Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Sport
Article



 Titrologie



Le Nouveau Courier N° 677 du 14/12/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage

 Autres articles


Comment

Sport

Rejet de la candidature de Jacques Anoma par la CAF : A quel jeu joue le gouvernement ?
Publié le vendredi 14 decembre 2012  |  Le Nouveau Courier


Football
© Abidjan.net par PRISCA
Football : Assemblée Générale Mixte de la FIF le samedi 18 juin 2011 à la Bourse de Travail de Treichville.
Photo : Monsieur Jacques Anoma


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Alors que tout le monde crie au hold-up, à l’arbitraire et au tripatouillage des textes depuis le rejet par la commission de validation des candidatures de l’instance fédéral du sport de la candidature ce dimanche de notre compatriote Jacques Anoma qui briguait la présidence de la Confédération africaine de football (CAF), le gouvernement à adopté une position ambiguë indiquant que ce sont les textes qui ont été respectés. «Il n’y a pas de réaction particulière. La CAF est régie par des textes. Nous espérons simplement que les textes ont été appliqués de la meilleure façon possible. Nous n’avons pas d’autres commentaires à faire que celui-là », a indiqué le porte-parole du gouvernement Bruno Koné ce mercredi à l’issue du conseil des ministres. Une réponse aussi surprenante qui amène à se demander à quel jeu joue le gouvernement ? Doit-on comprendre que Jacques Anoma, qui a bénéficié in extremis du parrainage de sa candidature par la Fédération ivoirienne de football (FIF) et donc du soutien de son pays, qui entend d’ailleurs faire un recours auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS) ne bénéficiera pas du soutien des autorités dans cette dernière bataille ? La question reste posée.
Sur la question du transfèrement de Simone Gbagbo à La Haye comme le réclame la CPI, Koné Bruno a réitéré la position du gouvernement expliquant que «les réflexions seront faites et le temps venu une réponse officielle sera donnée à la CPI sur cette question de transfèrement de l’épouse de l’ex-chef de l’Etat». Même s’il précise que le souhait du gouvernement c’est de ne plus envoyer quelqu’un à la CPI.
Quant à la réaction des partis de l’opposition membre du cadre permanent de dialogue qui ont dénoncé mardi la modification unilatérale du code électoral par le gouvernement en vue des élections du 24 février prochain parlant même de «tripatouillage», Koné Bruno a botté en touche, invitant à ne pas «tirer des conclusions» et que le ministre de l’intérieur et les partis concernés auront des discussions pour aplanir les divergences.

Anderson Diédri

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment