Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment

Accueil
News
International
Article




  Sondage



 Autres articles

Comment

International

Presse / France : « Témoignage chrétien » lance sa nouvelle formule
Publié le vendredi 25 janvier 2013  |  La Croix.com




 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

La revue créée pendant la Résistance ressort sous la forme d’une lettre hebdomadaire de quatre pages et d’un magazine mensuel.

Le Témoignage chrétien nouveau est arrivé. Confronté à de graves difficultés financières, le magazine a lancé, jeudi 24 janvier, une nouvelle formule comprenant deux volets : une lettre hebdomadaire de quatre pages (format journal, en noir et blanc) axée sur l’actualité et les initiatives et un magazine mensuel, copieux, consacré à la réflexion et au débat.

Mi-octobre, le titre avait pris la décision difficile d’arrêter sa formule hebdomadaire de 32 pages pour penser son avenir. La revue, créée en 1941 au scolasticat de Fourvière par des jésuites se révoltant contre le totalitarisme nazi – Pierre Chaillet, devenu Juste entre les Nations, le futur cardinal de Lubac, Gaston Fessard, Yves de Montcheuil, aumônier du Vercors qui sera fusillé par les nazis – entendait s’appuyer sur son passé (soutien à la Résistance, à la décolonisation, à Vatican II, à l’Union de la gauche) pour ouvrir une nouvelle page de son histoire.

Dans le « Manifeste du nouveau Témoignage chrétien », la rédaction déclare vouloir prendre « le risque de partir de l’impératif spirituel pour interroger la politique ». Elle réaffirme son choix d’un compagnonnage au côté des plus pauvres, un engagement pour la justice, pour une économie durable, une mondialisation respectueuse de l’humain, la démocratie et l’œcuménisme.

Elle invite l’Église à de profondes réformes de structures pour relever les défis du temps présent. « Ne pas mettre un terme à la séparation des Églises dans le cycle historique tourmenté que nous traversons traduit une grave méconnaissance de nos devoirs, et une faute qui se révélera lourde si le mouvement œcuménique initié par Vatican II n’est pas réinitialisé », déclare-t-elle.
... suite de l'article sur La Croix.com

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires


Comment