Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Le Patriote N° 3948 du 19/1/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

“Boribana” pour le fugitif
Publié le samedi 19 janvier 2013  |  Le Patriote




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Il est en cage depuis hier. Blé Goudé Charles, l’homme qui se voulait « le général de la rue », « le génie de Kpô », « Blé la machette » ou encore « Zouzou » est écroué à Abidjan. Arrêté au Ghana, il a été extradé en Côte d’Ivoire où il a commis de nombreux crimes durant la décennie de pouvoir de Laurent Gbagbo et pendant la longue crise postélectorale. Menotté et accompagné de policiers, le plus vieux des jeunes patriotards de la refondation, est rentré par la route, comme pour voir l’embellie nouvelle d’un pays que sa horde déchainée et lui avaient balafré et défiguré. Fin de cavale donc pour un bras séculier de l’ancien régime ! Le tribun négatif, l’activiste, la frappe, le faussaire et le nationaliste obtus a été épinglé au Ghana et est emprisonné depuis hier, au petit matin, à Abidjan. Cet individu qui s’était donné licence de tuer, de casser et d’incendier selon ses humeurs, n’était à la vérité qu’un matamore doublé d’un gros pleutre. Celui qui affirmait que l’on passerait sur son corps avant d’atteindre Gbagbo, a pris la fuite avant même la chute de son champion, le 11 avril 2011.

En effet, une semaine plus tôt, l’homme avait pris la poudre d’escampette, convaincu que la fin avait sonné pour l’ancien président, battu aux urnes mais qui voulait confisquer le pouvoir par la guerre. Annoncé tantôt au Ghana, en Afrique du Sud, au Cameroun ou en Gambie, Blé Goudé était en cavale. Comme l’acteur David Jansen du film « le fugitif », il a fait toutes sortes de marathon, pour se soustraire à la Justice à ses trousses. Il a parcouru monts et vallées, plaines et plateaux pour ne pas répondre de ses crimes. Usant et abusant de camouflages, de saupoudrages, il gardait cheveux et barbes hirsutes, pour espérer rectifier son sort de prisonnier en sursis. Cela a duré deux ans mais l’endurance a fini par avoir ses limites. Le marathonien n’avait plus assez de souffle pour continuer la course. Au détour de la rue, il a été arrêté au Ghana, avant d’être remis aux autorités ivoiriennes. L’annonce a été faite aux Ivoiriens, soulageant les nombreuses victimes de cet homme sans foi ni loi qui croyait pouvoir demeurer dans l’impunité. Avec cette arrestation, ce sont des pages noires, des années de sang versé qui remontent à la surface de la vie nationale.

Blé Goudé et son guide qui pensaient qu’on ne pouvait pas gouverner sans verser le sang des compatriotes sont pris dans les nasses de la justice. Ils répondront de tous les crimes opérés au nom du tribalisme et de la volonté de confiscation du pouvoir. Voltaire avait bien raison de le marteler : « l’histoire se nourrit aussi bien du témoignage du roi que de celui de son valet de chambre ». Blé Goudé n’était rien d’autre qu’un bras armé de Laurent Gbagbo et agissait comme s’il serait éternellement en position de force. La fuite n’a pas prospéré. Boribana pour un fugitif et un bruyant matamore.

Bakary Nimaga

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment