Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



L`intelligent d`Abidjan N° 2730 du 7/1/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Politique

Alassane Ouattara répond aux vœux des corps constitués
Publié le lundi 7 janvier 2013  |  L`intelligent d`Abidjan


Activités
© Abidjan.net par Atapointe
Activités gouvernementales : Conseil des ministres extraordinaire du vendredi 04 Janvier 2013.
Vendredi 04 Janvier 2013. Abidjan. Plateau. Présidence. Le chef de l`Etat SEM Alassane Ouattara a présidé, un conseil des ministres extraordinaire


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

‘’Les mesures d’augmentation auraient dû être prises dès notre arrivée aux affaires’’
Le Président de la République a saisi l’occasion de sa rencontre avec les officiers généraux et supérieurs des Forces républicaines de Côte d’Ivoire, (de la police, de la gendarmerie, des douanes et des eaux et forêts) pour appeler les militaires en exil à regagner la Côte d’Ivoire. «Dans le cadre de la réconciliation nationale, je réitère mon appel à tous les militaires exilés afin qu’ils rentrent au pays et rejoignent les rangs. C’est ici leur place au sein de notre Armée», a lancé Alassane Ouattara, le chef suprême des armées qui a félicité les officiers généraux et supérieurs pour le travail abattu dans le domaine notamment de la réforme du secteur de la sécurité. Le Président de la République a en outre, salué l’amélioration de l’indice de sécurité. «Officiers généraux, officiers supérieurs, je voudrais également profiter de cette occasion pour vous encourager et vous féliciter pour avoir pu contenir les différentes menaces et atteintes à la sûreté de l’Etat. Par ailleurs, vous avez engagé avec beaucoup d’abnégation le traitement de l’insécurité classique alimentée par les braquages, les coupeurs de routes, les attaques à mains armées, les évasions de prisons, les incursions dans les forêts. L’indice général de sécurité mis en place par le Conseil national de sécurité (Cns) indique une amélioration significative de la sécurité. Il reste beaucoup à faire pour éradiquer le grand banditisme et les fléaux comme le racket. Tout de même, des personnes en armes occupent illégalement des forêts classées et aires protégées. D’autres encore, occupent des immeubles à caractère public ou privé. L’on observe des actes de terrorisme notamment des enlèvements d’enfants et des agressions. Il faut donc y mettre un terme et je sais que nous pouvons compter sur vous. Par ailleurs, la gestion sécuritaire des grandes manifestations de rassemblement humain doit être améliorée afin d’épargner les pertes en vies humaines comme celles enregistrées dans la nuit du nouvel an», a-t-il conseillé. Auparavant, le chef de l’Etat a reçu les vœux du corps diplomatique. Le Président de la République a exprimé aux diplomates sa gratitude pour la confiance placée en la Côte d’Ivoire. Alassane Ouattara a donné l’assurance à ses hôtes quant à l’engagement du gouvernement à améliorer les conditions de vie des populations à travers l’investissement notamment dans le secteur de la santé et de l’éducation. «L’année 2012 a été une année de promesse pour notre pays. La sécurité se renforce. Aujourd’hui, nos Forces de sécurité montrent une plus grande capacité de réaction et d’adaptation face aux tentatives de subversion et à la grande criminalité», a rassuré le chef de l’Etat. Tout en relevant que le gouvernement s’attèlera à faire aboutir le processus de réconciliation nationale, le Président de la République a, en sa qualité de président en exercice de la Cedeao mis à profit sa rencontre avec le corps diplomatique pour demander son appui pour le règlement de la crise malienne.

L’augmentation du gaz obéit à une volonté de solidarité
Face aux religieux, rois et chefs traditionnels, le Président de la République a réagi sur l’augmentation du prix du super et du gaz «Je me dois de vous dire que l’augmentation du prix du super et du gaz n’est pas une mesure surprise. C’est une mesure qui aurait dû être prise dès notre arrivée aux affaires c'est-à-dire en mai 2011. Peut-être que nous aurons dû communiquer en ce moment-là car le secteur électrique était au bord du gouffre, la Sir était au bord de la faillite et la Petroci était pratiquement prête à fermer. Il fallait prendre des mesures de restructuration au niveau de ces entités et ensuite voir comment alléger le poids des mesures à prendre sur les populations les plus démunies». Le chef de l’Etat a ajouté avoir pris toutes les mesures pour éviter une augmentation du prix du gasoil et du pétrole lampant. «En ce qui concerne le gaz vous conviendrez avec moi qu’en dehors d’Abidjan, les bouteilles de gaz sont vendues à deux fois les prix d’aujourd’hui. Il n’y a pas encore de péréquation. Le gouvernement se doit de travailler dans cette direction et de commencer à trouver l’équité et la solidarité. Les populations d’une grande zone comme Abidjan se doivent de faire un sacrifice pour les plus pauvres et les plus démunis qui sont en majorité à l’intérieur du pays. Nous tenons à la solidarité», a-t-il répondu.

Pourquoi le statut des rois et chefs traditionnels traîne ?
Le Président de la République a pris l’engagement de respecter ses engagements relativement à l’octroi d’un statut aux rois et chefs traditionnels comme il l’avait promis pendant sa campagne présidentielle. «Je voudrais dire aux chefs coutumiers et à leur majesté que nous sommes en train de travailler sur le statut de rois et chefs comme nous l’avons promis. C’est un travail délicat, minutieux qui demande de nombreuses contributions. Mais le ministre de l’Intérieur m’a assuré que 2013 verra le gouvernement discuter de ce dossier et faire des propositions à notre Assemblée nationale car nous voulons que ce chapitre de statut de rois et chefs traditionnels figure dans notre Constitution. Cela est essentiel pour la stabilité de notre nation», a souligné le Président de la République.
Touré Abdoulaye

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment