Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
Sport
Article



 Titrologie



L`intelligent d`Abidjan N° 2745 du 25/1/2013

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage



 Autres articles

Comment


Sport

Ma lettre de Jo’burg : Salut Sidy Diallo!
Publié le vendredi 25 janvier 2013  |  L`intelligent d`Abidjan


Football
© Autre presse par DR
Football : Augustin Sidy Diallo, Président de la FIF
Photo: Augustin Sidy Diallo, Président de la Fédération ivoirienne de ffotball (FIF)


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Président, votre numéro que je connaîs ne marche pas à Jo'burg. Permettez-moi donc de vous écrire. Car, les intermédiaires transforment parfois les propos et mettent de l'huile sur le feu. Vous êtes retranchés avec les Eléphants à Rustenburg depuis plus d'une semaine. En fait, prési, vous êtes prisonnier de cette équipe. Je peux le dire tout net, vous êtes pris en otage par Didier Drogba et ses coéquipiers. A Malabo, je vous avais traité de surveillant général du fait de votre option qui consistait à négliger les rencontres avec vos pairs présidents de fédérations nationales et à surtout veiller au grain sur vos joueurs. De vous à moi, qu'est-ce que votre surveillance a donné au soir du 12 février 2012? Tirez les leçons de 2012 cher président et libérez-vous un tout petit peu. Vous êtes trop tendu. Vous ne songiez qu'au trophée continental. Au sacre.

A la gloire. A la revanche. Mais sur qui? Sidy Diallo et les Eléphants, champions d'Afrique, et puis après? Cela est devenu une obsession, une obligation. Une pression indéniable. Pourquoi surveiller les joueurs ivoiriens et faire de vous même un prisonnier? Laissez-les tranquilles ! S'ils veulent s'amuser et faire le show en convoyant des filles à leurs chambres d'hôtel, c'est leur problème. Pour moi, ils ont la conscience professionnelle. De ce fait, vous n'avez pas besoin de les surveiller comme des lycéennes d'un foyer catholique. Je vous le dis, vous avez délaissé votre poste de président de la Fédération ivoirienne de football pour celui de premier responsable de la sélection nationale. Etes-vous obligé de porter les mêmes équipements que les joueurs lors des séances d'entrainements? Etes-vous obligé de suivre tous les entraînements et de participer à tous les regroupements. Ce qui a marché en 1992 ne peut pas forcément marcher en 2013. Parce que les temps ont changé et aussi les mentalités. Un autre fait, Kalou Bonaventure, Cyrille Domoraud et Kouassi Blaise sont auprès des Eléphants depuis des années. Quel mérite ont-ils par rapport à Gouamené Alain, Didier Otokoré, Gadji Celi et autres vainqueurs de la Can 92? Vous avez été de l'expédition sénégalaise cette année-là aussi.

Pourquoi ne pas faire confiance à ceux qui ont su dompter la Can ? Les joueurs de la sélection n'ont rien à vous imposer, ils n'ont rien gagné. Cela est une évidence. Les qualificatifs du genre première nation africaine et 14e rang mondial, ne doivent pas vous aveugler. La Côte d'Ivoire devance la France et le Brésil au classement Fifa, mais jetez un regard sur leur palmarès. Tenez un discours de vérité à ces joueurs qui, à mon sens, sont trop choyés et pris comme des "bébés gâtés".

Par Annoncia Séhoué

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment