Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
NTIC
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

NTIC

Technologies éducatives : « La collecte des données statistiques via le téléphone mobile permettra un pilotage stratégique du système éducatif ivoirien.»
Publié le mardi 11 decembre 2012  |  Autre presse


Technologies
© Ivoire-Presse par DR
Technologies éducatives : bientôt la collecte des données statistiques via téléphone mobile
Photo: Mme Ilona Genevois et M. Khadim Sylla (Bureau UNESCO IIPE Paris), M Samba Guissé ( Microdoft), M. Kabran Assoumou ( Ministère de l`Education Nationale de Côte d`Ivoire)


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

En marge de la conférence de presse qui a eu lieu sur le lancement de la collecte des données via le téléphone mobile, nous avons échangé avec Mme Ilona Genevois et M. Khadim Sylla (Bureau UNESCO IIPE) de Paris sur les enjeux d’un tel projet pour l’éducation nationale de Côte d’Ivoire. Entretien.

L`Unesco en partenariat avec le Ministère de l’Education Nationale, Orange et Microsoft vient de lancer un projet de collecte des données via le téléphone mobile. Quelle est l`opportunité d`un tel projet et quels en sont les enjeux pour la Côte d`Ivoire?

Pour gérer de manière efficace les systèmes éducatifs aux différents niveaux de gestion – du Ministère jusqu’aux établissements – les responsables ont besoin de disposer de statistiques diverses sur les élèves, les enseignants, les équipements, les manuels scolaires, etc. Or, toutes ces informations proviennent pour l’essentiel des écoles. Vous comprenez dès lors l’importance de la collecte des données à partir des écoles. Le défi pour les planificateurs, c’est-à-dire ceux qui traitent et analysent l’information statistique, est de disposer non seulement des informations fiables, mais aussi dans les délais requis avec la plus large couverture possible. Dans ce contexte, le mobile téléphonique apporte des solutions sur plusieurs plans : (1) au niveau de la rapidité de collecte, car la technologie mise en place permet de disposer des informations à partir des écoles quasiment en temps réel ; (2) au niveau de la couverture : les écoles reculées, jadis inaccessibles seront désormais couvertes pour la collecte des données à partir du moment où la localité est desservie par le réseau téléphonique (ce qui est le cas presque partout en Côte d’Ivoire) ; (3) au niveau de la fiabilité des données : les économies de temps réalisées du fait de la rapidité de la collecte, laisse le temps suffisant aux structures administratives de procéder au contrôle de qualité des données. Au final, l’enjeu sous-jacent à ce projet est d’améliorer de manière significative le processus de gestion et de pilotage stratégique du système éducatif ivoirien.

Après une phase pilote qui a vu la formation de 60 directeurs d`école, quel bilan faites-vous?
Y-a-t-il une adhésion des personnes ciblées? Et quelles sont vos attentes?

La formation des 60 chefs d’établissement avait pour but de tester l’applicatif à développer pour la collecte des données et à mesurer le degré d’appropriation de cet outil par les utilisateurs finaux que sont les directeurs d’école. Sur ces deux plans, le bilan est très positif, car la formation a permis de constater l’efficacité des technologies utilisées, la convivialité de l’applicatif et surtout la rapidité avec laquelle les utilisateurs s’en sont familiarisés. Des suggestions d’amélioration ont également émergés de la formation. Elles seront prises en compte dans la version ultérieure de l’applicatif.

L’applicatif d’accord, mais pensez-vous réellement qu`une bonne collecte de données statistiques peut avoir un impact sur la qualité de l`enseignement? Si oui, comment?

Juste un exemple pour répondre à votre question. Dans le cadre des études sur les acquis scolaires des élèves, des analyses statistiques de type causal permettent d’identifier des facteurs déterminants de performance. Si ces études révèlent, par exemple, l’importance des manuels scolaires, il est alors nécessaire de mesurer le niveau de possession des manuels à l’échelle du pays. Donc, en fonction de la situation réelle évaluées à partir de la collecte des données, les décideurs pourraient alors déterminer le nombre de manuels à acquérir et à établir une grille de distribution qui soit aussi équitable, c’est-à-dire en rapport avec les besoins de chaque localité, voire de chaque établissement.

Vous parliez tout à l’heure de tester l’applicatif, alors pour ceux qui n’ont pas assisté à la formation, comment va concrètement se dérouler ce projet étant donné qu`après la phase pilote, c`est près de 12 000 écoles qui devraient prendre part à cette initiative?

La phase de déploiement à l’échelle nationale soulève deux types de question : la question de la viabilité économique et celle du modèle organisationnel à mettre en place. Sur la question économique, le dispositif actuel (peu automatisé) est très coûteux par rapport aux résultats qu’il permet de réaliser. La modernisation de ce dispositif devrait permettre de réaliser des économies substantielles avec la garantie de disposer des données statistiques fiables dans un délai de 2 semaines au lieu des mois que met le dispositif actuel. Le Ministère de l’éducation et les partenaires au projet réfléchissent actuellement sur un modèle économique qui soit à la fois viable et soutenable pour l’Etat ivoirien. Cette question est aussi inséparable de la nouvelle organisation qui sera mise en place : collecte à partir d’un mobile pour chaque école (12000 environ) ou mise à disposition du mobile (ou d’une tablette) aux conseillers pédagogiques qui sont au nombre de 800 environ. Vous voyez bien que ces deux options, parmi tant d’autres à explorer, n’ont pas le même impact financier. Toutes ces réflexions sont bien avancées et seront discutées dans la seconde phase du projet.

Ce projet semble-t-il nécessite un téléphone mobile spécial, un Windows Phone. Cela ne peut-il pas constituer un frein?

Pour la phase pilote, la plateforme de développement retenue a été le Windows Phone pour deux raisons : la qualité de cet environnement et aussi parce que Microsoft est un partenaire clé du projet. Mais rassurez-vous, l’interopérabilité de l’application sera garantie. Autrement dit, l’application de collecte des données fonctionnera sur toutes les plateformes, en particulier sur Androïd qui occupe une position importante sur le marché du mobile. Il ne s’agit donc pas de solution propriétaire comme on dit dans le jargon informatique.

Il y plusieurs partenaires qui sont engagés dans ce projet, quels sont les rôles effectifs des uns et des autres? Et quelle la contribution réelle de l`Unesco ?

Le partenariat qui lie le Ministère de l’éducation de Côte d’Ivoire, l’UNESCO-IIPE, Microsoft et Orange est fondé sur la mise en commun de nos expertises respectives. Il s’agit d’un Partenariat Public Privé (PPP) de type nouveau que nous cherchons à promouvoir et qui s’inscrit dans le cadre plus large du financement innovant. Outre son expertise dans le domaine de la planification de l’éducation, la contribution essentielle de l’UNESCO-IIPE a été de porter sur les fonds baptismaux le projet à partir des conclusions des études que nous avons menées en interne et qui ont mis en évidence le rôle central des systèmes d’information dans la gestion et le pilotage des systèmes éducatifs.

Par Jespère Yao Bi

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment