Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Sport
Article



 Titrologie



L'intelligent d'Abidjan N° 2713 du 14/12/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment


Sport

Camfoot / Saraka Nobert (sélectionneur des Eléphants militaires) avoue : ‘‘Je ne promets pas le trophée’’
Publié le vendredi 14 decembre 2012  |  L'intelligent d'Abidjan




 Vos outils




La Côte d’Ivoire sera aux prises avec le Cameroun, ce matin au stade Robert Champroux de Marcory, dans le cadre des demi-finales de la Coupe d’Afrique militaires de football (Camfoot).

Qualifiés pour la demi-finale, les Eléphants militaires sont à 90min de la finale de la 8e édition de la Coupe d’Afrique militaires de football (Camfoot) et surtout d’une qualification pour le Mondial de leur corporation qui aura lieu en Azerbaïdjan. Pour ce faire, Sakara Nobert et ses poulains devront éliminer le Cameroun, tenant du trophée. Conscient de l’enjeu de cette rencontre, le sélectionneur des Eléphants militaires, Saraka Norbert préfère jouer la carte de la prudence : «Nous ne promettons pas le trophée, mais c’est notre objectif». Certes, le patron de l’encadrement des militaires ivoiriens rêve de remporter le trophée à domicile, mais il estime qu’il faut respecter ses adversaires, surtout le Cameroun. «Dès le départ, nous avons dit que nous allons aborder les rencontres, match par match. Nous sommes en demi-finale, notre objectif, c’est le trophée. Mais pour y arriver, il va falloir se battre. Etre en demi-finale est une étape. Nous visons le trophée, mais il ne faudrait pas entrer dans la compétition avec beaucoup d’énergie. Il faut aller progressivement ensuite monter en puissance. C’est ce que nous essayons de faire», a précisé Saraka Norbert. Pour réussir sa mission, Saraka Norbert met l’accent sur la concrétisation des phases offensives. Pour lui, l’inefficacité devant les buts demeure le véritable problème de ses joueurs : «La plaie du football ivoirien, c’est le manque d’attaquant. Nous avons essayé de travailler avec ceux que nous avons. C’est une équipe militaire, on ne peut pas trouver de bons attaquants parmi eux. Même du côté des civils, cela est difficile. Nous travaillons déjà dans ce sens, la théorie et la pratique pour tenter d’être plus efficace devant les buts en demi-finale», a souligné Saraka Norbert. Tout de même, les Eléphants militaires devront se méfier des Lions indomptables du Cameroun qui entendent conserver le trophée.

K.Ange

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment