Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Société

Promotion des droits et défense des intérêts des consommateurs en cote d’ivoire : Le regard critique et les projets du président de l’union fédérale des consommateurs de cote d’ivoire (UFCCI)
Publié le lundi 31 decembre 2012  |  Le Nouveau Consommateur Hebdo




 Vos outils




A l’occasion de la fin de l’année généralement consacrée aux bilans des activités dans les différentes structures et institutions, le Nouveau Consommateur Hebdo est allé à la rencontre du premier responsable de l’Union Fédérale des consommateurs de Cote d’Ivoire (UFCCI). Dans cette interview vérité, le président Jean Baptiste KOFFI revient sur les raisons qui ont conduit à la création de l’UFCCI et lève un coin de voile sur les projets et ambitions de cette structure pour les consommateurs vivants en Cote d’Ivoire et dans la sous région.

• Le nouveau consommateur hebdo (NCH) : Monsieur le président, il y a bientôt deux mois les consommateurs vivants en cote d’ivoire apprenaient avec surprise pour certains la naissance d’une nouvelle fédération de consommateurs. Aujourd’hui avec du recul, pensez vous que la création de cette nouvelle entité s’imposait.

• Monsieur Jean Baptiste KOFFI (JBK) : Absolument, la création de cette nouvelle fédération était devenue une impérieuse nécessité pour les initiateurs de ce projet. D’abord, eut égard à leur vision du mouvement consommateur, et ensuite eut égard aux attentes légitimes exprimées par les consommateurs eux mêmes. Et puis à la vérité, aucun observateur averti du mouvement consommateur ivoirien n’a été véritablement surpris. Je vous fais remarquer que certains nous ont reproché d’avoir mis trop de temps pour en arriver là.

• NCH : Monsieur le président concrètement qu’est ce qui a manqué au mouvement consommateur selon vous ?

• J.B.K : Ce qui a fait défaut en un mot c’est la vision. Qu’est ce que nous voulons faire du et pour le mouvement consommateur à court, moyen et long terme. D’où venons-nous et où voulons nous aller ? comment et avec quels moyens y parvenir ? voilà autant de questions et bien d’autres qui sont restées pendant longtemps sans réponse. Les pères fondateurs du mouvement consommateur ivoirien ont fait ce qu’ils pouvaient dans le contexte qui était le leur.

Aujourd’hui les réalités sont différentes. Qu’avons nous ajouté à l’édifice ? Pas grand chose, pour ne pas dire rien du tout. Il était donc temps d’agir pour faire comprendre aux uns et aux autres qu’il faut désormais servir et non se servir du mouvement consommateur.


• NCH : Les consommateurs doivent-ils donc s’attendre à des ruptures de pratiques avec l’avènement de l’UFCCI? ?

• J.B.K : Oui de grandes ruptures même, je dirai. Rupture en terme de ressources humaines qui animent le mouvement, rupture en terme de moyens et méthodes d’actions. Ces changements ont d’ailleurs déjà commencé, et portent des fruits avec l’avènement des femmes à la tête de certaines organisations de consommateurs. Je rappelle que l’UFCCI est un regroupement de douze (12) organisations présidées par six (6) hommes et Six (6) femmes.

Nous corrigeons là déjà une injustice qui était faite aux femmes, car le panier de la ménagère dont on parle tant est d’abord tenu par les femmes. Autre innovation de taille, c’est la spécialisation de nos organisations. Désormais les consommateurs sauront à quelle organisation s’adresser pour des problèmes spécifiques. Cela a longtemps fait défaut par le passé malgré notre insistance. En ce qui concerne les méthodes et moyens d’action, nous allons beaucoup communiquer et surtout former les consommateurs en nous appuyant sur les techniques de l’information et de la communication. Il est pour nous inadmissible qu’en ce 21ème siècle une fédération de consommateurs sérieuse n’ait pas d’adresse électronique encore moins de site internet. L’adresse de notre organisation fédérale est info@ufcci.org et notre site internet le www.ufcci.org .

• NCH : Avec toutes ces grandes ruptures ne craignez vous pas de vous attirer les foudres de vos alliés d’hier ?

• J.B.K. : C’est possible et je comprends parfaitement qu’il y ait des récriminations çà et là par rapport à toutes nos initiatives. Ce sont des réactions normales inhérentes à tout changement. L’essentiel c’est de pouvoir surmonter assez rapidement ces états émotionnels pour apprécier ce que le mouvement consommateur dans son ensemble gagne avec l’avènement de l’UFCCI. J’invite donc encore une fois les uns et les autres à plus de lucidité et de responsabilité, pour faire prévaloir la force de l’argument sur l’argument de la force, dans tout ce qui pourrait éventuellement et je dit bien éventuellement nous opposer. A l’UFCCI en tout cas, nous restons convaincu que si l’objectif de tous est la recherche du bien être des consommateurs, notre existence et nos actions ne sauraient déranger personne encore moins des organisations de consommateurs comme la nôtre. Il appartient aux consommateurs d’adhérer librement aux organisations qui serviront au mieux leurs intérêts.


• NCH : Nous sommes en fin d’année et c’est généralement en cette période que toutes les organisations dressent le bilan de leurs activités. Que peut-on mettre aujourd’hui à l’actif de l’UFCCI ?

• J.B.K : Comme vous le savez, nous sommes une structure très jeune, née pratiquement vers la fin du dernier trimestre de l’année qui s’achève. Nous avons consacré cette période à la finalisation de nos formalités administratives de constitution et à l’organisation de nos différentes structures, pour mieux répondre aux préoccupations des consommateurs avec qui, nous sommes en contact permanent grâce au journal LE NOUVEAU CONSOMMATEUR HEBDO que nous avons lancé depuis quelques temps. Donc en terme de bilan, nous avons essentiellement formé et informé les consommateurs en 2012. La formation pour nous est capitale et il en sera davantage question en 2013. Je vous apprends à ce propos que toutes les organisations qui composent l’UFCCI ont en leur sein un vice-président chargé de la formation. Les associations de consommateurs je le rappelle ont deux objets principaux : la promotion des droits et la défense des intérêts des consommateurs; c’est par la formation que nous réussirons la promotion des droits et donnerons les outils aux consommateurs pour défendre leur droit.


• NCH : Il y a donc de bonnes choses en perspective pour les consommateurs en 2013 alors ? Pouvons-nous avoir une idée de vos projets pour les années à venir?

• J.B.K: Je dirai mieux. Il y a de très bonnes nouvelles en perspective pour les consommateurs vivants en cote d’Ivoire. A l’UFCCI comme je vous le disais au début cet entretien nous avons une vision : Devenir en l’espace de deux années la fédération de consommateur leader de notre pays. La stratégie que nous avons mise en place nous permettra d’y parvenir surement. Aujourd’hui nous avons notre journal. Nous l’avons voulu hebdomadaire et gratuit. C’était un pari fou, irréaliste pour certains. Par la grâce de Dieu nous sommes entrain de réussir ce pari. Nous tirons à 5000 exemplaires et cela est devenu en l’espace d’un mois, largement insuffisant tant la demande est forte. Si chaque lecteur acceptait aujourd’hui de contribuer ne serais-ce qu’à hauteur de 500 f cfa / mois pour ce journal, nous pourrons satisfaire un plus grand nombre. Je fais confiance aux consommateurs car ils savent faire le choix de ce qui est bon pour eux. Demain ce sera la radio des consommateurs que nous lancerons, et après demain pourquoi pas, la télévision des consommateurs. Souffrez que je n’en dise pas plus. Retenez tout simplement qu’ensemble, nous ferons des merveilles.

• NCH : Monsieur le Président nous arrivons au terme de cet entretien. Pour ce dernier numéro du Nouveau Consommateur Hebdo de l’année 2012, nous avons tenu à échanger avec vous sur vos projets pour les consommateurs vivants en cote d’Ivoire. Quel est votre mot de fin ?

• J.B.K : PETER DRUCKER, un théoricien du management a dit et je cite ‘‘ La raison d’être d’une entreprise, c’est de permettre à des gens ordinaires de faire des choses extraordinaires.’’ Fin de citation.

Je voudrais en cette fin d’année saluer et remercier toutes les personnes ordinaires qui ont cru en nous et n’ont cesser de nous apporter leur soutien, pour un mieux être des consommateurs. Rien de tout ce que nous avons réalisé n’a pu être sans eux.

La lutte ne fait que commencer, et plus que jamais, l’UFCCI aura besoin de leurs soutiens pour réaliser des choses extraordinaires au bénéfice des consommateurs en 2013.
Bon vent à notre journal à tous, le NOUVEAU CONSOMMATEUR HEBDO.
Bonne, heureuse et sainte année 2013 à toute et à tous.

Entretien réalisé par
Samuel Guela et Natacha KONE

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment