Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Politique

Laurent Gbagbo : l`audience de confirmation des charges à la CPI doit avoir lieu "le plus vite possible" (juge)
Publié le mardi 11 decembre 2012  |  AFP


Justice
© AFP par DR
Justice Internationale : Cour Penal Internationale (CPI)
Mardi 30 octobre 2012. Haye. Photo : Emmanuel Altit, principal avocat de la défense de l`ancien président Côte-d`Ivoire, Laurent Gbagbo à la Cour pénale internationale


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

LA HAYE - L`audience de confirmation des charges contre l`ancien président ivoirien Laurent Gbagbo doit avoir lieu "le plus vite possible", a assuré mardi la juge Silvia Fernandez de Gurmendi, assurant envisager février 2013.

"Cela fait un an que nous avons une procédure qui ne commence pas et c`est absolument impératif que nous ayons une audience de confirmation des charges le plus vite possible", a déclaré la juge, ajoutant : "cela serait possible au cours du mois de février 2013".

L`audience de confirmation des charges doit permettre aux juges de déterminer si les éléments de preuve rassemblés par l`accusation sont assez solides pour la tenue d`un procès.

L`accusation a assuré que cette date lui conviendrait mais la défense de M. Gbagbo, sans pour autant demander une date ultérieure, a assuré avoir besoin de temps, notamment à cause d`une "différence de moyens entre l`accusation et la défense".

La date doit être fixée prochainement.

Les juges avaient décidé le 2 novembre que Laurent Gbagbo était "apte" à participer aux procédures à son encontre, sa santé étant suffisante, mais que certains aménagements, dans les horaires notamment, devaient être effectués.

Premier ex-chef dÉtat remis à la CPI, Laurent Gbagbo, 67 ans, écroué à La Haye depuis novembre 2011, est soupçonné par la CPI d`être "co-auteur indirect" de crimes contre l`humanité commis pendant les violences postélectorales de 2010-2011.

Son refus de céder le pouvoir à son rival élu, l`actuel président Alassane Ouattara, avait plongé le pays dans une crise qui a fait 3.000 morts.

La défense de M. Gbagbo avait demandé en vain à plusieurs reprises la mise en liberté provisoire de celui-ci, arguant notamment que "cela lui permettrait de "récupérer physiquement et moralement".

Arrêté le 11 avril à Abidjan, Laurent Gbagbo était détenu à Korhogo, dans le nord de la Côte d`Ivoire, jusqu`à son transfèrement à La Haye, le 30 novembre 2011. La défense a affirmé à plusieurs reprises que M. Gbagbo avait été "torturé" lors de sa détention en Côte d`Ivoire.



Articles associés

Autre presse
La CPI propose le mois de février 2013 pour la tenue de l’Audience de confirmation des charges
 

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment