Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Afrique
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Afrique

Les chefs d`Etat et de Gouvernement de la Cedeao lancent la reconquête samedi
Publié le vendredi 18 janvier 2013  |  AIP


Abuja:
© Présidence par Zamblé
Abuja: les travaux de la Session extraordinaire de la Conference des chefs d’état et de gouvernement de la Cedeao sur le Mali et la Guinée-Bissau
Dimanche 11 novembre 2012. Abuja (Nigeria). Le chef de l`Etat ivoirien et Président en exercice de la Cedeao, SEM Alassane Ouattara préside les travaux de la Session extraordinaire de la Conference des chefs d’état et de gouvernement de la Cedeao sur le Mali et la Guinée-Bissau


 Vos outils




Abidjan - La communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) lance irrémédiablement, dès samedi, à Abidjan, l`assaut final contre les rebelles djihadistes occupant le nord-Mali, depuis un peu plus de neuf mois, en vue de permettre la restauration de cet Etat, voisin de la Côte d`Ivoire, qui vient de traverser une crise de plus de dix années, aggravée par une crise postélectorale, qui a fait "plus de 3000 morts et de nombreux blessés et disparus", d`après l`ONU.

Dans cette perspective, les chefs d’états-majors des armées des Etats membres de cette organisation sous-régionale, en concertation, depuis mercredi, à Bamako, analysent les dernières dispositions en vue d`une intervention efficace. Son mécanisme de paix et de sécurité débattra de la question, vendredi, et les chefs d’Etat et de Gouvernement y plancheront, samedi, à Abidjan.

Dans le cadre de cette opération d`envergure, baptisée MISMA, mission internationale de soutien au Mali, la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) entend déployer un peu plus de 2000 hommes, essentiellement fournis par le Nigéria, le Sénégal, le Niger, le Togo, le Bénin et le Burkina Faso.

Depuis vendredi dernier, la France, sollicitée par les autorités maliennes et la Cedeao, a engagé une opération de reconquête du Nord du Mali, baptisée "Opération Serval", et caractérisée par des raids aériens de son aviation contre les positions des rebelles djihadistes, ainsi que le déploiement au sol de forces spéciales, en soutien à l`armée malienne.

Après six jours d`intenses combats, intensifié par des affrontements au corps à corps, au sol, de l`armée française, notamment à Diabaly, localité située à 400 Km au nord de Bamako, la capitale, les troupes de la Cedeao se déploient progressivement sur le théâtre des opérations. Le Tchad, membre de la communauté des Etats de l`Afrique Centrale, a même, pour sa part, annoncé l’envoi de 2000 soldats, dès ce jeudi.

Dans l`opération stratégique aérienne, les forces françaises ont perdu un militaire, le lieutenant d`aviation Damien Boiteux, tué par la DCA djihadiste dans l`espace territorial de Konna, lors de la reconquête de cette localité. Devant la résistance affichée par ces rebelles, quoiqu`ayant accusé la perte de plus de 200 combattants, ainsi que plus de la moitié de leurs armements et logistique, notamment à Gao et Tombouctou, le président français, François Hollande, a autorisé l’envoi d’un nombre important d’avions de combat dans le nord-Mali.
En visite dans le Golfe, à Abu Dhabi, M. Hollande y a fait savoir que "la force française sur place au nombre de 800 hommes pourrait augmenter à 2500‘ pour permettre au Mali de recouvrer son intégrité territoriale’’, signifiant à l`opinion hexagonale, européenne et internationale que "la France n’a cependant pas vocation à rester au Mali’’. Cette position est unanimement et, mezza voce, soutenue par le parlement, sans vote préalable, de même que la classe politique (français).

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment