Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Société

Fêtes de fin d’année : Des vivres et non vivres à des orphelins du Sida
Publié le lundi 31 decembre 2012  |  AIP




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Abidjan - Des vivres et non vivres d’une valeur d’un million de francs CFA ont été offerts à des orphelins et enfants rendus vulnérables du fait du VIH/Sida (OEV), samedi au siège de l’Ong "Chigata" à Youpougon (Abidjan-ouest), par l’association Marée blanche (MB), en vue de "les aider à passer des fêtes de fin d’année agréables".

"Ces enfants on besoin, comme les autres enfants du monde, de passer des fêtes de fin d’année agréables ; nous espérons que ce don permettra d’y contribuer", a déclaré la présidente de la Marée blanche, Mariame Koné, remettant, à titre symbolique, un sac de riz à Agnès Daquin, directrice exécutif de l’Ong Chigata, structure qui s’occupe de ces OEV.

Ce don composé de vêtements, vivres, matériel d’assainissement est le fruit d’une collecte de fonds lancée par la MB à l’attention de ses quelque deux mille membres, à laquelle a également contribué la Fondation Banque Atlantique, a signifié Mme Koné, qui a exhorté "tous les ivoiriens à venir en aide à ces enfants, très souvent victimes discrimination et d’abandon dans la société".

"Je voudrais dire grand merci à la Marée Blanche, car ce geste va au delà de la simple charité. C’est un véritable geste d’amour du prochain que vous venez d’accomplir", a réagi Mme Daquin, à l’adresse des "maréeurs" (membres de la Marée blanche), venus en grand nombre prendre part à cette cérémonie.

Créé en juillet 2011, la Marée Blanche est une association d’internautes essentiellement ivoiriens, vivants en Côte d’Ivoire et à travers le monde, œuvrant dans la bienfaisance humanitaire.

Lors des fêtes de fin d’année, la même organisation avait offert, le 26 décembre, des vivres et non vivres aux orphelins et enfants déshérités de la pouponnière de Yopougon, avant d’offrir en janvier des bourses d’étude d’une valeur globale de 73 millions à des élèves et étudiants de familles démunies.

L’association a également financé l’opération de six personnes dont quatre enfants atteints de diverses formes de tumeurs, rappelle-t-on.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment