Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Économie

Gestion des 4 000 milliards Fcfa recueillis par Ado : Voici les conditions des bailleurs de fonds
Publié le samedi 8 decembre 2012  |  Le Democrate




 Vos outils




Le Président de la République, Alassane Ouattara était en France, où s’est tenue le 4 décembre, à Paris, la première journée du Groupe Consultatif pour la mobilisation des ressources nécessaires au financement du Plan National de Développement (PND 2012-2015). Ce Groupe Consultatif a été organisé par le Gouvernement de la République de Côte d’Ivoire en partenariat avec la Banque Mondiale et le Système des Nations Unies avec l’appui des Partenaires Techniques et Financiers bilatéraux et multilatéraux. Selon le communiqué final du financement du plan national de développement, la moisson a été fructueuse. Le montant total des investissements à réaliser sur la période 2012-2015 s’élève à 11076 milliards Fcfa dont 1566,1 milliards Fcfa pour l’année 2012. Pour la période 2013-2015, les investissements à réaliser s’élèvent à 9509,9 milliards Fcfa dont 4 185,6 milliards Fcfa du secteur public et 5324,3 milliards Fcfa attendu du secteur privé. Pour 2 000 milliards attendus, le montant annoncé des contributions s’élève à 4319 milliards Fcfa. Cependant la gestion de cette somme, ne se fera pas sans conditions. En effet, toujours selon le communiqué, les bailleurs de fonds ont apprécié la qualité des documents présentés et se sont félicités des perspectives de développement économique et social qui s’ouvrent à la Côte d’Ivoire. Toutefois, ils ont souligné les défis majeurs auxquels le Gouvernement devrait trouver des réponses appropriées, notamment la consolidation de la paix et de réconciliation nationale, la bonne gouvernance, le renforcement des capacités de l’administration publique, le climat des affaires, l’Etat de droit et le choix judicieux de projets structurants y compris dans l’agriculture pour la réduction de la pauvreté.
Lazare Kouadio

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment