinéenne du Groupe ‘’Les Barry’s’’ (Johanna (aînée), Mimi et Maïmouna) qui évoluait en Côte d’Ivoire, retourne au pays pour mettre son expérience au service des siens. Une fois sur la terre de ses ancêtres, Johanna Barry prend les rênes du comité Miss Guinée (COMIGUI). Elle connaît bien les scènes ivoiriennes, surtout celles du Palais des Congrès de l’Hôtel Ivoire, pour y avoir joué en tant qu’artiste-chanteuse. Si la présence de Johanna Barry dans la salle loin de sa filleule sur la ‘’T’’ de ladite salle avait été remarquée, il faut dire que la présidente Johanna Barry a beaucoup apporté à la candidate Guinéenne. Son choix de présenter à ce concours la première dauphine de Miss Guinée 2012, Sally Kéita, a soulevé un tollé. «Chaque comité national de Miss CEDEAO est souverain. Il peut décider de présenter à sa convenance l’une des trois élues qui répond le mieux aux critères et canons de beauté d’un concours donné», a précisé le président du comité d’organisation du concours Miss CEDEAO/Miss ECOWAS, Victor Yapobi, au cours de la conférence d’après finale, le samedi 1er décembre dernier. Ce fut le cas en Côte d’Ivoire en 2000. Le Comité Miss Côte d’Ivoire (COMICI) avait fait concourir la première dauphine de Miss Côte d’Ivoire 2000 (Miss Linda Delon), Boblin Lou Amélie à la 7è édition du concours Miss CEDEAO/Miss ECOWAS au Bénin. Même son de cloche pour le concours international Miss International qui s’est déroulé dans la troisième grande ville au Japon en 1999. Le COMICI avait également opté et déposé la candidature de la deuxième dauphine, Camara Madoussou Finèh. Et ce, au détriment de la Miss Côte d’ivoire 1999, Dodo Sylviane et sa première dauphine Coulibaly A. Par ailleurs, loin des tropiques, la souveraineté des comités nationaux est constatée. Le Venezuela est l’un des pays qui a le plus de lauriers glanés en matière de couronnes obtenues. Au pays de Hugo Chavez, le comité Miss Venezuela a essayé de clarifier les choses. De facto, la Miss Venezuela quand elle est élue, elle concourt pour le compte du concours Miss Univers. Puis, la première dauphine du trio désigné, quant à elle, se présente à Miss Monde. La deuxième dauphine reste en compétition pour le diadème de Miss international. En 1995 à Las Vegas, au Nevada aux Etats-Unis d’Amérique, la 43ème Miss Venezuela Alicia Machado Fajardo avait remporté la couronne de Miss Univers 1995. Sa première dauphine de Miss Venezuela 1995, Jacqueline Maria Aguilera Marcano, avait elle aussi raflé le diadème de Miss Monde 1995 la même année. Ce n’est donc pas un scandale que la dauphine représente sa Miss à un concours international de beauté. Cela relève de la compétence discrétionnaire des comités nationaux qui, comme on le sait, sont souverains vis-à-vis des autres.
Patrick Krou

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment