Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

Politique

Côte d`Ivoire : Charles Blé Goudé, l`heure des comptes
Publié le lundi 21 janvier 2013  |  Jeune Afrique


Soutien
© AP
Soutien au président Gbagbo: le leader de la jeunesse patriotique, Charles Blé Goudé animant un meeting


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Arrêté au Ghana jeudi 17 janvier, Charles Blé Goudé a été transféré en Côte d’Ivoire où il est détenu depuis vendredi. La question de son éventuel transfèrement devant la Cour pénale internationale (CPI) reste entière.
« À l'occasion d'une opération policière conjointe de la Côte d'Ivoire et du Ghana, M. Charles Blé Goudé a été appréhendé, le jeudi 17 janvier 2013. Il est actuellement détenu en Côte d'Ivoire par les services de la police ivoirienne, dans le cadre de la poursuite des procédures judiciaires déjà ouvertes contre lui en Côte d'Ivoire ». Un bref communiqué officiel, lu vendredi soir à la télévision publique : c'est l’unique déclaration du gouvernement ivoirien concernant l’arrestation du leader des Jeunes patriotes.

Moins de 24 heures après son arrestation au Ghana, Charles Blé Goudé a été extradé en Côte d’Ivoire, vingt mois après son exfiltration d'Abidjan juste avant la chute de Laurent Gbagbo. Cueilli jeudi vers 9 heures par la police dans une maison de Tema (banlieue d'Accra), il avait été transféré dans les locaux du Bureau national des investigations (BNI). Ses proches avaient alors donné l'alerte, et tous ses soutiens, de Jerry Rawlings, l'ex-président ghanéen, aux chefs d'État d'Afrique du Sud, d'Angola, du Cap-Vert ou de Gambie, ont été informés.

Surprise

Cette arrestation a surpris. Même si les autorités ghanéennes et les services étrangers savaient que Blé Goudé résidait au Ghana et qu'un mandat d'arrêt ivoirien avait été émis, elle n'était pas à l'ordre du jour. L'ex-« général de la rue » était même en pourparlers avec le président sénégalais Macky Sall - agissant à la demande d'Alassane Ouattara - afin de négocier sa participation à la réconciliation nationale et un éventuel retour au pays. Le matin de son interpellation, ses camarades à Abidjan étaient en réunion avec Mamadou Touré, le conseiller à la Jeunesse du chef de l'État. Blé Goudé avait lancé en décembre un parti politique, le Congrès panafricain pour la justice et l'égalité des peuples (Cojep). Il avait aussi entrepris une offensive diplomatique et rencontrait des dirigeants africains dans la sous-région.
... suite de l'article sur Jeune Afrique

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment