Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Politique

Prison pour des militaires ivoiriens accusés du meurtre d`un soldat de l`ONU
Publié le mercredi 12 decembre 2012  |  AFP


Tribunal
© Ministères par PRISCA
Tribunal d`Abidjan Plateau: le procès du général Dogbo Blé et des militaires ex-FDS en cours
Mercredi 03 octobre 2012. Abidjan. Palais de justice du Plateau. Poursuite du procès du général Dogbo Blé et des militaires ex-FDS poursuivis pour les crimes commis pendant la période post-électorale


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

ABIDJAN - Quatre militaires ivoiriens poursuivis pour le meurtre d`un soldat nigérien de l`ONU en mars 2011, en pleine crise postélectorale, ont été condamnés mercredi à des peines allant d`un an à 15 ans de prison.

Le tribunal militaire d`Abidjan a condamné le sous-lieutenant Emmanuel
Krappa, qui comme les autres servait dans les forces armées fidèles à
l`ex-président Laurent Gbagbo, à 15 ans de prison ferme notamment pour
arrestation illégale et meurtre de ce soldat de la force onusienne Onuci,
Mamoudou Idy. Il a aussi été condamné pour complicité dans le viol de la
petite amie de la victime.

Jugés aussi coupables de meurtre, les caporaux Tom Serge Toubaté et Alain
Mabré ont écopé de dix ans de prison ferme.

Le capitaine Roland Séahet De Gouhouo a été condamné à un an de prison
ferme pour arrestation illégale et séquestration, mais sans mandat de dépôt,
ce qui revient à une peine d`un an avec sursis, selon un avocat. Il devra
verser une amende de 100.000 FCFA (150 euros).

Le parquet militaire avait requis de sept à dix ans de prison ferme.

Selon l`accusation, dans la nuit du 14 au 15 mars 2011 à Abidjan, des
"jeunes patriotes" - des miliciens pro-Gbagbo - avaient interpellé, battu et
déshabillé le gendarme nigérien et sa petite amie.

Ils les avaient remis aux militaires présents à un poste de contrôle dans
le secteur de la Riviera, situé dans le quartier chic de Cocody (nord). Idy
avait ensuite été embarqué, seul et en vie, par les militaires. Son corps n`a
pas été retrouvé.

Ouvert le 28 novembre, ce procès était le second procès militaire sur la
crise de 2010-2011, après celui qui a jugé début octobre le général Brunot
Dogbo Blé, pilier de l`appareil sécuritaire du régime déchu, et quatre autres
militaires pour le meurtre d`un officier ivoirien.

Aucun calendrier n`est disponible sur les futurs procès d`ex-chefs
militaires pro-Gbagbo détenus depuis la fin de la crise postélectorale de
décembre 2010-avril 2011, qui a fait environ 3.000 morts.
eak/tmo/sba

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment