Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Politique

Côte d`Ivoire : 7 à 10 ans requis contre les meurtriers d`un soldat de l`Onu
Publié le mercredi 12 decembre 2012  |  Xinhua




 Vos outils




ABIDJAN- Le parquet militaire a requis mardi à Abidjan des peines allant de 7 à 10 ans de prison pour quatre militaires accusés d'avoir tué un soldat de l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (Onuci) le 14 mars 2011, au plus fort de la crise post-électorale en Côte d'Ivoire.

"Le parquet déclare le capitaine Roland Seahé coupable d'arrestation illégale et de séquestration, de recel de cadavre, de violation de consignes et de complicité d'attentat à la pudeur consommé avec violence" et en répression requiert "sept ans de détention militaire".

Le parquet a en outre déclaré "le sous-lieutenant Emmanuel Krapa coupable d'arrestation illégale et de séquestration, de meurtre, de recel de cadavre, de complicité d'attentat à la pudeur consommé avec violence".

Il a également déclaré le caporal Tom Serge Toubaté et le soldat de première classe Alain Mabré "coupables de meurtre et de recel de cadavre".

Contre le sous-lieutenant Emmanuel Krapa, le caporal Serge Toubaté Tom et le soldat de première classe Alain Mabré, le parquet a requis 10 ans de détention militaire.

Les quatre militaires doivent payer chacun une amende de 500 000 francs CFA.

La défense a invité le tribunal à tenir compte de "l'environnement dans lequel l'acte a été posé", demandant la relaxe de ses clients.

Le verdict est attendu mercredi.

Dans la nuit du 14 au 15 mars 2011, Idy Mamoudou, gendarme de nationalité nigérienne, a été interpellé et battu par des miliciens pro-Gbagbo qui ont ensuite violé sa petite amie qui l'accompagnait.

Les miliciens les ont ensuite remis aux quatre militaires à un poste de contrôle dans le quartier de Cocody. Selon l'accusation, le Casque bleu a été ensuite embarqué, seul et en vie, par les militaires qui ont assuré à l'audience avoir remis le soldat onusien aux miliciens.
Le corps d'Idy Mamoudou n'a jamais été retrouvé.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment