Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Politique

CPI :Comment Ouattara manoeuvre pour faire libérer Gbagbo
Publié le vendredi 7 decembre 2012  |  Le Banco


La
© AFP
La Haye : Laurent Gbagbo comparaît en direct a la CPI
Lundi 5 décembre 2011. La Haye, CPI (Pays-Bas)


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Les militants Lmp (l'ex-majorité présidentielle au pouvoir) ont de bonnes raisons de croire que leur champion, Laurent Gbagbo, pourra, retrouver, un jour, la liberté provisoire. Dans les coulisses, le président ivoirien, Alassane Ouattara et des lobbyistes, manoeuvreraient pour que la Cpi accepte la requête de ses avocats.
Selon des sources bien introduites, après l'arrestation de Laurent Gbagbo, le 11 avril 2010, le nouvel homme fort de Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara, n'aurait pas souhaité que l'ancien chef de l'État soit transféré à la prison de La Cour pénale internationale (Cpi), à La Haye. Le président élu était conscient qu'après le dénouement de la crise postélectorale, la tâche la plus difficile de son quinquennat serait de réussir à réconcilier les Ivoiriens.
Comment se réconcilier avec les 2,1 millions d'Ivoiriens pro-Gbagbo
D'autant plus que l'équation qui s'impose à lui est de se faire accepter par les 2,1 millions d'Ivoiriens (45,90 % de l'électorat contre 54,10 %) qui ont voté pour son adversaire et qui ne jurent que par son nom. Le dilemme du choix entre livrer son adversaire à la justice internationale au péril de la réconciliation ou le mettre à la disposition de la justice ivoirienne a été le tournant de la crise postélectorale.
Sous la pression de ceux qui l'ont aidé à gagner la guerre et à chasser Laurent Gbagbo du pouvoir, au final, c'est l'option de la Cpi qui a été privilégiée. L'ancien président français, Nicolas Sarkozy, qui avait de bonnes raisons de profiter de la situation pour régler ses comptes avec le camp de l'ancien régime ivoirien, aurait pesé de tout son poids pour qu'il en soit ainsi.
Processus de réconciliation en panne.
Aujourd'hui, l'on se résout à reconnaître que le processus de réconciliation est viscéralement en panne. La Commission dialogue vérité et réconciliation (Cdvr), présidée par l'ancien Premier ministre, Charles Konan Banny, n'a pas pu, à ce jour, réussir à prendre véritablement langue avec le Front populaire ivoirien (Fpi), le parti de Laurent Gbagbo, qui d'ailleurs, rappelons-le, avait boycotté les élections législatives du 11 décembre 2011.
Certaines Ong comme le Centre Carter présent sur le terrain en Côte d'Ivoire depuis des années, avaient regretté le faible taux de participation (36 %) et l'absence de l'opposition significative à ce scrutin. « Des raisons imputables au boycott de plusieurs partis politiques, particulièrement du Front populaire ivoirien (FPI, parti de Laurent Gbagbo), au désintérêt des électeurs pour ce scrutin, à la crise postélectorale, et qu'au manque de sensibilisation des médias » avaient relevé dans son rapport l'Ong américaine fondé par l'ancien président Jimmy Carter.
Cela fait douze mois que Laurent Gbagbo est détenu par la Cpi, et au regard des nombreux blocages dans le processus de réconciliation, la situation donne raison à ceux qui avaient déconseillé à Ouattara de signer son transfèrement à La Haye.
Grandes manoeuvres pour sortir Gbagbo de la Cpi.
Le président ivoirien peut-il encore faire marche arrière pendant que l'affaire suit son cours judiciaire ? Quelles sont les marges de manoeuvre du président ivoirien ? La Cpi dont l'indépendance n'a jamais été remise en cause va-t-elle suivre l'injonction des politiques pour sauver la réconciliation en Côte d'Ivoire ?
Selon des sources concordantes, le président Ouattara ne cacherait pas, en privé, son regret, et pense même qu'il est encore possible de rattraper les choses pour changer la donne. Il manoeuvrerait avec l'aide de certains lobbyistes connus, à l'instar de l'ancien ambassadeur de France en Côte d'Ivoire, Jean-Marc Simon aujourd'hui à la retraite, pour obtenir gain de cause. Le cabinet de ce dernier, Eurafrique Stratégie, aurait été, mis à contribution.
Mais force est de constater que l'action des lobbys ne suffira pas à déminer le terrain. D'où la sollicitation de son homologue français pour amener la Cpi à fléchir sous la demande de mise en liberté provisoire des avocats de la défense. De toutes les façons, la détention du camarade Gbagbo à La Haye n'avait jamais été du goût des Socialistes français. Au 10, rue Solférino à Paris (siège du PS), certains, n'avaient pas manqué de dénoncer une justice des vainqueurs en Côte d'Ivoire.
Les dessous du refus de Ouattara de livrer Simone Gbagbo à la Cpi
Autre acte important à souligner, c'est le refus de Alassane Ouattara de livrer Simone Gbagbo à la Cpi en dépit d'une demande expresse de la Cour, au grand dam des pro-Gbagbo. Prétextant que la justice ivoirienne est compétente pour la juger sur place. Le numéro un Ivoirien a, une fois de plus, démontré sa bonne foi à Paris de jouer pleinement la carte de la réconciliation.
Cependant, il y a un os dans la chaîne de la médiation. L'on reproche à Abidjan un manque de réalisme et des maladresses dans la conduite du dossier. La présence de Jean-Marc Simon dans le dossier poserait problème aux yeux de l'Élysée. L'ancien ambassadeur, nommé par Nicolas Sarkozy à Abidjan en pleine crise, aurait coordonné, depuis sa base de la lagune ébrié, l'opération militaire des forces françaises qui a conduit à déloger Laurent Gbagbo de son bunker. Opération qui aurait fait de très nombreuses victimes dont le nombre est toujours gardé au secret.
Ce que Hollande et Ouattara se sont dit à Paris
Selon encore les mêmes sources, lors de l'audience accordée par Hollande à Ouattara le mardi 4 décembre dernier à l'Élysée, les deux chefs d'État auraient discuté amplement de la question. Un tête-à-tête qui aurait permis de clarifier les points d'ombres sur les tortures et les autres violations des droits de l'homme décriées par les organisations internationales, de solder les passifs et d'évacuer par la même occasion les incompréhensions entre Paris et Abidjan.
François Hollande va-t-il apporter effectivement son soutien à Alassane Ouattara pour le sortir du bourbier de la réconciliation ? Sous quelles conditions va se négocier la mise en liberté provisoire de Laurent Gbagbo ? Quels sont les pays désireux d'accueillir le célèbre prisonnier ? Quelles sont les chances de réussite de Ouattara ? Ce sont là les quelques interrogations que suscite cette affaire.

Nantêsu Jésus

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment