Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Boigny Express N° 098 du 27/12/2012

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Nomadisme politique : Le PDCI doit rendre justice aux vrais militants
Publié le jeudi 27 decembre 2012  |  Boigny Express




 Vos outils




La nouvelle des supputations, au titre des vains consensus qui ont conduit aux transferts des dossiers de demande de parrainage du parti pour les élections municipales et régionales, parvient à la base. Et elle suscite parfois la colère des militants dont certains menacent de faire perdre le parti soit par abstention, soit carrément en passant dans le camp adverse.
Le nomadisme est bien connu au PDCI. Il y a eu au commencement les « Juda », nom donné aux dignitaires qui ont rejoint le général Gueï Robert après le coup d’Etat dont le parti et son président ont été victimes. Il y a eu par la suite ceux qui sont partis aider Laurent Gbagbo pour cause de « fraternité régionale », et il y a ceux qui sont devenus RHDP avant d’être PDCI. Tous ces mouvements menés bien souvent par des responsables du parti au plan local ou national ont causé bien de douleurs aux militants de base qui ont assisté à ces ballets sans moyens de sanction. Et justement pour eux, le moment est venu, pour que ces personnes versatiles au gré de leurs seuls intérêts paient la note du reste très salée par un rejet pur et simple de leur demande de parrainage de leur candidature par le PDCI-RDA. Non seulement la direction du parti devra agir ainsi, mais devra aussi prononcer une sanction contre les délégués qui ont osé présélectionner de telles candidatures. Ils sont bien connus ces nomades et leurs dossiers sont en attente de décision de parrainage au PDCI. Ils sont en plusieurs catégories : Il y a ceux qui, sans avoir été militants de base aux actions communes sont apparus sur la scène politique par leurs actions au sein de partis adverses. Il y en a qui ont été des candidats adversaires au PDCI en 2000 et 2002, respectivement aux élections législatives, municipales et des conseillers généraux. Les affiches qu’ils ont utilisées sont encore visibles dans les localités de leurs circonscriptions. Ils arborent aujourd’hui honteusement des tenues à la couleur du PDCI parce qu’ils savent qu’ils sont dans les zones considérées à juste titre comme bastion du PDCI. Il y a ceux qui, pour des calculs mercantiles se sont affichés avec les partis adverses selon les circonstances. Aujourd’hui, ils reviennent au PDCI solliciter le parrainage du parti pour aller aux élections. Il y a les élus et cadres de l’ouest qui n’ont pas hésité à célébrer le tribalisme en proclamant être en droit de rejoindre les rangs du FPI pour soutenir Laurent Gbagbo « leur frère ». Certains reviennent solliciter l’investiture du parti pour aller aux élections avant d’aller prêter certainement main forte demain à un adversaire du PDCI pour on ne sait quelle autre justification. Bref, ils sont ainsi nombreux et dans toutes ces circonstances, les vrais militants qui ont maintenu la flamme du parti dans leur cœur et sur le terrain n’ont plus besoin d’être nargués par la direction de leur parti. Ils sont nombreux à nous solliciter cet article pour attirer l’attention de la direction du PDCI. Avis de vigilance donc aux commissions en charge de trancher quand les recherches de consensus n’ont pas abouti. Nécessité absolue donc d’entendre les candidats et de laisser chacun étaler ses actions militantes en faveur de la base dont il se réclame.

Konan Narcisse B.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment