Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage

 Autres articles


Comment

Politique

Existence légale: Le Cojep dévoile sa stratégie
Publié le mercredi 19 decembre 2012  |  LG Infos




 Vos outils




Le Cojep vient d’entrer dans l’arène des formations politiques avec dans sa besace, des projets politiques très mordants et suffisamment carburés pour résister aux intempéries qui l’attendent. Désormais englué sous la désignation nouvelle de «Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples» (Cojep), son entrée sur ce terrain glissant de la vie politique ivoirienne intervient à un moment où les libertés démocratiques et l’expression de la pluralité d’opinions sont dûment étouffées, depuis le 11 avril 2011, par le régime Ouattara. Des mobiles plausibles qui ont poussé Blé Goudé et ses camarades à changer de stratégies de lutte, au terme du congrès tenu, les 12 et 13 décembre 2012, pour plus de perspicacité sur le champ de bataille. Laquelle bataille qu’elle entend mener par des tactiques plus originales, vu la voracité de l’ennemi commun qu’est le régime Ouattara, qui a déjà décapité le Fpi, figure de proue de l’opposition ivoirienne, par de multiples emprisonnements de ses leaders et la traque de ceux qui sont en exil sous le joug des mandats d’arrêts internationaux délivrés à leur encontre, depuis les 13 et 25 août 2011. C’est pourquoi en termes de stratégies de lutte, Joël Potey, président du comité d’organisation dudit congrès, se veut très formel : «Nous voulons être un groupe de pression et participer aux débats qui engagent l’avenir de la Côte d’Ivoire au plus haut niveau. Nous avons notre mot à dire sur les conditions pour une vraie réconciliation. Nous entendons rentrer de plain-pied dans cette lutte épique face à un ennemi politique coriace commun, qu’est le régime actuel au pouvoir. Et nous le savons, nous sommes dans l’œil du cyclone, puisque notre leader est visé par un mandat d’arrêt», a-t-il fait savoir, au cours d’un bref entretien accordé à une radio étrangère, hier mardi 17 décembre 2012. Avant d’indiquer clairement que le mandat d’arrêt contre Blé Goudé, désigné par le congrès pour diriger le Cojep nouvelle version, ne constitue nullement un obstacle à leur engagement. En étayant ses propos par l’exemple de Konan Bédié, alors Président de la République, qui avait lancé un mandat d’arrêt contre Alassane Ouattara, mais cela n’avait pas empêché le Rdr de mener ses activités politiques. Tout en réaffirmant son soutien indéfectible à Laurent Gbagbo et à tous ses proches embastillés, il soutient que les armes dont dispose le nouveau mouvement politique sont des arguments politiquement solides, qui seront distillés au sein des populations meurtries par les exactions des Frci, et qui n’attendent que des voix salvatrices. C’est en ce sens que seront mis en avant, les alliances stratégiques avec des formations engagées dans le même combat, la mobilisation des masses dans les confins les plus reculés du pays pour redonner espoir à toutes les personnes éprises de justice et de liberté. A la question de savoir ce qui confère une existence légale au mouvement, quand on sait que le pouvoir actuel ne serait jamais enclin à autoriser son expression sur le terrain, la réplique de Joël Potey est sans ambages. Affirmant que la vraie légitimité n’est pas administrative, elle émane du peuple. Et que ce même peuple connaît déjà le Cojep sous son ancienne monture. Ce serait donc, à l’en croire, une nouvelle retrouvaille des combattants pour la liberté et pour la justice, dans toutes les contrées ivoiriennes. Comme on le constate, le Cojep, tant redouté par le régime ivoirien, vient de se revigorer en se dotant d’une nouvelle carapace et d’une cuirasse, pour mieux faire front à la dictature de Ouattara. Qui a déjà a fait trop de victimes sur le terrain politique.

Marcel Dezogno

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment