Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Économie

Agriculture: Des experts planchent sur la stratégie de la filière banane (2010-2019)
Publié le dimanche 9 decembre 2012  |  AIP


Activités
© Ministères par DR (Photo d`archive)
Activités gouvernementales: le ministère de l`Agriculture organise un atelier de présentation de la stratégie de développement de la filière banane 2010-2019
Mardi 4 décembre 2012. Abidjan. Espace Crrae-Umoa, au Plateau. Le ministère de l`Agriculture organise un atelier de présentation de la stratégie de développement de la filière banane 2010-2019


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Abidjan – Le directeur de cabinet du ministre de l’Agriculture, Coulibaly Siaka Minayaha a procédé, mardi, à l’espace CRAE-UEMOA (Plateau, Abidjan), à l’ouverture officielle d’un atelier de présentation de la stratégie de développement de la filière banane de Côte d’Ivoire pour la période 2010-2019.

A cette occasion, le représentant du ministre Coulibaly Mamadou Sangafowa a relevé l’importance de ladite filière qui générait avant les récentes crises ivoiriennes, quelque 150 milliards de FCFA, avec 40.000 emplois et faisait vivre plus de 100.000 ménages.

La dernière décennie de crise, doublée de facteurs exogènes, notamment « la rude et impitoyable compétition» a causé, entre autres, la baisse drastique des activités de production et la disparition des petits producteurs, a-t-il relevé.

« C’est face à cette situation périlleuse que les acteurs de la filière, avec l’appui de l’Union européenne (UE) ont décidé de concevoir cette stratégie en 2010 pour la filière », a fait observer M. Coulibaly pour qui le concept de cette stratégie est une manifestation de la solidarité de la chaîne de valeur au niveau de la filière banane.

Aussi, a-t-il appelé les participants à l’atelier issus de l’UE, des organisations de la filière ainsi que des sept ministères impliqués (Agriculture, Commerce, Infrastructures économiques, Intérieur, Environnement et Développement durable, Eau et Forêts, Transports) plus la Primature, à mener des réflexions qui permettront à la filière de rebondir durablement pour le bonheur de tous les acteurs.

Auparavant, le représentant de la délégation de l’UE, Didier Nils a fait remarquer que l’Union européenne soutient depuis près de 20 ans le secteur banane de Côte d’Ivoire, avec près de 70 millions d’Euros (46 milliards de FCFA) déjà engagés dans cette filière essentiellement destinée à l’exportation vers l’Europe (90%), mais aussi dans la sous-région.

Avec le contexte de concurrence accrue, l’UE s’est engagée en 2011 à financer un dernier round d’aide aux producteurs de banane ACP, à travers un programme intitulé "Mesures d’accompagnement de la Banane (MAB)" à présenter lors de l’atelier. Les actions MAB sont basées sur la stratégie de développement de la filière banane de Côte d’Ivoire pour un montant de 44,7 millions d’Euros (29 milliards de FCFA), soit 23,5% de l’enveloppe globale des MAB qui s’établit à 190 millions d’Euros pour l’ensemble des pays Afrique – Caraïbes – Pacifique (ACP).

Didier Nils qui a noté que l’action MAB se situe dans la continuité du partenariat Côte d’Ivoire – UE, estime que cet atelier « se doit d’être un nouveau pas concret dans la mise en œuvre de cette stratégie à 10 ans de développement de la filière banane en Côte d’Ivoire ».

Le secteur de la banane occupe 8% du PIB agricole et représente 2 à 3% du PIB national. Il emploie directement plus de 8.000 personnes. Le coût de la stratégie 2010-2019 est estimé à 100 milliards de FCFA.

La Côte d’Ivoire produit actuellement à 99% la variété « grande naine » et 90% de sa production (soit 250.000T/an) est destiné au marché européen. Le pays vise une production de 420.000 T/an à l’horizon 2020, ainsi que l’installation, sur huit blocs, de 80 petits planteurs (plantations villageoises), pour un rendement minimum visé de 35 T/ha et une production escomptée de 53.000 T en 2020, a souligné la sous-directrice des cultures non pérennes, Mme Aman Koko.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment