Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



Le Temps N° 2792 du 3/1/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment

Société

Pillage organisée de la Mugefci : La Fesaci se révolte et dit non
Publié le jeudi 3 janvier 2013  |  Le Temps


MUGEFCI
© Abidjan.net par Serge T.
MUGEFCI : Assemblée générale élective / le col. Yao Touré Albert nouveau PCA
Mercredi 21 décembre 2011. Abidjan. Plateau, Ivotel. Assemblée générale élective / le col. Yao Touré Albert nouveau Président du Conseil d`Administration


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

La récupération le 11 avril 2012, de la Mutuelle générale des fonctionnaires et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire (Mugefci) par le gouvernement n’est pas du goût de la Fédération des syndicats autonomes de Côte d’Ivoire (Fesaci). Dans un communiqué produit le 28 décembre, son secrétaire général par intérim, Kouamé Kra Félix fustige cette «façon la plus inélégante de la gestion de la Mutuelle générale des fonctionnaires et agents de l’Etat». Ainsi, en lieu et place du Conseil d’administration composé des représentants des centrales syndicales, des syndicats de fonctionnaires, des forces armées, de la police, du corps préfectoral, des magistrats, des retraités ainsi que des représentants de l’Etat employeur des fonctionnaires, il a été mis en place un comité provisoire de gestion de 9 membres tous désignés par les ministères et la présidence de la République. «La promesse a été faite de réaliser un audit et de restituer la Mugef-ci aux mutualistes dans un délai ne devant pas excédé huit (8) mois. Le Président du Conseil d’administration et les secrétaires généraux des centrales syndicales avaient même été ouvertement menacés d’arrestation. On a même essayé de poursuivre les secrétaires généraux de l’Ugtci, de la Cisl-Dignité et de la Fesaci sous les ridicules chefs d’accusations d’abus de biens sociaux, détournement de deniers publics, faux et usage de faux et blanchiment d’argent !!! Une véritable hérésie qui visait à intimider et bâillonner les organisations syndicales selon la rhétorique «silence, laissez nous manger» martèle le secrétaire général par intérim de la Fesaci. Poursuivant, Kouamé Kra Félix indique que huit mois après ce «coup de force» opéré contre les dirigeants de la Mugef-ci, des constats s’imposent au regard des actes de mauvaise gouvernance, de caporalisation et d’imposture posés par le comité provisoire de gestion dirigé par Karim Bamba. Ce sont entre autres, l’absence de passation de charges entre le Conseil d’Administration, la direction générale d’une part et d’autre part, l’équipe de Karim Bamba et Touré Lanciné, «la logique du putsch oblige» ! L’audit annoncé tambour battant, est renvoyé aux calendes grecques. Le président du comité provisoire de gestion et le directeur général, Touré Laciné, se sont fixés eux-mêmes des salaires astronomiques transformant la Mugef-ci en une véritable caisse noire, révèle le secrétaire général par intérim. «Les créances litigieuses dont plusieurs factures frauduleuses ont été rapidement payées à certains pharmaciens abonnés aux coups tordus. Des contrats léonins et complaisants ont été passés avec Mci (Medical Care International), une entreprise de courtage dirigée par M. Delmott, lui-même membre du comité provisoire de gestion, conseiller à la Présidence de la République. Face à ce qui précède, la Fesci tient à indiquer que la Mugefci n’est pas un Epn (Etablissement public pational), encore moins, une structure décentralisée de l’Etat. L’Etat ivoirien n’a jamais payé même partiellement, la part patronale pour chaque mutualiste, alors que la norme réglementaire universelle de sécurité sociale lui impose cette obligation», indique-t-il. Avant de mettre en garde l’équipe dirigeante actuelle de la Mutuelle contre toute dérive de nature à spolier les fonctionnaires de leur unique instrument de protection sociale et de solidarité. Il rappelle au gouvernement que la Mugef-ci doit être restituée impérativement aux organisations syndicales au plus tard le 31 décembre 2012. Appelle les mutualistes de tout bord à la vigilance et à la mobilisation pour la lutte nécessaire à la sauvegarde de la Mugefci qui ne saurait restée plus longtemps aux mains de l’Etat.
Paterne Ougueye Yves

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment