Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Le Mandat N° 974 du 24/12/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Réné Diby, ancien ministre et chef de village de Lopou : ‘’C’est dans la joie que nous cédons le pouvoir’’
Publié le lundi 24 decembre 2012  |  Le Mandat




 Vos outils




«Le pouvoir c’est tout les huit (8) ans. Aujourd’hui, c’est nous qui cédons le pouvoir à une classe d’âge. Il n’y a pas de coup d’Etat. L’Afrique peut donner des leçons de démocratie. C’est dans la joie que nous cédons le pouvoir. Parce que chez les Adjoukrou, les vieux sont magnifiés. Il existe des règles. Ce sont les vieux qui exercent le pouvoir. Il n’y a pas de regrets. Il n’y a aucun grincement de dents. Si on peut chercher des modèles de démocratie issus de la tradition ivoirienne, je ne sais pas pourquoi les gens rejettent systématiquement ce qui est de chez nous. Pas du tout ! Vous savez, les fêtes d’initiation telles que le ‘’Poro’’, le ‘’Tchologo’’ et le ‘’Low’’, sont très importantes. En amont, on apprend à intérioriser les valeurs fondamentales qui permettent une vie sociale harmonieuse dans la société. L’Afrique n’est pas en reste en matière de démocratie, bien au contraire !».

Philippe Légré, ancien ministre des Sports et Loisirs :
‘’Le peule Adjoukrou enseigne une belle leçon de démocratie’’
«La fête de Ebêb est une fête qui met en exergue les familles à travers la célébration du couronnement d’une vie. Je suis venu soutenir ma fille dont les parents célèbrent leur fête. Nous avons assisté à une belle leçon de démocratie. Je demande aux jeunes de se discipliner et de travailler afin d’accompagner le Président Ouattara dans sa volonté de bâtir la Côte d’Ivoire et dans toutes ses actions».

N’guessan Andou Léon, comptable à la retraite depuis 2003 et ‘’Ebêbou’’ :
‘’Chez nous, c’est la vraie démocratie’’
«C’est un sentiment de joie et d’allégresse. Parce que ce n’était pas évident d’atteindre l’âge que nous avons aujourd’hui, mon épouse et moi. Mais Dieu nous a accordé cette grâce. Je le bénis et je lui rends grâce. Cet âge nous permet de diriger le village. Nous avons pris le pouvoir et c’est à nous de proposer des projets pour le développement du village. Le rôle de la jeunesse est de nous accompagner, parce que c’est elle qui a la machette. Et donc, si on la sollicite, elle doit être présente. Elle doit apprendre à nos côtés pour apprendre les rouages pour développer notre village Lopou. Surtout comment préserver la paix et la réconciliation dans un village pour les populations. La jeunesse doit accepter d’être formée. Parce que nous l’avons été et aujourd’hui, c’est nous qui dirigeons le village pendant huit (8) ans. Chez nous, c’est la vraie démocratie. Nos parents ont su déjà imposer la démocratie comme système de gouvernance au moyen des classes d’âge. Il faut le respect ».

Mme Andou née Mel Méléii Irène et ‘’Ebêbou’’ :
«Il faut être patient avec la génération de nos jours »
«Je dis merci à Dieu parce que tout dépend de sa volonté. Nous avons été victime de plusieurs attaques, mais Dieu a toujours pris le dessus. Merci parce qu’il nous a permis de célébrer cette fête. Ce n’est pas permis à tout le monde. La génération de nos jours, est une génération très difficile. Il faut être très patient avec elle. Il faut les amener à penser que rien ne vaut la vie d’un être humain. Ce sont nos enfants, nous seront à leurs côtés pour leur prodiguer de sages conseils afin qu’ils puissent eux aussi, participer un jour, à cette fête. Nous demandons au Tout-puissant d’envoyer la paix et que la paix siège dans les cœurs. Pour que les Ivoiriens n’aient qu’une seule pensée, une seule vision : la paix et la solidarité. Nous sommes tous frères et nous devons nous tenir les mains pour gagner la bataille du développement ».

Propos recueillis par Touré Youssouf et KP

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment