Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Art et Culture
Article



 Titrologie



Le Patriote N° 3920 du 14/12/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment

Art et Culture

9ème Festival International du Film de Dubaï : De grandes initiatives pour booster le cinéma
Publié le vendredi 14 decembre 2012  |  Le Patriote




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Madinat Arena, quartier général de ce 9ème Festival international du film de Dubai (DIFF). Dans une salle de cette imposante bâtisse, baptisée «The Forum Room », des professionnels du cinéma discutent autour du thème « Distribution dans le Monde arabe, surmonter les obstacles ». Autour de la table, face au public, se trouvent six panélistes, chacun est un expert dans son domaine. Il s’agit pêle-mêle de Gianluca Chakra, Directeur général de Front Row Entertainment, Valerio Caruso, Team Leader d’EuroMed, Habib Attia, Producteur (Cinetelefilms), Mario Haddad Jr, vice-président, ventes et marketing chez Empire International, Nadia Eliewat, Productrice du film « When Monaliza smiled», Jamal Al Sharif, Président de DTFC. La modération est assurée par Catherine Buresi, consultante pour le Marché du Film Européen. Les débats sont animés, et témoignent de l’intérêt du sujet. Depuis l’ouverture, lundi, des rencontres professionnelles, chaque jour, dans cette même salle, acteurs, producteurs, distributeurs échangent leurs idées, au cours de cette plate-forme de rencontre du Marché du Film de Dubaï, sur les préoccupations majeures de l’industrie cinématographique certes dans le Moyen-Orient et en Afrique du Sud, mais aussi sur la planète. Notamment la promotion et la circulation des films, la recherche de financements pour la production… L’objectif de ce Marché du Film de Dubaï est de susciter une collaboration étroite entre professionnels de l’industrie du cinéma arabe et leurs pairs du monde entier, histoire de permettre le partage d’expérience et d’expertise pour une coopération fructueuse. Les initiateurs du DIFF entendent ainsi faire de ce festival, l’événement majeur du cinéma dans la région, comme l’a si bien souligné Son Altesse Sheikh Ahmed Bin Saeed Al Maktoum, Président d’honneur de ce festival, lors de la soirée d’ouverture dimanche dernier au Madinat Arena. En fait, c’est une modestie feinte. Car, en réalité, le DIFF se veut la rampe de lancement du cinéma dans cette zone du monde. C’est pourquoi, en marge des projections de films, il multiplie les initiatives pour donner un vrai souffle nouveau au 7ème art dans la région. Ainsi, en plus du Marché de Film de Dubaï, les organisateurs ont créé, en 2007, le Dubaï Film Connection (DFC), qui a pour vocation de financer, sous forme de coproduction, des projets de films en cours. Cette année, ce n’est pas moins de 15 films qui ont été sélectionnés. « Notre ambition est d’accroître la visibilité des réalisateurs arabes et surtout de doper la production de films originaux sur le monde arabe. DFC insiste également sur le rapprochement des cultures en amenant professionnels de cinéma arabes et internationaux à travailler ensemble pour la réalisation de ces 15 projets de films que nous retenons chaque année », explique Masoud Amralla Al Ali, Directeur artistique du DIFF. Depuis son lancement, il y a donc cinq ans, DFC a soutenu 37 projets de films, dont 31 complètement achevés et six encore en production. Le festival international du film de Dubaï a également œuvré à la création d’un réseau de producteurs en 2004, qui réunit chaque année 600 personnes. En 2013, à l’occasion du festival de Cannes, DIFF et ce réseau célébreront ensemble leur dixième anniversaire. Ils saisiront cette opportunité pour y présenter 10 producteurs arabes. Autre initiative non moins importante, le Filmmart. Cette structure a pour mission de détecter les œuvres originales du Monde arabe, d’Afrique et d’Asie et de les répertorier dans une vidéothèque numérique d’avant-garde. Laquelle a révolutionné l’expérience d’acquisition de film avec sa technologie d’écran tactile, en offrant désormais la possibilité, à partir du confort de cabines privées, à ceux qui le désirent de consulter la liste des films et de faire leur choix pour une possible diffusion, dans leurs festivals ou leurs pays. Une sorte d’interface instantanée entre des professionnels de l’industrie cinématographique. Dans 48 heures, le rideau va se refermer sur ce 9ème Festival International du Film de Dubaï, et les participants rentreront tranquillement chez eux, comme ils étaient venus une semaine plutôt. La tête sûrement pleine d’images et aussi d’idées, sorties d’intenses débats. « Il y aura un suivi des grandes suggestions et autres propositions qui ont été faites », rassure un membre du Comité d’Organisation.
Avec le DIFF, le cinéma dans le Moyen-Orient est, de toute évidence, en train d’écrire de nouvelles pages de son histoire, qui, elles, s’annoncent déjà glorieuses.

Y. Sangaré, envoyé spécial

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment