Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article



 Titrologie



Le Temps N° 2808 du 22/1/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment

Société

Soupçonnant l’intersyndicale de trahir la lutte : Des instituteurs menacent d’entrer en grève
Publié le mardi 22 janvier 2013  |  Le Temps




 Vos outils




«L’Etat de Côte d’Ivoire doit aux Instituteurs de Côte d’Ivoire. Nous avons lutté pour avoir certains acquis. Mais depuis un certain temps, ces acquis sont foulés au pied. Il y a eu alors des rencontres avec les syndicats pour recadrer les choses. Pour ce faire, nous entendons redonner à l’Instituteur ce qui lui revient de droit. Une grève avait été annoncée, elle semble annulée quand on nous dit qu’elle est suspendue, reportée. Il y a tergiversation au niveau des syndicats. Que les camarades ne paniquent pas. Si les syndicats les ont abandonnés, une structure est là pour porter leur voix.» Tels sont les propos de Kadja N’Dri, Coordonnateur général des Instituteurs de Côte d’Ivoire (Cici), une structure mise sur pied ce samedi 19 janvier 2013, à l’Epp Collectif 4 de Koumassi par des Instituteurs qui redoutent une trahison au niveau de la lutte syndicale. Selon ces enseignants du primaire, la direction de l’intersyndicale en discussion avec le Gouvernement ivoirien relativement à leurs revendications ne se montre plus rassurante : «Nous nous sommes retrouvés ce jour pour mettre sur pied la Coordination des Instituteurs de Côte d’Ivoire. Nous sommes membres de plusieurs syndicats, Mais nous sommes arrivés à un moment d’une lutte qui semble ne pas porter. Alors nous nous sommes décidés à prendre la lutte là où d’autres semblent la laisser». Leurs revendications ont trait aux arriérés d’indemnités de logement, de glissement catégoriel, de profil de carrière et des cas des promotions 1988-1998. Quant aux syndicats, la Coordination des Instituteurs de Côte d’Ivoire (Cici) dit les soutenir, mais les exhorte aux revendications «que nous avons fixées ensemble. Mais s’ils abandonnaient le combat, nous serions là pour le mener pour le bien des Instituteurs». Elle a rappelé que en ce qui concerne les autorités que c’est «nous-mêmes qui avons envoyé les syndicats vers elles pour négocier, porter notre voix. Nous ne venons pas en opposition, mais s’il arrivait que le combat fût biaisé, nous allons recadrer les choses en tant que Coordination des Instituteur de Côte d’Ivoire.» Elle a tenu à préciser que le mouvement ainsi né «a ses tentacules à l’intérieur du pays». Et que «tous nos camarades sont à l’écoute de la suite des événements.» C’est pourquoi elle dit avoir foi que le Gouvernement ivoirien donnera ce que l’Etat doit aux Instituteurs. Cette situation née de la crise de confiance dans la lutte syndicale de la corporation rend l’atmosphère plus lourde. Et l’on craint une radicalisation de la position des enseignants, face à un Gouvernement sans volonté agissante.
Rosine Manso

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment